Du domaine des Murmures de Carole Martinez : une émancipation par le sacrifice du corps ?

← Retour au sommaire

Du domaine des Murmures de Carole Martinez : une émancipation par le sacrifice du corps ?

Le roman Du domaine des Murmures, de Carole Martinez, est le récit fictif d’Esclarmonde, demoiselle des Murmures, qui, au jour de son mariage, fait le vœu de devenir recluse afin de se consacrer à la prière. Peut-être plus que dans ses autres romans, C. Martinez met ici le corps au centre de son récit. En enfermant son personnage dans cette étroite cellule de pierres, elle amplifie chacun de ses mouvements, provoquant une intensité inédite. La violence que le personnage d’Esclarmonde choisit de s’infliger est double, puisqu’elle se tranche d’abord l’oreille pour éviter son mariage, avant d’être enfermée, « morte au monde », dans son réduit minuscule, soumettant ainsi son corps à un traitement particulièrement éprouvant. Au vu de l’importance de la thématique religieuse dans ce roman, nous choisissons d’utiliser le terme de « sacrifices1 » pour désigner ces actes de violences. En se mutilant et s’enfermant, Esclarmonde contrevient à l’ordre établi. Elle transgresse les frontières imposées à son corps, et plus particulièrement à son corps de femme. Ce visage amputé d’une oreille et ce physique émacié forment alors un corps dissident2. Dans quelle mesure ce sacrifice permet-il à Esclarmonde de s’émanciper ?

I) Nulle part où exister : objet d’agrément, objet de transaction

Le personnage d’Esclarmonde, bien que privilégié par son appartenance à la noblesse et l’affection paternelle inhabituelle dont elle bénéficie, subit la domination masculine et s’inscrit ainsi du côté des dominées :

J’étais belle, tu n’imagines pas, aussi belle qu’une fille peut l’être à quinze ans, si belle et si fine que mon père, ne se lassant pas de me contempler, ne parvenait pas à se décider à me céder à un autre. […] Mais les seigneurs voisins guettaient leur proie. J’étais l’unique fille et j’aurais belle dot. Parmi les vigoureux fils que Dieu avait offerts à mon père, parmi ses compagnons d’armes et leurs jeunes écuyers, j’étais oiseau et je chantais à toute heure […]. Je résonnais comme une cloche de verre au centre du jardin clos où l’on me tenait aux beaux jours, cousue sur cette tapisserie « mille-fleur » […]. Imagine comme on devait rêver de cette pucelle, douce et sage, de ce chant de vierge qui guidait, du trésor qui m’était attaché, de cette enfant tant aimée par son père ! Mais, de mon désir, nul ne se souciait. Qui se serait égaré à questionner une jeune femme, fût-elle princesse, sur son vouloir ? Paroles de femme n’étaient alors que babillages. Désirs de femme, dangereux caprices à balayer d’un mot, d’un coup de verge3.

Cet extrait insiste sur la beauté d’Esclarmonde. Elle est cependant largement ornementale, en attestent l’usage du verbe « contempler » et la métaphore du chant de l’oiseau ou de la tapisserie. La métaphore de la « proie » renforce l’idée de victime. Convoitée par le regard masculin omniprésent, fasciné et prédateur, elle est, en plus de sa beauté, rattachée à l’idée d’un « trésor », sa « belle dot », et devient par conséquent objet d’un futur marché matrimonial. À ce propos, Geneviève Fraisse déclare :

Si le marché matrimonial est une image ancienne, elle est intéressante car elle donne plusieurs nuances, celle de l’échange réel, achat de la femme par l’homme ou la famille de l’homme, ou au contraire don de la femme accompagné de l’argent de la dot […]. En ce sens, c’est le fait même de l’échange qui constitue l’objet4.

Objet, Esclarmonde l’est donc à plusieurs niveaux : ornement dans le patrimoine paternel, monnaie d’échange ou de transaction sur le marché matrimonial.

