La violence faite au corps

← Retour au sommaire

Les corps dissidents, entre sacrifice et émancipation

Mon corps, c’est le contraire d’une utopie, ce qui n’est jamais sous un autre ciel, il est le lieu absolu, le petit fragment d’espace avec lequel, au sens strict, je fais corps .

Michel Foucault, Le corps utopique

Cette réflexion de Michel Foucault nous permet de reconnaître que la question du corps est inextricablement liée à celle de l’espace, que le corps est en quelque sorte un premier lieu. On pourrait le penser comme une matérialité réelle et tangible qui permettrait de mettre en relation le monde et ses sujets. L’idée s’est répandue que le corps est également le lieu de tous les possibles. C’est un espace investi de significations et subordonné par un effet de totalisation de l’humanité. Le corps est par conséquent le lieu d’enjeux politiques, outil d’asservissement, mais aussi de transgression. L’expropriation possible des corps semble mener à des formes de manipulation massives en vue de pérenniser une certaine société dans laquelle les uns utilisent le pouvoir des autres afin de maintenir un contrôle sur la vie, comme sur la mort.

La question de la violence se pose généralement dans le cadre de la relation entre corps dominants et corps dominés. Elle peut se présenter sous bien des formes et semble agir par la privation d’une capacité d’agir, voire de penser, inhérente à tout être humain. Mais qu’advient-il lorsque des corps asservis dérogent à leurs fonctions socialement convenues ? Qu’advient-il lorsque des corps retournent la violence extérieure contre leur propre chair ? Qu’advient-il lorsque certains lieux refusent la présence des corps ou que les corps eux-mêmes ne permettent plus aux lieux d’exister ? 

Les oeuvres étudiées paraissent renverser les rapports de pouvoir. Pour ne plus subir la violence d’un ordre établi, les personnages travaillent leurs propres corps. Le cannibalisme, la mutilation, l’enfermement, la confrontation. Les espaces semblent se restructurer à l’intérieur même de la dissidence pour permettre une réappropriation des lieux. La violence subie devient une violence choisie que les personnages s’autorisent à manier, avec ou sans précaution, devenant ainsi bourreaux et victimes de leurs propres corps. Par cette réappropriation individuelle les personnages transgressent l’intégrité de leurs corps normatifs -qui semble être à la fois un espace de mise en scène politique et social- pour s’ouvrir à de nouvelles formes de vie.


Du domaine des Murmures, de Carole Martinez : une émancipation par le sacrifice du corps ? – Julia Barantin

Le corps fantôme : fracture identitaire et dissidence corporelle dans Dans ma peau (2002), de Marina de Van – Mathilde Jozefowicz

L’inexistence du corps trans dans Girl (2018), de Lukas Dhont – Manon Simoni

Résilience de Marie, dans Le pays où les arbres n’ont pas d’ombre de Katrina Kalda – Yawavi Ayedje