La Violence qui Détruit la Trace dans Les Chevaliers Teutoniques de Sienkiewicz – Anne-Sophie Delahais

La violence qui détruit la trace dans les Chevaliers Teutoniques de Sienkiewicz (1900)

Anne-Sophie Delahais

 

    La violence étant fréquente dans les romans du genre épique, elle a donc toute sa place dans le roman de Henryk Sienkiewicz, Les Chevaliers Teutoniques ou Krzyzacy dans sa version originale. Certes, la brutalité qu’évoque ce type d’œuvre se rapporte surtout aux combats, batailles et guerres qui y sont invariablement associées. Les images qui viennent à l’esprit du lecteur sont celles de cape et d’épée et par extension, de sang et de brutalité. La violence qui est passée sous silence est, quant à elle, moins évidente. Ayant lieu en aparté, elle est seulement rapportée et non pas montrée. La disparition d’un objet dans ce roman, d’un luth en l’occurrence, en est un bon exemple. En effet, c’est ce luth qui constitue la trace d’une joie passée, trace qui sera progressivement effacée avant d’être détruite.

    Dans le cadre de cette étude, pour une bonne compréhension de Krzyzacy, il est essentiel de connaître le contexte historique entourant sa création. En effet, ce roman dont la temporalité se situe au quatorzième siècle, se veut la réminiscence idéalisée de la Pologne au Moyen-Âge. Au moment où Henryk Sienkiewicz s’attelle à son écriture, en 1897, cela fait exactement un siècle que la Pologne, dépecée, a disparu des cartes. La volonté de rayer son territoire de la carte se double à celle d’effacer le souvenir de son existence. Cela s’avère inégal selon les nations qui occupent chacun de ses anciens territoires, en l’occurrence la Prusse, l’Autriche-Hongrie et la Russie. Sienkiewicz demeure sur le territoire russe et ne peut pas critiquer ouvertement le gouvernement du tsar. Il prend alors le parti, dans Krzyzacy, de choisir la figure de moines soldats germaniques comme antagonistes afin d’éviter la censure. Ainsi, il peut décrire tout à son aise ce royaume de Pologne-Lituanie, dans un récit au ton nostalgique et empreint d’une certaine emphase : « [n]i l’empereur romain, ni aucun des autres rois ne possède un État aussi vaste, des terres aussi étendues, ni une chevalerie aussi nombreuse.[1] »

    L’intrigue suit le protagoniste, Zbyszko, qui passe la majeure partie du récit à chercher Danuta, sa femme, enlevée par les Teutons[2]. En toile de fond se déroulent les conflits entre le Royaume et ces derniers. Lors de ses apparitions, le personnage de Danuta est presque invariablement accompagné de son luth. Cet objet a une fonction de reconnaissance, de signature et représente une trace tangible et matérielle de son passage. Comment ce luth, en tant que trace, se rapporte-t-il à une violence qui détruit ? Nous verrons en premier lieu ce qu’implique cette trace. Ensuite, nous analyserons pourquoi cette destruction de la trace est l’illustration d’une violence.

    Fille d’honneur d’une duchesse, Danuta doit divertir la cour lors de sa première apparition. Elle est décrite ainsi :

les musiciens s’assirent aux extrémités tandis qu’entre eux se dressait la jeune fille qui portait le luth aux clous de cuivre. Elle avait une couronne sur la tête, ses cheveux se répandaient sur ses épaules […] Montée sur le banc, elle semblait un petit enfant, mais était merveilleuse comme une statuette de l’église ou de la crèche. [3]

    Le luth a, comme nous allons le voir, une dimension symbolique par la symbiose qu’il semble avoir avec sa porteuse. Dans cette présentation de Danuta, comme celles qui suivront, l’accent est mis sur la jeunesse, la beauté et surtout l’innocence qu’elle représente. Rappelons que Les Chevaliers Teutoniques est un roman historique dans la lignée de ceux de Walter Scott. En effet, nous suivons des personnages fictifs qui, au fil du récit, vont croiser des personnages bien réels dont l’historicité est attestée. Dans cette perspective, les personnages historiques sont présentés davantage comme des tableaux, moins approfondis que les personnages fictifs. Ainsi, Waclaw Lednicki décrit le processus d’écriture de Sienkiewicz en ce sens :

Suivant les principes empruntés aux romans de Walter Scott, il crée des miniatures qui changent de couleurs sous les rayons du soleil et se laissent regarder, mais pas connaître…tels le roi Jagellon et la reine Jadwiga. Ils apparaissent comme des visions, comme des images distinctes. Le personnage fictif de Danusia apparaît de la même manière jusqu’à un certain point.[4]

