Émancipation de la littérature digitale par l’exploration dans Madeleine Project de Clara Beaudoux

← Retour au sommaire

Émancipation de la littérature digitale par l’exploration dans Madeleine Project de Clara Beaudoux

Le réseau social Twitter permet non seulement de créer une expérience nouvelle d’accès à l’art ou la littérature, mais il constitue aussi un défi, celui de la représentation selon les caractéristiques propres à son médium qui permet de s’exprimer autrement. Après avoir publié le tweet-documentaire Madeleine Project en novembre 2015 sur Twitter, Clara Beaudoux étend ce fameux projet à de nouveaux formats en le publiant sous la forme d’un livre. Il est intéressant d’analyser quelques-unes de ces expériences dans cette communication. L’objectif est de montrer comment ce projet numérique a franchi les frontières de son territoire initial et affirme la possibilité de produire l’art et la littérature en dehors des limites d’un cadre.

Tout a commencé par la découverte de la vie d’une femme, Madeleine, dans la cave n°16 de l’appartement dont elle était autrefois locataire. Clara Beaudoux, en s’y installant, découvre les souvenirs de cette précédente habitante, et documente son existence. Elle immortalise les objets personnels de la vieille dame en capturant, enregistrant et filmant tout ce qu’elle trouve pour en garder une trace. Quant à la relation au temps, la journaliste explique qu’elle a conservé cette histoire pendant deux ans, s’accordant un temps de réflexion avant de la publier sur Twitter. En utilisant des hashtags 1 , Clara Beaudoux cherche apparemment à offrir à ce projet un parti plus large. Aujourd’hui, les installations de cette œuvre ont lieu sur différents supports, et sont éclatées soit dans l’espace numérique d’internet, soit dans un format papier, soit dans l’espace réel tel que dans les musées.
Dans l’espace numérique, l’idée d’utiliser Twitter sert à affranchir le format du geste de fabrication : « Nous souhaitons garder la spécificité du média, de ces tweets, de ce reportage-photo où le texte avance la légende, plutôt que d’obliger le nouveau format à s’adapter à l’ancien, absurde décalage et anachronisme dénaturant le projet initial 2 ». Cette plateforme semble parfaitement en adéquation avec ce nouveau genre de reportage. De plus, Twitter est un réseau social porteur d’une autorité de fabrication par son principe d’abonnement. Ce que le système hiérarchisant de Twitter permet, ce n’est plus la publication elle-même, mais le partage comme nouvelle modalité de présence individuelle ou collective. C’est ce qui rend Madeleine Project plus accessible. Comme le dit l’auteure, la vie de Madeleine montre également un objet histoire, qui devient désormais notre histoire.

Après avoir eu du succès sur le web 2.03 , Madeleine Project est ensuite imprimé dans un livre dont chaque page équivaut à une page de Twitter (ce qui donne à la pensée son caractère d’un médium vivant visuellement et tactilement). Le but visé consiste toujours à garder une trace de ce projet, mais aussi à en étendre la connaissance de manière encore plus large sur le monde, autrement dit, au-delà du seul médium d’Internet et de son public d’internautes. La forme du livre, d’après Marc Perelman4 , semble définitivement acquise, fixée, voire figée à tout jamais, car le livre se présente ainsi comme une forme stable, permanente, durable, et paraît jusqu’à présent immuable. Cette idée de pérennité permet de fabriquer la création de nouvelles formes et thèmes littéraires, représentant souvent une limite à franchir. L’écrivaine elle-même a mentionné que cette matérialisation dans une forme livre n’est pas une expression finalisée ou aboutie, mais plutôt une continuité et une rupture. C’est la raison pour laquelle il y a une prolongation dans son contenu : l’ajout d’une petite introduction au début du livre, avant la saison une5 , et également quelques pages narratives avant la saison deux6 .
L’exploration continue vers l’espace réel sous forme d’installations artistiques classiques dans un musée. Cela permet de faire revivre Madeleine, non pas seulement sur les réseaux sociaux mais aussi en tant que personne historique. Le public peut regarder et étudier la vie de Madeleine dans une attitude presque voyeuriste, puisqu’il s’agit de découvrir le contenu de la cave7 . Bien avant cela, ce projet s’était étendu au domaine scolaire, notamment à travers une école dans laquelle Madeleine avait été institutrice autrefois8 . Tout a commencé grâce à ce hashtag et ces tweets qui sont parvenus jusqu’à la coordinatrice du réseau éducatif de cette école. En conséquence, les écoliers ont pu réaliser un journal numérique et redécouvrir la ville autrement.

(à gauche). Les photos au Musée d’Histoire de la Vie Quotidienne. Madeleine Project/CB
(à droite). Les écoliers de Jean-Macé, préparent le dernier numéro de leur journal numérique. Le Parisien/NR

Jusqu’alors, la puissance des tweets relayée par le biais de téléphones portables a été utilisée par les internautes dans une perspective esthétique ou de création participative. Les réseaux sociaux constituent en effet une pratique qui montre la variabilité des appropriations d’un médium qui se met au service de l’art, tout en permettant une initiative culturelle et sociale. De plus, l’écrivaine bâtit un véritable photo-récit avec une grande qualité artistique. Elle met de la tendresse, de l’émotion, de la curiosité pour illustrer cette une vie d’une autre époque. Parfois le texte, accompagné d’images, tente de restituer précisément le hors-cadre de la photographie, d’abord par une légende ou narrativisation de l’événement, puis dans une seconde partie, par des photographies ou des liens externes (des enregistrements audios ou des films). La forme brève s’impose alors au texte, en écho au dépouillement dont la photographie porte témoignage, telle une répétition de l’objet trouvé, comme ci-dessous9 :

