Le Style Animal du “Drung” – Nayah Marteau

Le Style Animal du “Drung” dans La Panthère des Neiges de Sylvain Tesson

Nayah Marteau

 

« La chasse n’est rien si elle n’est d’abord poésie.[1] »

    Sylvain Tesson, auteur d’une vingtaine d’essais et de récits de voyage, retrace dans La panthère des neiges son apprentissage de l’affût. Il accompagne son ami Vincent Munier, photographe animalier, et son équipe dans les montagnes tibétaines avec l’espoir d’apercevoir l’une des dernières panthères des neiges. Dans cette œuvre parue en 2019, l’écrivain relate l’expédition dans un espace encore préservé, mais de plus en plus menacé par l’Humain. En pratiquant l’affût et la traque à l’instar de Munier, il découvre un monde animalier où la faune sauvage est source de réflexions et d‘observations métaphysiques et taoïstes. Dans l’expectative de voir la panthère des neiges, l’auteur prend conscience du monde animal omniprésent, de sa fragilité et de sa temporalité à l’écart du monde humain. Bien que le sujet de Sylvain Tesson étant la panthère et les bêtes peuplant les montagnes tibétaines, il n’en reste pas moins que l’art est le cœur de son œuvre. En effet, c’est l’esthétique photographique et littéraire qui souligne « la splendeur » propre à chaque bête : « la grâce du loup, l’élégance de la grue, la perfection de l’ours.[2] »

    Dans « Styles Animaux », Marielle Macé met elle aussi en corrélation la beauté des bêtes et la façon dont l’esthétique peut en témoigner. À partir de l’observation, les écrivains retranscrivent la singularité de chaque bête en faisant « attention aux manières, aux phrasés du vivant, qui trouve dans le monde animal un champ d’expressivité infinie[3] ». Elle propose d’envisager l’existence de chaque espèce animale sous un prisme esthétique, le « style animal » :

    On pourrait en fait regarder chaque espèce animale comme une manière d’être, un élancement stylistique, et mettre ainsi en lumière quelque chose comme une stylistique du vivre, la conviction que l’être se découpe en styles. Si chaque espèce est un style, alors c’est, avec la leçon animale, toute l’attention aux « formes de la vie » qui se déploie et se rénove.[4]

    Ainsi, la manière singulière d’habiter le monde de chaque espèce se reflète dans la littérature grâce à la « stylistique de l’existence[5] ».

    Dans La panthère des neiges, le yack sauvage fascine Sylvain Tesson autant que le photographe Vincent Munier. C’est à partir de leur observation, dans la section éponyme, « Le yack », que l’auteur mène une réflexion théogonique[6]. Il les décrit à partir des imaginaires ancestraux, religieux et modernes que les bêtes suscitent. Il prétend que « le destin du drung[7] ressemblait à une fable moderne » et qu’ils sont des « dépositaires du mythe[8] » de l’humanité et du monde. Il retrace donc cette fable depuis la préhistoire, « ils étaient sur les murs paléolithiques », l’antiquité dans laquelle leur « sacrifice valait invocation[9] », au XXe siècle où ils ont été « massacrés » , jusqu’à aujourd’hui où ils sont utilisés dans « l’élevage intensif[10] ». Si ces bêtes « n’ont pas varié » depuis des milliers d’années, Sylvain Tesson met en garde sur leur extinction et dénonce les travers de la société contemporaine. Il compare « l’élevage intensif » avec « le monde global[11] » moderne. Le massacre des bêtes sauvages ancestrales, leur domestication et leur hybridation « conjuguant robustesse et soumission », caractérisent le comportement humain où « l’homme des villes de l’Occident technologique [s’est] lui aussi domestiqué[12] » tout en détruisant le monde qui l’entoure. C’est en retraçant l’imaginaire lié aux yacks qu’il parvient à écrire la « fable moderne » dont ils sont le symbole et le point de départ. C’est-à-dire, un monde où règnent « la violence, la force » et où la nature et les animaux sauvages sont destinés à « nourrir un milliard et demi de concitoyens que l’uniformisation des standards de vie planétaire ne pouvait décemment pas priver de viande rouge.[13] » Sylvain Tesson associe également les bêtes à des « totems de la vie sauvage[14] », le reflet de « l’âme du monde, symbole de fécondité[15] ». Il les compare à des divinités concrètes : « Les bêtes sont des dieux déjà apparus[16] » dans lesquelles il est possible de placer une foi tangible : la beauté du monde. À l’inverse, l’auteur condamne la religion et sa pratique abstraite : « À genou, on espère sans preuve. La prière s’élève adressée à Dieu. Vous répondra-t-il ? Existe-t-il seulement ?[17] ». Face à la société humaine contemporaine, il préfère se tourner vers la beauté sauvage du monde et ses représentants vivants, les bêtes. Pour cela, il pratique l’affût qui est « une foi modeste » et « si quelque chose advient ce sera la récompense » . Il vénère les bêtes et leur surgissement : « il faut bénir leur vision éphémère, la vénérer comme une offrande.[18] » En évoquant les yacks, Sylvain Tesson les transforme en un poncif fictionnel et mène une réflexion sur la société humaine. Il ne veut pas croire en un supposé Dieu tout puissant à l’image des humains qui dominent et détruisent la Terre. Il préfère se tourner vers la contemplation et le respect de la nature sauvage et des bêtes. Il a la volonté de changer les paradigmes humains sur leur perception du monde. Pour ce faire, il a choisi les bêtes comme étant les principaux initiateurs de ses réflexions et de son œuvre.

