Transmédialité et transgression des conventions littéraires

← Retour au sommaire

Transmédialité et transgression des conventions littéraires

La notion de média est ici perçue, entre autres considérations, comme des territoires de création. Or, leurs frontières sont poreuses et permettent l’interrogation d’un va-et-vient manifeste entre supports. L’image, qu’elle soit tapisserie, peinture ou photographie,opère sa propre transsubstantiation vers l’écriture numérique ou tapuscrite, et inversement.

Ces lieux transgressés sont aussi des formes figées –le livre, qu’il soit dématérialisé ou non –ou sujettes aux renouvellements perpétuels du Web. L’auteur, lui-même, mérite-t-il ce nom? Sa définition s’élargit ici en fonction de sa singularité, de sa pluralité, de son statut d’écrivain,de lissier, de peintre, de cinéaste, de journaliste et d’internaute. En outre, l’entreprise est-elle tournée vers l’immortalisation d’une vision ou l’éclatement du cadre des perceptions? Car ce que nous voyons dans ces textes, ou ce que nous lisons dans ces images, ne semble guère se livrer aisément.

Et c’est bien ce point aveugle qui semble être la base de travaux aux supports contemporains –Tweeter chez Clara Beaudoux -, chronologiquement hybrides–la tapisserie de Jean Lurçat –ou hors du temps –les toiles invisibles de Proust et d’Aragon.Trois sujets donc, mais par là,une infinité de questions adressées à la non moins mouvante, évanescente et changeante théorie littéraire.


Communications

Jean Siméon Chardin, Marcel Proust, Henri Matisse et Louis Aragon: quatre peintres – Daphné Leylavergne

La poésie matérialisée dans Le Chant du Monde de Jean Lurçat – Eugénie Foulier

Émancipation de la littérature digitale par l’exploration dans Madeleine Project de Clara Beaudoux – Sitti Fhatimah Sarro