De plus, en comparant les « paroles de femmes » à des « babillages », la protagoniste insiste sur l’illégitimité que l’on donne à sa voix, inaudible, semblable à du bruit. A propos du « partage du sensible », Jacques Rancière déclare :

C’est un découpage des temps et des espaces, du visible et de l’invisible, de la parole et du bruit qui définit à la fois le lieu et l’enjeu de la politique comme forme d’expérience. La politique porte sur ce qu’on voit et ce qu’on peut en dire, sur qui a la compétence pour voir et ce qu’on peut en dire, sur les propriétés des espaces et les possibles du temps.5

Les paroles de ces femmes ne sont pas reconnues comme étant politiques, et par conséquent, sans part dans le partage du sensible.

II) Inscrire dans la chair : transgression corporelle et sociale

Pour accéder à sa part, Esclarmonde ne peut pas avoir recours à la parole. Elle est, pour ainsi dire, sans voix. Elle inscrira donc sa revendication, son refus, directement dans sa chair, devant l’assemblée réunie pour son mariage. Notons que la notion de sacrifice est d’autant plus flagrante dans ce décor d’église et cette célébration religieuse :

Là, face au pallium de l’archevêque, venu en personne marier son neveu à la fille de l’un de ses vassaux, je n’ai pas dit « oui ».

Jamais fille n’avait osé pareil affront.

Et, sachant qu’un tel acte ne me serait pas pardonné, j’ai sorti le petit couteau que je tenais caché sous ma robe d’apparat et, prenant pour modèle Ode, la future sanctifiée, je me suis tranchée l’oreille. M’adressant alors à l’archevêque, j’ai déclaré que je m’étais déjà offerte au Christ, mais que personne jusqu’ici n’avait voulu l’entendre, tant il est dur pour une fille d’être écoutée même d’un père juste et aimant.

J’étais résolue à me couper le nez, sans doute ai-je eu pitié de ma beauté. J’ai épargné mon visage. Ne m’arrachant qu’une oreille, dont le cartilage a un peu résisté sous ma lame pourtant soigneusement affûtée.

 La noce, d’abord scandalisée, s’est apaisée face à mon sang répandu, son grondement s’est tu pour percevoir ma voix. Le souffle qui portait mes mots n’était pas naturel. La puissance de mon engagement, le calme de Lothaire – qui, refusé publiquement par une jouvencelle de quinze ans, ne protestait pas, mais restait figé à mes côtés, me voyant pour la première fois –, ma douleur maîtrisée, ma beauté de statue et ce long ruban de sang dans mes mèches dorées, dans mon voile transparent, tout leur a soudain semblé merveille6.

Par son refus, Esclarmonde déshonore plusieurs hommes de pouvoir, à commencer par l’archevêque, mais aussi son père, son promis Lothaire ainsi que sa famille. Plus généralement, cet « affront » est commis contre l’institution du mariage, dont les femmes, comme nous l’avons dit plus haut, ne sont que les objets, les moyens.

Son refus et sa mise en scène sont prémédités, en atteste le couteau caché et « soigneusement affûté […] ». Cet acte de rébellion débute par un silence (« je n’ai pas dit ‘‘oui’’ ») au moment où, exceptionnellement, on attend une parole de la part de la femme. Mais à la question de l’archevêque, il n’y aqu’une seule réponse possible. Les actions de l’événement s’enchaînent de cause à effet : à la suite de ce silence, Esclarmonde se tranche l’oreille (« Et, sachant que »), après cela, elle est en capacité de prendre la parole (« M’adressant alors »). Le silence de l’assemblée lui offre un espace où s’exprimer et être écoutée. Notons qu’Esclarmonde sacrifie son oreille dans le but d’être entendue, soulignant ainsi la thématique de l’écoute, ou plutôt de l’absence de celle-ci.

En se mutilant de son plein gré, Esclarmonde abîme la marchandise qu’elle représente dans le marché matrimonial. La future recluse fait ainsi preuve d’agentivité et s’affirme en tant que sujet. À ce propos, G. Fraisse déclare :

Le devenir sujet est aussi un mouvement d’appropriation. « Notre corps nous appartient », disait le slogan féministe emprunté à l’habeas corpus. L’autonomie dit qu’on est à soi-même sa propre fin, et la propriété souligne la liberté de disposer de soi-même7.