    Les bêtes sont ensuite décrites sur le plan physique. Les yacks sont comparés à des bêtes monstrueuses, car ce sont des « vaisseaux loqueteux portant des cornes surdimensionnées.[19] » Ce sont également des bêtes lourdes à la « masse en flottaison » et aux « mouvement[s] lent[s][20] ». Pourtant, ils sont gracieux  : « Ils filèrent au trot dans les pentes lie-de-vin, donnant cette impression de masse en flottaison, avançant, glissant plutôt, comme des ballots de laine noire[21] ». Ils sont comme des remparts, « leurs masses découpaient les créneaux du château[22] » qui soutiennent le monde sauvage face aux humains : « Ils s’appuyaient sur la montagne pour l’empêcher de tomber.[23] »

    Aux pages 77 et 78, l’écriture de Sylvain Tesson reproduit le « style animal » des yacks. Pour symboliser leur lourdeur, il emploie des juxtapositions d’adjectifs qualificatifs : « ils étaient lourds, puissants, silencieux, immobiles[24] » et la répétition du terme « contre » : « Ils se maintenaient contre le vent, contre la pente, contre le mélange, contre toute évolution.[25] » L’auteur associe à leur génétique, leur symbolique grâce à un zeugme : « Ils demeurent purs, car stables[26] » afin de prouver son argumentaire. Il personnifie l’ombre des bêtes qui s’adresse au discours direct au lecteur afin de l’alerter sur l’urgence de la situation planétaire « Leurs ombres disaient : “Nous sommes de la nature, nous ne varions pas, nous sommes d’ici et de toujours. Vous êtes la culture, plastiques et instables, vous innovez sans cesse, où vous dirigez vous ?”[27] » Sylvain Tesson personnifie également la préhistoire : « La Préhistoire pleurait et chacune de ses larmes était un yack.[28] » Il lui prête des traits mélancoliques à propos d’un « âge d’or[29] » dans lequel les bêtes et les humains vivaient en harmonie.

    Dans Une bête entre les lignes, Anne Simon considère elle aussi les bêtes et l’écriture comme étant liées :

Non seulement à l’écriture elle-même est née des images et des recensions d’animaux, mais ceux-ci furent peut-être les premiers narrateurs, eux qui jouèrent leur survie, déclenchèrent leurs attaques ou devinrent nos compagnons en traçant à même le sol dans leur sillage des lignes déceptives où attirantes. La langue est animale, la parole est animée, et les animaux racontent des histoires : la zoopoétique se fie aux écrivains et écrivaines pour entrecroiser les lignes de la vie et celles de la création…[30]

 

    Anne Simon propose d’analyser le lien entre les bêtes et l’écriture sous le prisme de la « zoopoétique ». Ainsi, le lien entre l’écriture et les bêtes serait d’ordre esthétique, mais également linguistique. En effet, les bêtes sont liées au langage, car leurs traces, leurs empreintes sont associées aux mots :

[L]’ensemble des signes et traces que laisse l’animal en fuite dans « le livre des forêts » devient, dans une mise en abyme des écritures, un « rébus » que l’écrivain a pour charge de décrypter et de réécrire. [31]

    Par analogie, si la bête est autrice, l’humain qui lit les traces dans les paysages serait le chasseur :

Le lecteur devient donc un chasseur virtuel, qui traque le sens en décryptant des signes. Chasser, c’est poursuivre ; mais pour poursuivre, il faut déchiffrer une écriture glébeuse et corporelle, d’autant plus complexe que l’animal qui l’a laissée s’est lui-même mis à la place du chasseur/lecteur, et qu’il va tenter de lui faire lire un prétexte (au point final que serait la mise à mort), ou si l’on préfère un faux texte visant à faire faux-marcher le chasseur. On assiste donc à un échange, troublant dans sa réciprocité, entre le mental humain et le mental animal, qui fait tout le tragique de cette histoire d’amour et de mort qu’est la chasse.[32]

    Autrement dit, « Lire, c’est suivre une piste, suivre un style on mesure la force du thème animal dans cette expérience dynamique.[33] »

    Dans La panthère des neiges, Sylvain Tesson et Vincent Munier pratiquent l’affût à la manière des chasseurs. « Couverts de [leurs] tenues de camouflages, le dos courbé[34] », ils se dissimulent pour approcher les bêtes. Cependant, si « [c]ette gymnastique [s’apparente] à la chasse[35] », ils se distinguent par l’absence de violence et d’ « âme tueuse[36] ». Le « viseur[37] » de l’appareil photo remplace celui du fusil, son clic celui du « coup qui part[38] » et la photographie le cadavre. La beauté est l’unique butin, car « [l]’amour des bêtes avait aboli toute vanité en Munier.[39]».

