Transgressions temporelles et critique de la modernité

← Retour au sommaire

Transgressions temporelles et critique de la modernité

Dans le contexte moderne d’accélération du temps, l’art permet une certaine distanciation réflexive. De nombreux genres et œuvres tentent de transgresser le temps, de s’opposer à la vitesse effrénée de la quotidienneté pour s’intéresser à de nouvelles façons de vivre, ou pour effectuer un retour critique sur la modernité qui semble pour beaucoup irréversible.Transgresser le temps c’est s’émanciper de cette «toute-puissance du présent», de cette «tyrannie de l’instant».

Ainsi, l’anachronisme du récit d’anticipation, ou la mythologie du retour à la nature que propose le pagan métal sont tous deux des moyens de s’extraire de la réalité écrasante de la société moderne. L’alliance de ces deux études constitue en elle-même une transgression temporelle puisque nous faisons face à deux époques distinctes de la modernité, les années 1970 pour la science-fiction, et les années 2000 pour le pagan métal. La science-fiction française des années 1970 imprégnée de présentisme, ancre ses récits dans le réel en critiquant la modernité, en dépit d’une construction narrative anachronique impliquant des récits futurs. Enfin, le pagan métal propose de s’émanciper du quotidien moderne, au profit d’une mythologie prônant le retour à la nature et le retour des mythes païens.

Le décalage temporel, mêlé à une réflexion sur notre rapport à la nature dans la modernité, est ainsi vecteur d’idées nouvelles, l’art devient alors un exutoire critique tentant de s’émanciper de l’industrialisme, de l’urbanisme fonctionnaliste, de la surproduction et de la déification des sciences.Ces deux époques et ces deux genres nous permettrons de voir en quoi la transgression du temps peut donner lieu à une critique de la modernité.


Présentisme et critique de la modernité dans la science-fiction française des années 1970 – Marceau Foret

Pagan metal, régrédience et critique de la modernité – Alexia Piotaix