La transgression vue par la critique dans Lélia

← Retour au sommaire

La transgression vue par la critique dans Lélia

Le XIXe siècle, caractérisé par d’importants bouleversements dans les domaines politiques, littéraires et sociétaux, voit l’émergence de nouvelles figures littéraires. Parmi elles se distingue une femme qui sera d’emblée une figure importante de la littérature engagée : il s’agit d’Aurore Lucile Dupin, plus connue sous le nom de George Sand. Ses romans marquent les esprits surtout à son époque par leur caractère audacieux en décalage avec ce que l’on pourrait appeler les « bonnes mœurs ». Parmi ses romans célèbres parus dans les années 1830, Lélia fut à l’origine de nombreuses controverses.

Lélia est un roman de George Sand paru en 1833 dans sa première version, qui fait l’objet d’une réédition six années plus tard. Cette œuvre nous raconte l’histoire d’une femme qui se définit par son épuisement de vivre malgré son jeune âge. Elle se retrouve en proie à de perpétuels questionnements sur le sens de sa vie et du monde. Elle est, tout au long de son existence, éprise d’absolu, et consacre de nombreuses heures à la méditation. Parallèlement, nous découvrons au cours du roman l’existence de sa sœur, Pulchérie. À première vue, celle-ci est l’antithèse parfaite de Lélia. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, les deux sœurs ne semblent en réalité former qu’un seul être. Lélia aime un jeune poète nommé Sténio mais refuse cet amour en raison d’un échec qu’elle a subi dans le passé. Elle est par ailleurs aimée d’un moine, Magnus, mais cet amour se révèle également impossible.

Il convient dans un premier temps de définir le sujet qui nous intéresse ici, la transgression. En effet, cette dernière est bien souvent connotée négativement, car elle désigne le franchissement d’une barrière. Elle apparaît comme un passage vers l’interdit. Elle peut cependant être envisagée comme une émancipation, une ouverture vers davantage de liberté. La transgression devient alors un point de bascule qui permet d’entrevoir un nouveau champ des possibles. Elle devient en ce sens un acte de résistance au service de la nouveauté. La littérature et l’écriture sont des vecteurs parmi d’autres de cette transgression. Le moment du basculement vers le transgressif est particulièrement délicat à définir.

Dans le cas présent, l’autrice elle-même incarne cette transgression à deux niveaux. Son expérience personnelle de femme au sein d’un univers essentiellement masculin tant dans le milieu journalistique qu’elle a fréquenté, que littéraire, fait naître en elle le désir d’adopter une posture qui peut être qualifiée de transgressive. Elle se fait la porte-parole des femmes, non seulement dans le choix des sujets abordés, mais aussi dans ce qu’elle est en tant que femme. Elle fait le choix de s’habiller comme un homme, de porter un pseudonyme masculin, et elle se met à fumer le cigare au début de sa carrière littéraire. De plus, un ouvrage biographique nous révèle qu’encore adolescente, George Sand était déjà décrite comme « courant hardiment la campagne à cheval, habillée en garçon, au grand scandale des habitants du pays1 ». George Sand n’en est donc pas à ses débuts lorsqu’elle investit cette position publiquement. La seconde posture transgressive réside dans son écriture. Elle fait le choix d’aborder des sujets polémiques pour l’époque et en a bien conscience. Cela lui vaudra d’être l’objet de nombreuses critiques et caricatures notamment par la gent masculine.

George Sand choisira de ne pas faire de la théorisation de la littérature un des aspects fondamentaux de son écriture. Elle s’octroie une certaine liberté dans ses écrits comme dans sa vie. Cette émancipation est rendue possible par le déploiement, tout au long du récit, d’un imaginaire qu’elle a commencé à conquérir dès sa plus tendre enfance. Elle se crée un monde fantastique et poétique gouverné par un dieu imaginaire2.