    Le lexique utilisé plus tôt à son égard – « couronne », « statuette de l’église » – participe à lui donner l’apparence d’une figure mystique voire christique. La couronne est un attribut courant des saints, des personnages bibliques qui sont souvent morts en se sacrifiant pour leurs idéaux. Les statues, froides et dures, ne sont pas sans rappeler la mort. Ces comparaisons lui prédisent un destin funeste. Le luth contribue à donner à Danuta une image de figure légendaire. Dans l’imaginaire collectif, la musique est un élément primordial liée à l’ère médiévale Le luth est un instrument associé à cette période tombé maintenant en désuétude. En voyant la jeune fille, Zbyszko a le sentiment qu’«  il l’avait déjà vue jadis, mais il ne se souvenait point si c’était en songe ou quelque part à Cracovie sur un vitrail.[5] » Ce souvenir possiblement imaginaire, voire onirique, renforce la projection d’une image opaque et insaisissable. Elle apparaît à ses yeux comme étant presque irréel. Ce n’est pas seulement Zbyszko qui la perçoit ainsi mais également le lecteur. « Du point de vue du lecteur, la figure romanesque est rarement perçue comme une créature originelle, mais rappelle souvent, de manière plus ou moins implicite, d’autres figures issues d’autres textes. [6] » De fait, pour le lecteur la figure de Danuta n’est pas décrite comme une personne, mais davantage comme un être surnaturel sans défaut.

    Ces descriptions de Danuta la détachent du réel, surtout en comparaison aux autres personnages. Le fait que Zbyszko, à l’issue de cette rencontre, décide de lui jurer fidélité dans le style typique de l’amour courtois et qu’elle se retrouve plus tard à jouer le rôle de la damoiselle en détresse ne fait qu’accentuer cette impression. Bien sûr, on peut dire que la formulation « détaché du réel » est hasardeuse si, comme ici, on parle d’une fiction. D’après L’effet personnage dans le roman de Vincent Jouve ces deux personnages sont surnuméraires, car sans référent réel. Ainsi, si l’auteur emploie un « cahier des charges  » pour le personnage de Danuta, son apparence et son rapport à la musique servent un but bien précis. Sa figure de noble demoiselle adepte d’art permet au récit de contrebalancer les moments de tensions que sont les combats. De plus, durant sa démonstration musicale, un rapport est systématiquement établi avec les animaux, en particulier les oiseaux. Cette comparaison de la musique avec « le gazouillis des oiseaux au printemps[7] » est appuyée par le chant qui accompagne le luth. Dans ce chant, elle émet le vœu de devenir un cygne. Ce rapport aux oiseaux se retrouve également dans la promesse que lui fait Zbyszko. Il lui promet  de lui rapporter trois plumes de paon qui ornent les casques des Teutons, afin de venger sa mère décédée par leur faute. Bien sûr, pour tenir cet engagement, il lui faudrait tuer un de ces chevaliers avant de récupérer une plume. Cependant, sa première tentative se solde par un échec. Cela constitue l’événement déclencheur du cycle de violence dans ce récit.

     Tout au long du roman, les paroles de la chanson de Danuta sont toujours les mêmes à l’exception des dernières fois où elle les chante : le timbre de sa voix est abattu. Peu de temps avant d’être enlevée par les Teutons, Danuta chante avant de partir : « Mais tout à coup, sa voix se brisa, ses lèvres se mirent à trembler, les larmes jaillirent et trempèrent ses joues.[8] » Faisant ses adieux, malgré ce mauvais pressentiment, elle se retrouve bientôt emprisonnée au château de Szczytno.

     Son père se met à sa recherche pour la libérer. Lorsqu’il arrive devant les portes du château, il entend sa fille :

de la haute fenêtre de la tour d’entrée s’élevaient les sons d’un luth, à peine perceptibles au début. […] Une voix enfantine et remplie d’une immense nostalgie commença à chanter : si j’avais des ailes comme un cygne, pauvre orpheline, vers toi, je volerais. [9]

     La thématique du cygne évoque ici un oiseau en cage qui ne peut que faire entendre son chant. La seule trace qu’elle peut laisser et son seul moyen d’expression, c’est sa musique. Grâce à cette liberté d’expression, elle tente de se sortir de sa situation de captive. Pour que sa disparition ne soit pas complète, elle laisse un indice sonore. Son père échoue à la libérer, vaincu par les chevaliers Teutoniques. Plus tard, c’est encore son chant qui lui permet de signaler sa trace. En effet, un vagabond allemand confie à Zbyszko avoir entendu un chant triste sortir d’une litière. Cette indication lui permet de la retrouver et de la libérer. Danuta est alors décrite comme ayant les yeux absents : elle est devenue folle à cause de la torture. Ce traumatisme, dont on ignore les tenants et les aboutissants, lui laisse des stigmates invisibles.