    Dans « Le yack », les humains mènent comme un pèlerinage pour espérer observer les drungs qu’ils considèrent comme sacrés. Ils remontent sa piste en commençant par faire l’ascension de montagnes tibétaines à plus de « 5000 mètres[40] » et en affrontant des conditions de vie austères à l’humanité. C’est dans cet espace paradoxal, à la fois sublime où règnent « silence et lumière », et à la fois chaotique, « abandonné », « inexploré », en somme un « immense désert » à « l’éternité gelée[41] », que vivent les yacks sauvages. Une fois arrivée dans cet environnement hostile, l’équipe de Sylvain Tesson pratique de longs affûts. Grâce à l’observation, ils arrivent à suivre les traces des bêtes qui se manifestent sous la forme de « taches de jais[42] ». L’auteur les compare à des taches d’encre qui « ponctuaient[43]» par leur présence « les versants de leurs grosses bourres de laine noires[44] ». Leurs silhouettes sont associées également au motif de l’écriture, car elles sont comparées à des mots inscrits dans le paysage :

L’encre gelait, je couchais des phrases trop rapides : « Les versants se strient de veinures noires, coulées de l’encrier de Dieu qui aurait posé sa plume après l’écriture du monde. » Je jure que ce n’était pas là des images abusives, car les cônes détritiques de 5000 mètres de haut avaient une forme d’encriers posés sur une table et une patine de jais en éclaboussait les flancs. Très loin les yacks en suspension faisaient la ponctuation.[45]

    Grâce à une mise en abyme de l’écriture, l’auteur retranscrit le style animal des yacks grâce à l’écriture elle-même.

    En somme, la littérature et les animaux sont liés. Si le style animal inspire les écrivains, ce sont la littérature et plus largement l’esthétique qui permettent de s’interroger à propos de la place des non-humains. En effet, « la spécificité de la littérature est d’user du langage créatif, un langage qui est loin de tourner sur lui-même, nous ouvrent sur le monde et l’altérité[46] », finalement, changer nos paradigmes.

Nayah MARTEAU

 

[1] Maurice GENEVOIX, « Poésie de la chasse », dans Dubois Eddy, Chasses de France,  Payot, Lausanne/Paris, 1968, p.41.

[2] Sylvain TESSON, La panthère des neiges, (2019), Gallimard, coll. « Folio », Paris,  2021, p.44.

[3] Marielle MACE. « Styles Animaux » L’Esprit Créateur, vol.51, n°4, The Johns Hopkins University Press, 2011, p. 97, [En ligne] : http://www.jstor.org/stable/26290184, (consulté le 16/02/2022).

[4] Ibid.

[5] Ibid.

[6] D’après le CNRTL, Une théogonie est un « récit mythologique de l’origine des dieux et de leur généalogie ». « Théogonie », cnrtl.fr, [En ligne] : https://www.cnrtl.fr/definition/th%C3%A9ogonique, (consulté le 09/03/2022).

[7] Sylvain Tesson emploie le terme tibétain « drung » pour évoquer les yacks dans La panthère des neiges.

[8] Sylvain, TESSON La panthère des neiges. op.cit., p.36.

[9] Ibid., p.35.

[10] Ibid., p.36.

[11] Ibid.

[12] Ibid.

[13]  Ibid.

[14] Ibid., p.35

[15] Ibid.

[16] Ibid., p.38

[17] Ibid., p.37.

[18] Ibid.

[19] Ibid., p.36.

[20] Ibid., p.40.

[21] Ibid., p.36.

[22] Ibid., p.77.

[23] Ibid., p.39.

[24] Ibid., p.78

[25] Ibid., p.78.

[26] Ibid.

[27] Ibid.

[28] Ibid.

[29] Ibid., p.35.

[30]Anne SIMON, Une bête entre les lignes, essai de zoopoétique, Editions Wildproject, Marseille, 2021, p.22

[31]Anne SIMON, Chapitre X : Chercher l’indice, écrire l’esquive : l’animal comme être de fuite, de Maurice Genevoix à Jean Rolin, dans La question animale : Entre science, littérature et philosophie, Presses universitaires de Rennes, Rennes, 2011, [En ligne] : http://books.openedition.org/pur/38521, (consulté le 12/01/2022).

[32] Ibid.

[33] Marielle MACE. « Styles Animaux », op.cit.

[34] Sylvain TESSON, La panthère des neiges. op.cit. ,p.54.

[35] Ibid., p.45.

[36] Ibid., p.45.

[37] Ibid.

[38] Ibid.

[39] Ibid., p.47.

[40] Ibid., p.34.

[41] Ibid., p.35.

[42] Ibid., p.39.

[43] Ibid., p.35.

[44] Ibid., p.35-36.

[45] Ibid., p.77.

[46] Anne Simon, Nadia Taïbi, « Qu’est-ce que la zoopoétique ? », Sens-Dessous, N°16, 2015, p. 115-124, [En ligne] : https://www.cairn.info/revue-sens-dessous-2015-2-page-115.htm, (consulté le 21/09/2021).