Cette liberté la démarquera des quelques rares autres autrices de son temps. Lélia fut écrite une première fois, puis remaniée et republiée six années plus tard. La première publication fut à l’origine d’un déferlement de critiques. Certains éditeurs, comme Buloz, refusèrent de la publier lors de la première parution du roman. Il n’accepta que  lors de la réédition de l’œuvre en 1839. Même si le terme de transgression n’est pas employé directement, c’est bien de cela qu’il s’agit. George Sand est qualifiée par une partie de la critique contemporaine comme un écrivain « sans style»3. La première question qui se pose est de savoir sur quels critères repose un style. Si l’on parle du style de l’œuvre ou plutôt de sa tonalité, le lyrisme y est prédominant. Comment qualifier un style d’écriture féminin à l’opposé d’un style d’écriture masculin et qu’auraient-ils de distinct ? Le postulat d’un manque de style s’appuie essentiellement sur une conception rousseauiste, lequel, au-delà de sa misogynie générale, ne manque pas de préciser sa vision d’une autrice dans sa Lettre à D’Alembert : « les femmes, en général, n’aiment aucun art, ne se connoissent [sic] à aucun, et n’ont aucun Génie4 ». Il s’agirait d’une inexistence de style lorsqu’il s’agit d’une femme. Nous retrouvons des critiques similaires chez  Barbey d’Aurevilly qui s’attaque lui aussi à la fois au style et aux personnages : « J’ai lu Lélia. C’est mauvais de tout point quant à l’idée […]. Sténio est un imbécile, Magnus un fou sans grandeur, Pulchérie une putain sans verve et Lélia une impossibilité ».

Un auteur, Capo de Feuillide, consacre dans sa revue littéraire quatre pages à la critique de cette œuvre qu’il juge comme «  sentant la boue et la prostitution5 ».

Si les précédents auteurs semblent nier le talent de l’autrice en sa qualité de femme, ce dernier va plus loin en s’attaquant précisément au sujet de l’œuvre.

Dans le roman, Lélia se retrouve confrontée à de multiples dilemmes face à différents prétendants masculins. Ces derniers paraissent n’exister que de fait et semblent subir leur existence, aussi malheureuse soit-elle plutôt que de la vivre. Sténio se suicide car, alors qu’il pensait retrouver Lélia lors d’un rendez vous, celle-ci a envoyé sa sœur à sa place. Lélia et sa sœur Pulchérie se retrouvent en position de domination tout au long du récit. Elles ont le monopole de la parole et des décisions. Paradoxalement, Lélia est présentée, tant dans son attitude que dans ses paroles, comme gardant toujours une certaine hauteur par rapport aux autres personnages. Ses actes et paroles sont la plupart du temps sujets à des interprétations polysémiques, ce qui donne par ailleurs au récit toute sa richesse.

George Sand a conscience, en écrivant cette œuvre, que le personnage de Lélia est un personnage impossible, mais l’existence même de cette dernière incarne la transgression. Elle rend l’impossible possible par le biais de l’écriture et franchit par là même une première limite. La seconde transgression est celle de la présence cachée de la frustration sexuelle de la jeune femme à travers des euphémismes divers tout au long du récit. Lélia, à de nombreuses reprises, est décrite comme étant « froide, de marbre ou encore paralysée6 », ce qui laisse entrevoir une frustration autre qu’intellectuelle et métaphysique. L’existence de Lélia peut alors permettre, grâce à la littérature, d’initier un nouveau modèle de femme, plus indépendante, libre et épanouie par un rapport ironique avec le personnage qui y est présenté. La transgression perçue est davantage liée, semble-t-il, au choix du sujet plutôt qu’à un style précis. Le roman fait l’objet de polémiques précisément parce qu’il sort des normes fictionnelles connues. Les malheureux adultères des romans précédents de George Sand laissent place à une pleine liberté de la femme, et une inversion des positions de l’un et l’autre est rendue possible par les choix transgressifs de l’autrice, aussi critiquée fut-elle.

Par Estelle Bonneau

  1. BREM (de), Anne-Marie, George Sand, un diable de femme, Paris, éd. Gallimard, 2004, p. 18. []
  2. Ibid., p. 16. []
  3. BARBEY D’AUREVILLY, « Madame George Sand », in La Veilleuse, 1863. []
  4. ROUSSEAU, Jean-Jacques, Lettre à D’Alembert, Paris, GF Flammarion, 2003. []
  5. Revue L’Europe littéraire, 22 août 1833. []
  6. SAND, George, Lélia, Paris, éd. Gallimard, Coll. « Folio classique », 2003, p. 150. []