Pagan metal, régrédience et critique de la modernité

← Retour au sommaire

Pagan metal, régrédience1 et critique de la modernité

L’apparition du heavy metal dans les années 1970 signe le point de départ de nombreux sous-genres musicaux qui sont regroupés aujourd’hui sous le terme plus générique de métal. On peut citer notamment le death metal, le metalcore, le doom, le stoner ou encore le black metal. Chacune de ces ramifications s’accompagne d’une esthétique particulière, que ce soit en terme d’image du groupe (manière de s’habiller, représentation scénique), ou de pochettes d’albums. Chaque public associé à un genre a aussi ses codes, ses signes propres. Certains sont universels, comme les cornes que l’on retrouve dans chaque concert, peu importe le genre, ou le headbanding. Mais d’autres sont plus spécifiques, les vestes à patches à effigie de groupe par exemple, attribuées majoritairement aux fans d’heavy metal, ou les peaux de bêtes et les cornes utilisées comme verres chez les fans de folk metal.
Le folk metal est un genre bien particulier qui allie heavy metal et musique folklorique. Il émerge à la fin du XXe siècle en Europe avec les Anglais Skyclad et leur album The Wayward Sons of Mother Earth en 1990. Il faut attendre le début des années 2000 pour que le genre s’installe véritablement, grâce à plusieurs groupes finlandais comme Ensiferum ou Turisas. Le folk metal regroupe en son sein de nombreux sous-genres comme le pagan metal, ou encore des groupes plus proches musicalement du néofolk que du métal, même s’ils se produisent majoritairement sur la scène métal. C’est précisément le pagan metal – métal païen – qui nous intéresse ici. Il se caractérise par des chansons évoquant des religions ou croyances dites païennes qui préexistaient au christianisme. À cela s’ajoute souvent (mais pas nécessairement) l’utilisation d’instruments folkloriques ou atypiques qui l’apparentent directement au folk metal auquel il est en principe associé. Il est habituellement chanté dans la langue d’origine des groupes ou des peuples et régions évoqués, ou en langue archaïque. Il s’agit avant tout d’un genre lyrique, qui repose davantage sur les thèmes qu’il aborde que sur la mélodie qu’il propose.

Le pagan metal se construit sur la glorification et la reprise de mythes et de croyances pré-chrétiennes. Chez certains groupes cette reprise est purement musical, mais chez d’autres, cette musique accompagne une idéologie que les membres prônent et s’imposent. Il en va de même pour le public. Les groupes les plus connus sont principalement originaires d’Europe du Nord. Le pagan metal surgit en même temps que naît la volonté de s’emparer des croyances pré-chrétiennes qui avaient cours dans ces pays. Ainsi apparaît le néo-paganisme qui tente de réactualiser ces mythes :

À l’origine du néo-paganisme, il y a une fascination/idéalisation pour le paganisme antique et/ou pour celui des sociétés traditionnelles. En outre, le paganisme est resté vivant à travers l’hindouisme, le taoïsme, le shintoïsme, l’animisme, le chamanisme sibérien, etc.2

Dans les faits, le néo-paganisme est plutôt éloigné de la réalité historique. En effet, nous gardons très peu de traces des rituels de ces époques et croyances. Il s’agit davantage d’une réinvention d’une religion qui n’a jamais existé telle que nous l’imaginons, ce qui engendrerait presque la création de nouvelles religions (Par exemple, la Wicca3 ). L’individualisme et l’absence de différence entre sacré et profane constituent les distinctions principales entre le passé et sa réactualisation.
Le pagan metal s’inscrit dans cette recherche de nouvelle spiritualité, qui se construit majoritairement en opposition à la religion chrétienne, perçue comme une religion qui a été imposée. Somnium, guitariste du groupe Finntroll, l’explique ainsi :

Nous sommes contre les dogmes. Nous ne sommes pas anti-chrétiens mais juste contre les règles trop établies et infondées, contre les religions en somme. Le fait que les catholiques aient converti par la force les habitants du Nord alors qu’ils avaient déjà leurs croyances ancestrales est pour moi une aberration et un fait majeur qui ne peut être renié et contesté. Je ne suis pas client de cette société actuelle4 .

