Transgression de la lettre du texte original et transgression morale : les variations du personnage du Comte de Monte-Cristo dans les adaptations télévisuelles du roman d’Alexandre Dumas

← Retour au sommaire

Transgression de la lettre du texte original et transgression morale : les variations du personnage du Comte de Monte-Cristo dans les adaptations télévisuelles du roman d’Alexandre Dumas

Edmond Dantès, jeune marin marseillais à l’avenir prometteur, a le malheur d’entrer en possession d’une lettre compromettante, et se retrouve trahi par quatre hommes ayant chacun un intérêt personnel à le faire disparaître : Fernand Mondego convoite la fiancée de Dantès, Mercédès Hererra. Le procureur Gérard de Villefort protège à la fois sa famille et sa position d’un potentiel scandale bonapartiste. Le financier Danglars envie le poste de Dantès à bord de son navire, et l’aubergiste Gaspard Caderousse est trop ivre et trop lâche pour empêcher les trois autres d’agir. Edmond est alors enfermé et oublié de tous dans la prison du Château d’If, où il fait la rencontre d’un autre prisonnier, l’Abbé Faria. Celui-ci prend en main son instruction, et le met sur la piste d’un fabuleux trésor. Edmond s’en empare lors de son évasion à la suite de la mort de son mentor. Il prépare sa vengeance.

Des décennies plus tard, trois des quatre conspirateurs, Mondego, Villefort et Danglars, ont profité des fruits de leur trahison et sont bien établis dans la société parisienne. Edmond Dantès revient pourtant les hanter lorsqu’un individu mystérieux, le Comte de Monte-Cristo, surgit et s’immisce dans leurs vies. Il détruit alors lentement mais sûrement tout ce qu’ils ont construit.

Ce roman, Le Comte de Monte-Cristo, écrit par Alexandre Dumas Père en collaboration avec Auguste Maquet, fut à l’origine diffusé sous forme de feuilleton dans le Journal des Débats de 1844 à 1846. Mais notre analyse se propose plutôt d’en étudier trois adaptations parmi les plus récentes : la minisérie française Le Comte de Monte-Cristo ((DAYAN, Josée, Le Comte de Monte-Cristo, France, TF1, 1998, 4 épisodes de 100 min.)) de Josée Dayan, le film américain de Kevin Reynolds La Vengeance de Monte-Cristo ((REYNOLDS, Kevin, La Vengeance de Monte-Cristo, Etats-Unis, Touchstone Pictures, 2002, 131 min.)), et la série d’animation japonaise de Mahiro Maeda, Gankutsuou ((MAEDA, Mahiro, Gankutsuou, Tokyo [Japon], GONZO, 2004-2005, 24 épisodes de 25 min.)).

En premier lieu, il convient de préciser que la transgression inhérente au processus d’adaptation d’une œuvre littéraire vers un autre support est inévitable. Le Comte se sert des familles et des proches des trois traîtres pour les atteindre. Il les punit par où ils ont péché : le procureur Villefort se découvre un fils criminel, est dénoncé comme infanticide après avoir perdu presque toute sa famille, et devient fou. Mondego est renié par sa femme et son fils après avoir été publiquement dénoncé pour crimes de guerre et se suicide. Danglars, quant à lui, est ruiné. Les actes de vengeance du Comte, systématiquement dirigés à l’encontre d’un personnage précis, donnent lieu à de nombreuses sous-intrigues. Leur conservation dans les adaptations n’est pas garantie : la transgression du texte original découle en partie des contraintes du support, notamment en matière de temps disponible. Des trois œuvres que nous avons choisies, aucune n’est exempte de suppressions. La chercheuse Sylvie Milliard l’explique dans son article « Monte-Cristo à l’écran1 » :

« Le nombre même des personnages de Dumas rend très difficile une fidélité absolue des adaptations.  La durée même des films l’interdit. […] Il faut donc faire des choix, voire des modifications2 ».

La transgression est nécessaire, inévitable. Il ne s’agit donc pas de juger la qualité des œuvres, mais d’analyser comment ces transgressions s’opèrent, d’en étudier les mécanismes. Par exemple, la transgression la plus évidente que nous pourrions aborder est le changement radical de cadre spatio-temporel dans Gankutsuou : il s’agit d’une œuvre de science-fiction, se déroulant dans le futur sur fond de guerre intergalactique. Paradoxalement, cette série modifie peu, au fond, l’intrigue originale élaborée par Alexandre Dumas.

La rédemption du Comte commence, dans le roman, lorsque le jeune Albert de Morcerf le provoque en duel pour venger l’honneur de son père. Afin de sauver la vie de son fils, Mercédès, qui a reconnu dans le Comte son ancien fiancé, se rend chez lui et le supplie d’épargner la vie d’Albert : Monte-Cristo accepte et se résout à se laisser tuer. Le duel n’a cependant pas lieu : Albert, apprenant de Mercédès l’histoire d’Edmond Dantès, renonce et s’excuse. Cet événement amène le Comte à mesurer les conséquences de ses actions. Cela ne suffit pas à le convaincre de s’arrêter, mais réveille sa conscience morale.