III) Une bouche de pierre : une réclusion émancipatrice

La réclusion d’Esclarmonde est une seconde forme de violence contre soi inédite. Elle débute de façon particulièrement radicale :

Je suis restée quatre jours dans le noir de ma tombe. Certaines de mes sœurs recluses demeurent dans l’obscurité et le silence jusqu’à leur mort.
Quatre jours sans nourriture, sans eau, sans compagnie, sans rien pour m’exciter les sens, quatre jours hors du temps, à boire mes larmes, et mon petit esprit s’est déplié comme coquelicot. À force de foi, de méditation, de jeûne et de solitude, il m’a semblé qu’un chemin s’était ouvert dans l’obscurité, une voie qu’empruntait la cohorte des morts et, à leur suite, j’ai touché l’autre rive. […] Ma foi m’a offert des visions d’une beauté inégalable et ce temps a passé si vite que je n’ai pas cru Jehanne quand elle est venue frapper à mon volet pour m’avertir que je pouvais manger désormais, que le jeûne était terminé […]. Mes membres ne me répondaient plus, ma chair avait été abandonnée trop longtemps par l’esprit. J’ai finalement réussi à me traîner jusqu’à ma fenestrelle. J’ai trouvé la force d’ouvrir mon volet et le jour m’a giflée8.

Ce renoncement au corps et à ses sens permet à la recluse d’atteindre une sorte d’épiphanie spirituelle, un nouvel accès à l’existence sous forme de résurrection symbolique. La chose peut sembler contradictoire, mais en s’enfermant, Esclarmonde cherche à atteindre une forme de liberté :

Je suis celle qui s’est volontairement clôturée pour tenter d’exister. Je suis la vierge des Murmures. […] J’ai tenté d’acquérir la force spirituelle, j’ai rêvé de ne plus être qu’une prière et d’observer mon temps à travers un judas, ouverture grillée par où l’on m’a passé ma pitance durant des années. Cette bouche de pierre est devenue la mienne, mon unique orifice. C’est grâce à elle que j’ai pu parler enfin, murmurer à l’oreille des hommes et les pousser à faire ce que jamais mes lèvres n’auraient pu obtenir, même dans le plus doux des baisers.
Ma bouche de pierre m’a offert la puissance de la sainte. J’ai soufflé ma volonté depuis la fenestrelle et mon souffle a parcouru le monde jusqu’aux portes de Jérusalem9.

C’est bien de son plein gré que la jeune femme s’enferme. Nous empruntons ici encore les mots de G. Fraisse : « Le consentement serait déterminant pour évaluer la liberté d’une personne, le seul critère pour respecter le choix de l’individu10».

En conséquence de ce choix, la relation spatiale au monde de la recluse semble reconfigurée. Michel Foucault déclarait au début de sa réflexion sur Le Corps utopique : « [Le corps] est le lieu absolu, le petit fragment d’espace avec lequel, au sens strict, je fais corps11 ». Or, dans cet extrait, c’est avec sa cellule que le personnage d’Esclarmonde fait désormais corps : « Cette bouche de pierre est devenue la mienne ». Sa cellule forme une carapace épaisse impossible à percer. Elle lui octroie une force symbolique inédite (« la puissance de la sainte »), mais aussi une réelle protection. Victime d’un viol incestueux avant sa mise au tombeau, le personnage d’Esclarmonde déclare, non sans lien : « Où je suis, nul ne peut plus m’atteindre12 ». En s’enfermant, elle soustrait son corps, premier lieu et objet des violences patriarcales. Ce faisant, elle s’offre une existence sociale dont le statut n’est pas déterminé par la présence de ce corps féminin, mais plutôt par son absence. Elle devient parole d’autorité religieuse, ce qui au XIIe siècle vaut bien celle de seigneurs et de princes.