     Lorsqu’elle parvient de nouveau à s’exprimer de façon intelligible, elle ne révèle qu’une seule chose sur les événements ayant eu lieu durant sa capture : « Ils m’ont pris mon luth et l’ont brisé contre le mur[10]». Le luth brisé métaphorise la cassure qu’elle a subi. La violence des chevaliers Teutoniques résultant de conflits de pouvoir et de territoires provoque sa perte. En effet, elle est atteinte de délire et de fièvre auxquels elle finit par succomber.

    Cette double disparition, du luth et de sa porteuse, sous-entend la disparition totale de la joie qu’elle représentait. L’un comme l’autre n’existant plus, des hommages leur sont rendus après l’enterrement. Ceux-ci permettent de matérialiser cette trace de leur présence passée, évitant ainsi une suppression totale. Un seigneur, affligé par la nouvelle de sa mort, se place devant le cercueil : « il parla d’elle sans arrêt, puis, comme il était un peu ménestrel, il composa un chant sur elle, et le chanta la nuit, en s’accompagnant de son luth, à la grille du caveau.[11] » En honorant sa mémoire à l’aide d’un luth, il renouvelle et témoigne fugacement du passage de Danuta sur Terre. En sachant que « [l]’épopée est ainsi une représentation narrative en vers[12]11 », et en supposant que le chant écrit sur elle soit un type de narration, il s’agirait alors d’une épopée. Cette trace est éphémère puisque ces paroles étant énoncées à l’oral, sont vouées à disparaître dès l’instant où elles sont prononcées. Cet acte participe, pour ses proches, à cicatriser la destruction causée par la violence car il utilise précisément l’instrument représentant le mieux l’identité de Danuta.

    L’aboutissement de cette violence se retrouve dans l’ultime description de Danuta. Après sa mort, Zbyszko la considère comme une figure éthérée, une sainte, un « pur esprit[13] ». Il la voit comme « diaphane, tournée de côté, les mains jointes et les yeux levés, jouant du luth au milieu de nombreux bienheureux[14] ». Donc même détruit, le luth resurgit de façon récurrente. Marqué par cette violence, Zbyszko finit par tenir sa promesse. Il couvre son cercueil de bouquets de plumes de paon. Or, ces plumes représentant un trophée obtenu en donnant la mort de nombreux Teutons, Zbyszko s’est vengé en utilisant la violence. À l’inverse, le père de Danuta fait le choix de pardonner à son ennemi alors que celui-ci est à sa merci. Cet acte de pardon est typique des valeurs chrétiennes dont sont imprégnées les œuvres de Sienkiewicz. Il s’agit également d’une proposition pour ses lecteurs contemporains. En effet, au moment de la publication du roman, l’espoir de voir renaître la nation polonaise a été si souvent déçu, qu’une forme de fatalisme s’est emparée de ses compatriotes. Dans cette perspective, le propos du roman pourrait être d’accepter ou même de pardonner la perte. Cependant, à la fin du roman, la victoire des Polonais à la bataille de Grunwald suggère un autre dénouement possible. Peut-être cette réflexion sur la perte explique-t-elle le succès de ce roman.  De même, son adaptation en film en 1960 a eu un énorme succès populaire. Bien que la critique spécialisée ne l’a pas bien accueilli, il reste encore aujourd’hui « le film polonais le plus regardé de tous les temps.[15] »

 

Anne-Sophie DELAHAIS

 

[1] Henryk SIENKIEWICZ Les chevaliers Teutoniques, Presses Pocket, Paris, 1985, p.130.

[2] Teutons : ce nom désigne les chevaliers Teutoniques.

[3] Henryk SIENKIEWICZ, op. cit., p.41.

[4] Waclaw LEDNICKI, Henryk Sienkiewicz, Gravenhage, Mouton, 1960, p.57.

[5] Henryk SIENKIEWICZ, op. cit. p.42.

[6] Vincent JOUVE, L’effet-personnage dans le roman, Presses Universitaires de France, Paris, 1992, p.48.

[7] Ibid., p.42.

[8] Henryk SIENKIEWICZ, op. cit., p.377.

[9] Ibid., p.449.

[10] Henryk SIENKIEWICZ, Les remparts de Cracovie, Presses Pocket, Paris, 1985, p.275.

[11] Ibid., p.318.

[12] Gérard LAMBIN, « Du genre épique » dans L’épopée : Genèse d’un genre littéraire en Grèce, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1999, [En ligne], http://books.openedition.org/pur/35243, (consulté 25/03/2022).

[13] Henryk SIENKIEWICZ, Les remparts de Cracovie, Presses Pocket, Paris, 1985, p.421.

[14] Ibid.

[15] Tadeusz LUBELSKI, Histoire du cinéma polonais, Presse Universitaire du Septentrion, 2017, p.173.