Le point de non-retour pour le Comte de Monte-Cristo intervient plus tard : il s’agit de la mort du petit Édouard de Villefort, fils du procureur qui l’a injustement emprisonné. Le petit garçon est tué, avec un poison dont le Comte a fourni la recette, par sa propre mère, une tueuse en série qui se suicide sur l’ordre de son mari pour s’épargner le déshonneur d’un procès. L’enfant comme dommage collatéral est présenté comme la transgression ultime : le Comte tente même en vain de le sauver. Il s’agit d’une victime innocente, mais uniquement du fait de son enfance. Le personnage en lui-même n’est d’ailleurs pas particulièrement sympathique : la narration le qualifie ainsi de « fléau domestique3 » et mentionne, entre autres, qu’il mutile des animaux4. La transgression repose donc sur la valeur symbolique de l’évènement plutôt que sur l’attachement du lecteur à la victime, ce qui empêche le Comte de perdre toute la sympathie que l’on peut éprouver pour lui.
À la suite de cette tragédie, Monte-Cristo change ses plans. Dans le roman de Dumas, la  vengeance n’est pas assouvie totalement : le Comte décide lui-même de s’arrêter en voyant qu’il est allé trop loin. Le dernier des traîtres, le Baron Danglars, est donc épargné (mais non sans avoir été convenablement traumatisé au préalable).

Le Comte de Monte-Cristo chez Dumas est un personnage machiavélique mais qui se redécouvre (certes tardivement) des capacités de pardon et de compassion.  Monte-Cristo est ainsi l’anti-héros par excellence, un « admirable scélérat », comme le désigne Emilie Pézard, dans son article « Enjeux éthiques d’un modèle paradoxal : les admirables scélérats du romantisme5 », un protagoniste qui présente « […] à la fois des caractères négatifs et des caractères positifs du point de vue moral6 ». Certes Monte-Cristo se situe du côté positif de ce type de personnage, puisqu’il a pour objectif la justice, la réparation d’une faute commise à l’encontre d’un innocent. Mais c’est une justice impitoyable qui ne recule en rien devant la perspective de blesser ou tuer d’autres innocents au passage. Ses méthodes, qui impliquent l’anéantissement à la fois physique et psychologique de ses cibles, sont parfaitement discutables. Le personnage incarne un paradoxe : on l’admire et on le craint à la fois, et par cela, il fascine.

C’est le traitement variable de la dimension transgressive du personnage tel qu’il est présenté dans les différentes adaptations qui nous intéresse pour cette analyse. Nous nous trouvons face à deux cas de figure différents.

D’une part, dans La Vengeance de Monte-Cristo, et dans une moindre mesure dans la minisérie de Josée Dayan, on assiste à l’héroïsation et la suppression des aspects immoraux du personnage : il s’agit de transgresser la source pour être moins transgressif. Dans les deux cas, les conséquences de la vengeance sur les innocents sont réduites ou disparaissent. Édouard n’existe pas, et c’est donc la relation avec Mercédès qui sert de catalyseur à la rédemption. Le point de non-retour moral n’est jamais atteint par le Comte qui ne risque pas de perdre la sympathie du spectateur, et qui y gagne par conséquent une fin heureuse traditionnelle.

D’autre part, dans Gankutsuou, le positionnement du Comte en tant qu’antagoniste découle d’un renversement de la perspective narrative : le jeune Albert devient le protagoniste, et la vengeance est observée de l’extérieur et envisagée dans toute son horreur par un adolescent naïf incapable au départ de comprendre pourquoi le sort s’acharne ainsi sur lui et sur sa famille. Certes le petit Édouard est épargné, mais le Comte refuse la supplication de Mercédès. Le duel a bien lieu, avec des conséquences tragiques. La dernière partie de la série voit ainsi Monte-Cristo se transformer en force maléfique refusant de s’arrêter d’elle-même et qui doit être stoppée par autrui. La destruction qu’il cause est donc autrement plus grande que dans le roman. Les traits transgressifs du personnage sont amplifiés à l’extrême, ce qui a pour conséquence une modification en profondeur de la narration

Transgresser le texte original pour faire du Comte un personnage plus ou moins transgressif semble être un passage obligé des adaptations télévisuelles du Comte de Monte-Cristo. Le degré de transgression semble être à la fois la conséquence d’une réaction attendue et d’un positionnement de l’audience par rapport aux actions du protagoniste, et des contraintes ainsi que des possibilités du support choisi par rapport au roman. Le personnage, transgressif par nature, devient alors vecteur d’interprétations variées qui amènent à s’interroger sur les normes littéraires et morales.

Par Lucie Gaultier

  1. MILLIARD, Sylvie, « Monte-Cristo à l’écran », in MIGOZZI, Jacques, De l’écrit à l’écran, PULIM, 2000, p. 633. []
  2. Ibid. p. 635. []
  3. DUMAS, Alexandre, Le Comte de Monte-Cristo [1844], Paris, LGF, Le Livre de Poche, coll. Classiques, 1995, 800 p, Vol. I, p. 749. []
  4. Apparemment, la sociopathie est un trait de famille chez les Villefort : le père est corrompu et infanticide, la mère est une empoisonneuse en série, le frère illégitime est un criminel endurci. []
  5. PÉZARD, Émilie, « Enjeux éthiques d’un modèle paradoxal : les admirables scélérats du romantisme » [en ligne], Fabula, Colloque « Le Personnage, un modèle à vivre », 01/03/2018, consulté le 14/04/2020 sur https://tinyurl.com/ro3szpp. []
  6. PÉZARD, Émilie, « Transformations du roman noir à l’Époque romantique. Le règne nouveau des admirables scélérats », Romanesques, num.10, Romanesques noirs (1750-1850) 2018, p. 249 à 266, p. 5. []