Mastériale 2020

Knife – John Conn, NY Subway Series (1980)

Avant-propos

Chaque année, les étudiant.e.s de master 2 organisent une journée d’études au printemps pour présenter publiquement leurs recherches. Elles et ils choisissent avec l’aide d’un.e enseignant.e des axes d’étude, élaborent un programme scientifique et assurent la logistique de l’événement. Cette année, en raison du confinement, nous avons remplacé la journée d’études par une mastériale en ligne.
L’édition 2020 de notre mastériale explore les “transgressions”, un terme que l’on peut entendre dans un sens politique (transgression des normes sociales, violences genrées) et esthétique (transgression des codes et des traditions). Autour de cette notion commune, les textes rassemblés ici tissent des liens inattendus entre des corpus et mediums variés – des romans de George Sand à la science-fiction française des années 1970, de Marcel Proust au pagan metal, de David Lynch aux jeux vidéo, de la tapisserie de Jean Lurçat au cinéma queer.

 


Introduction

« En tout, la modération est belle,
En tout, la transgression est condamnable1 ».
(Phocylide de Milet)

Privilégier l’obéissance aux règles au désir d’y contrevenir, c’est ce qu’enjoint Phocylide de Milet six siècles avant notre ère, quand il conseille à tout homme de jouir de sa propriété sans empiéter sur celle d’Autrui. D’emblée, le ton est donné : selon ce moraliste élégiaque, la transgression est une désobéissance, une faute grave – et ce, quelle qu’elle soit – et elle est susceptible de valoir un châtiment. Rien ne vaut la soumission aux lois établies, car elles assurent, entre autres, l’entente avec Autrui. Si chacun reste sur ses terres sans envahir celles des autres, le bon voisinage est garanti.

La transgression serait alors une attaque envers Autrui, envers celui qui n’est pas moi, que cet Autre soit mon voisin, ma famille, ou les principes sociaux en vigueur. Dans l’étude qui va suivre, ce sont surtout les codes artistiques qui sont visés par ces actes transgressifs : victimes du débord de la création, leurs frontières, ancrées depuis des siècles d’âge classique, sont refoulées vers de plus lointains horizons par la modernité qui s’institue comme un mouvement constant de transgressions des règles, faisant de la transgression le signe même de la valeur d’une œuvre.

Dans tous les cas, ces processus induisent une réflexion. Réflexion sur les normes artistiques et culturelles, réflexion sur la matière même – qu’elle soit picturale ou littéraire –, réflexion en quelque sorte sur un corps, le nôtre ou celui du médium engagé. La question ne serait alors plus de savoir si « la transgression est condamnable », mais de comprendre quels sont ses enjeux, et les formes qu’elle prend.

À quel besoin, quelle nécessité répond l’acte transgressif, quand, en un vœu émancipateur, il fuit le carcan qui lui est originellement imposé pour découvrir, loin des Autres, quelque chose qui, finalement, n’est autre qui lui-même ?

Cette série d’études, allant de l’image fixe à l’image animée en passant par la littérature et la musique, se propose de rendre à la transgression la place qui lui revient de droit : non pas celle du « vilain petit canard » exclu de la société palmipède et condamné à l’exil, mais celle du cygne adulte, qui, découvrant en dépassant ses limites sa véritable nature, se révèle en réalité lui-même.

Par Marie-Reine Mouton


Sommaire

 

  1. MILET (de), Phocylide, in Moralistes grecs, « Sentences de Phocylide » (VIe siècle avant J.-C.), Traduit du grec, Paris, Éditions Charpentier, 1845, p. 403, n° XXIII. []