Cette musique et son idéologie religieuse s’opposent à notre modernité, à la vision du monde qui nous a été donnée entre autres par la religion chrétienne et la révolution industrielle. Le pagan metal traduit un désir de réenchanter notre société, mais aussi un retour aux racines, à la terre. Dans cette nouvelle spiritualité, la nature tient une place importante. Le pagan metal la loue dans les visuels (pochettes d’albums, clip musical) ou dans les paroles. Elle est célébrée dans certaines chansons, comme dans Slavsia Rus ! (Gloire à toi, Rus!5 ) du groupe Arkona :

Velika Mat’-Zemlia, Rus’, Rus’velikaia ! (Grande est Mère Nature, la Grande Rus !)

Oi, shiroki prostory tvoi. (Oh, grandes sont tes surfaces.)

Kak Chrez zlatye polia beskrainie, (Au travers des champs dorés sans fin,)

Deti Dazhd’boga prishli. (Les enfants de Dajbog6 vinrent.)7

 

 

Cette chanson est une ode à la nature russe autant qu’une chanson patriotique dédiée à une Russie originelle. Le groupe Arkona est un cas intéressant. Groupe russe fondé en 2002, il fonde sa musique sur les mythologies slaves et le folklores russe, et ses textes sont exclusivement en russe. Ils produisent un son qui mélange parfaitement la musique folklorique russe, aux instruments traditionnels, et le heavy metal et ses guitare et batterie. Arkona s’appuie sur la mythologie slave, dont on a peu de traces historiquement, et ses membres assument une idéologie marquée, notamment la chanteuse qui pratique la rodnovérie, mouvement de reconstruction néo-païen slave.

Ce genre musical accompagne un mouvement aujourd’hui de plus en plus prégnant de « repaganisation », qui s’exprime comme contestation d’un monde qui ne leur convient plus. Il propose de se tourner vers le passé, avec l’idée que « c’était mieux avant » du temps des civilisations antérieures. Ce rejet du présent au profit du passé est bien ce qui rassemble les différents mouvements néo-païens :

Or, il existe bien une vision païenne commune, certes polymorphe, fondée sur le refus de la modernité et du libéralisme qui en découle. De fait, le néo-paganisme contemporain tente de se substituer au système économico-social issu des Lumières et à la modernité, forme laïcisée de la réduction judéo-chrétienne qui trouve son aboutissement dans le rationalisme moderne8 .

Le succès de ces mouvements est aussi dû à leur caractère écologique qui s’inscrit parfaitement dans les préoccupations actuelles. Le pagan metal est un vecteur culturel important dans le partage des traditions, d’une histoire, du moins de sa vision de l’histoire. Il tente, au même titre que les associations néo-paganistes, de mettre au présent des concepts passés, en opposition à notre société actuelle. Et le succès est bien présent puisqu’en 1973, l’Asatru (religion des Vikings) est devenue une des religions officielles de l’Islande, ainsi qu’au Danemark en 2003. Aujourd’hui encore, les mythes anciens sont une source de création constante. Ils restent, paradoxalement, le refuge vers lequel on se tourne lorsqu’on a besoin de nouveauté.

Par Alexia Piotaix


  1. « Retour spiralesque de valeurs archaïques conjointes au développement technologique » , MAFFESOLI Michel, « Le tribalisme postmoderne », Constructif, vol n° 13, Février 2006. []
  2. FRANÇOIS, Stéphane, « Le néo-paganisme et la politique : une tentative de compréhension », Raisons politiques, vol. no 25, n° 1, 2007, pp. 127-142. []
  3. « Religion néo-païenne contemporaine fort à la mode dans le monde anglo-saxon qui se caractérise par une reconstruction totale de la figure de la sorcière médiévale. En outre, la Wicca, tout comme le New Age, avec lequel elle est liée, est un assemblage de références éclectiques.  », FRANÇOIS, Stéphane, op. cit., pp. 127-142. []
  4. http://www.lahordenoire-metal.com/zoom-zur/le-metal-nordique.html , 17-03-2020 []
  5. Rus est l’ancien nom utilisé pour désigné la Russie. Rus faisait aussi référence au peuple russe ainsi que le pays médiéval appelé Rus (entre les 9e et 12e siècles). La Rus s’étendait sur le territoire de l’Ukraine, de la Biélorussie et une petite partie de la Russie actuelle. []
  6. Dieu du soleil et des moissons slaves. []
  7. https://www.lacoccinelle.net/304569.html – 17-03-2020 []
  8. FRANÇOIS, Stéphane, op. cit., pp. 127-142. []