IV) L’impossible enfermement du vivant

Malgré la relative réussite de sa stratégie d’émancipation, la vie s’insinue de façon incontrôlée dans la réclusion d’Esclarmonde, dans son corps lui-même : « Christ avait décidé de ne pas me soustraire au fardeau de la grossesse. Et moi qui me croyais à l’abri du diable dans ma tombe ! »13. Si elle parvient à maîtriser seule son accouchement (encore une forme symbolique forte de réappropriation de son corps) et à faire passer la naissance de son fils, nommé Elzéar, « secours de Dieu », pour une « confection miraculeuse14 », Esclarmonde se refuse à se séparer de lui. L’enfant, en grandissant, considère « […] le reclusoir comme une partie du corps de sa mère15 », renforçant ainsi l’association entre Esclarmonde et sa cellule. Mais puisque l’enfant ne peut être enfermé avec elle, Esclarmonde finit par vouloir retirer les barreaux qu’elle avait choisi de poser. Elle souffre désormais de son enfermement. On ne peut alors plus parler de liberté d’agir puisque le consentement sincère et entier à cette réclusion s’étiole. Elle ne consacre plus sa vie à la prière qu’elle délaisse. On ne saurait définitivement enfermer le vivant. La position de recluse pouvait agréer à la pucelle des Murmures mais pas à la femme qu’elle devient :

Et moi, j’étais entrée dans ma cellule comme en un navire, j’y avais essuyé des tempêtes, abordé des terres inconnues, j’y avais tout perdu et tellement espéré. Comment pouvait-on tant apprendre, tant changer, tant souffrir, tant vieillir, en si petit espace ?16

La rumeur de sa sortie se répandant, les bénéficiaires de son sacrifice se refusent à voir leur chance tourner et n’hésitent pas à user de la violence, du meurtre pour la retenir :

J’ignorais qu’il arrivait que le menu peuple, aveuglé par la terreur, commît des meurtres pour qu’un saint ne quitta pas son pays. J’aurais dû voir que ma présence s’était changée en un vrai trésor et comprendre que, vivant ou mort, le corps d’un saint gardait tous ses pouvoirs17.

Le reclusoir, tombeau symbolique d’Esclarmonde, prend alors une signification littérale puisqu’elle y perd la vie.

Le personnage d’Esclarmonde n’échappe pas à « cette fonction d’échange persistante » que qualifie G. Fraisse de la façon suivante :

[…] je propose de qualifier cette fonction d’échange persistante, fonction où les femmes continuent, malgré elles, et malgré tout, à servir à autre chose qu’à leur finalité subjective propre, de monnaie politique. Il s’échange toujours quelque chose avec les femmes. Moyen d’échange, lieu d’échange, la situation reste troublante18.

En entrant dans son tombeau, Esclarmonde se libérait de sa condition de fille. Elle ignorait alors que les liens qui l’attacheraient à sa charge de Sainte seraient peut-être plus forts encore.

Par Julia Barantin

  1. « Offrande à Dieu d’un acte de renoncement, d’une privation en union avec le sacrifice du Christ », d’après le Cnrtl, [en ligne] https://www.cnrtl.fr/definition/sacrifice, consulté le 20/04/20, à 10h58. []
  2. Sur le même thème, voir communication : « Le corps fantôme : fracture identitaire et dissidence corporelle dans Dans ma peau (2002), de Marina de Van », de Mathilde Jozefowicz. []
  3. MARTINEZ, Carole, Du domaine des Murmures, Paris, éd. Gallimard, 2011, p. 20. []
  4. FRAISSE, Geneviève, « Le devenir sujet et la permanence de l’objet », Nouvelles questions féministes, Lausanne, éd. Antipodes, pp. 14-23, 2005, p. 19. []
  5. RANCIÈRE, Jacques, Le partage du sensible, La Fabrique, 2000, p. 14. []
  6. MARTINEZ, Carole, op. cit., p. 27-28. []
  7. FRAISSE, Geneviève, op. cit., p. 16. []
  8. MARTINEZ, Carole, op. cit, p. 48-49. []
  9. Ibid., p. 19. []
  10. FRAISSE, Geneviève, op. cit., p. 16. []
  11. FOUCAULT, Michel, Le Corps utopique, Les Hétérotopies (1966), Paris, Nouvelles Éditions Lignes, 2012, p. 9. []
  12. MARTINEZ, Carole, op. cit., p. 53. []
  13. Ibid., p. 66-67. []
  14. Ibid., p. 96. []
  15. Ibid., p. 142. []
  16. Ibid., p. 195. []
  17. Ibid., p. 217. []
  18. FRAISSE, Geneviève, op. cit., p. 21. []