Le texte et l’image s’affranchissent eux-mêmes d’un tweet à un autre. C’est une continuité, une mobilisation mouvante qui affirme l’acte transgressif dans le but de créer un effet sériel. En outre, la journaliste s’affranchit elle-même de son statut, non seulement en tant qu’utilisatrice du réseau social (internaute, twitteuse10 ou twitteratrice11 ), mais aussi en devenant écrivaine, autrice, artiste ou même historienne. De la même manière, les spectateurs, sont à la fois lecteurs, regardeurs, et internautes.
De plus, les supports sur lesquels sont fixées les créations sont désormais devenus des produits de consommation publique. C’est une autre transgression éthique : la journaliste propose une forme de mémoire collective, une trace, un témoignage des archives intimes de la défunte, vulgarisant la vie d’une personne qui, apparemment, n’a pas de famille et de descendant. La seule personne vivante ayant des liens avec la défunte est son filleul que la journaliste a contacté pour avoir son autorisation. Mais dans quelle mesure le droit à l’intimité se défend-il ? Dans le cas d’archives personnelles, qu’elles soient conservées ou jetées, qui pourrait décider d’une publication post-mortem dans un espace public ? Notre image ne nous appartient-elle plus lorsqu’on est décédé ? Existe-t-il une loi concernant la publication des extraits de lettres personnelles ?

« Ai-je le droit d’interroger ainsi ton jardin ? Comment en lever un voile sans te trahir ? Peut-on craindre de trahir une personne qu’on ne connaissait pas ? Est-ce que je ne te connais pas un peu, finalement ? […] Pourquoi gardais-tu tellement de choses ? Pourquoi rangeais-tu si bien ? Espérais-tu que quelqu’un tombe sur toutes tes affaires ? […] Pourquoi certains d’entre nous gardent tout ? Et que d’autres jettent tout ?12 »

Par ailleurs, ce projet ne s’exprime pas que dans plusieurs médiums : il transgresse aussi le temps, il joue à la recherche non pas du temps perdu mais d’un temps vécu, de fragments d’une « mémoire traversée par l’histoire » :

« #Madeleineproject, hashtag devenu le temps d’une folle course contre le temps, contre la mort et l’oubli, une formule magique qui convoque la vie comme un coquillage le bruit de l’océan13 ».

La transgression du temps, résultat d’une narration au présent d’objets appartenant au passé, propose un découpage en deux rubriques : ce que Madeleine a fait (What happened) et ce que Clara va effectuer (what’s happening), ce qui crée donc une nouvelle tension pour les lecteurs.  

Récit passé (what happened).
Récit présent (what’s happening).
Récit futur (what will happen)14 .

Selon le tweet de la journaliste ci-dessous concernant les acteurs face au temps, Madeleine serait un passé qui se retrouve présent par l’intervention de Clara Beaudoux pour laisser les traces au futur. Mais ce lien-là pourrait parfaitement être initialement attribué, grâce à l’exploration de la création, à l’utilisation du hashtag sur Twitter.  

Tweet publié pour la saison 3, après le projet scolaire à Aubervilliers, le mot ‘eux’ étant destiné aux écoliers

Finalement, à travers ces transgressions, on peut constater que ces actes signifient la limite pour atteindre l’illimité. Madeleine Project est une sorte d’hybridation entre journalisme et littérature qui se déploie depuis ‘la cave n°16’. Cette dernière ne définit pas seulement un réalisme et une esthétique littéraire, elle revendique aussi une existence, une histoire, une vie, une époque, un esprit du temps. Ce projet est un exemple offrant de nouvelles perspectives d’expression journalistique et littéraire qui repose sur une forte dimension expressive.

Par Sitti Fhatimah Sarro

  1. En français ‘croisillon’ est un mot-clé précédé du symbole # que les internautes utilisent dans leurs publications sur les réseaux sociaux. []
  2. BEAUDOUX, Clara, Madeleine Project, Paris, éd. du sous-sol, coll. Feuilleton Non-fiction, 2016, p. 16. []
  3. Le web participatif qui permet aux internautes ayant contribué à l’échange d’informations d’interagir (partager, échanger, etc.). []
  4. MILON, Alain, & PERELMAN, Marc, L’Esthétique du livre, Presses Universitaires de Paris Ouest, 2010, p. 398-399 []
  5. Intitulée « Convoquer la vie comme un coquillage le bruit de l’océan », in BEAUDOUX, Clara, op. cit., p. 6-7. []
  6. Intitulée « Il aura fallu arrêter le temps », in BEAUDOUX, Clara, op. cit., p. 131-138. []
  7. L’exposition « Madeleine Project : de la cave au musée » au Musée d’Histoire de la Vie Quotidienne (Petit-Caux, Normandie). []
  8. Une classe de CM2 de l’école Jean Macé à Aubervilliers. La journaliste a été contactée par la coordinatrice du réseau « éducation prioritaire » dans cette zone du 93 car leurs élèves travaillent sur la “trace historique”. []
  9. BEAUDOUX, Clara, op. cit., pp. 200-201. []
  10. Adjectif féminin pour destiner l’utilisateur de Twitter, la femme qui twitte. []
  11. La référence de mots twittératrice n’apparait pas dans les dictionnaires classiques, mais il s’emploi plusieurs fois dans le terme littérature comme adjectif féminin de twittérature (personne qui poste régulièrement des tweets littéraires sur Twitter) dans le concours de twittérature du REFER (Rendez-vous des écoles francophones en réseau) pour des élèves de toutes les communautés linguistiques francophones. []
  12. BEAUDOUX, Clara, op. cit., p. 135. []
  13. Ibid. []
  14. Ibid., p. 222-223. []