Your Name : Suivre le Fil Rouge pour Retrouver la Trace de l’Autre Fantomal – Lucie Hardy

Your Name : suivre le fil rouge pour retrouver la trace de l’autre fantomal.

Lucie Hardy

 

    De Elle et son chat (1995) aux Enfants du Temps (2019), l’œuvre de Makoto Shinkai a transporté le spectateur du voyage dans l’espace à l’intimité d’un appartement, d’une romance terre-à-terre à des voyages initiatique dans des mondes fantastiques. Le film Your Name représente un tournant dans le cinéma d’animation du réalisateur puisque le spectateur se retrouve plongé dans un monde animé marqué par un réalisme grandiose (The Garden of Words, 5 centimètres par seconde) ponctué d’éléments fantastiques (La Tour au-delà des nuages, The voices of our distant star) alliant ainsi l’imaginaire au réel.

    Le spectateur est immergé dans la vie de Mitsuha, une jeune fille de la campagne japonaise dont la famille s’occupe du temple de la ville d’Itomori. Entre tradition et calme, Mistuha rêve de devenir un jeune garçon de la ville. Parallèlement, Makoto Shinkai peint le portrait de Taki, un jeune homme citadin résidant à Tokyo, dont le quotidien se divise entre le lycée, les sorties au café, et son baito バイト [1]dans un restaurant chic. Son rêve à lui, c’est d’avoir un train de vie plus apaisé.

    Les deux personnages que tout semble éloigner, se retrouvent à faire l’expérience d’un échange de corps, communiquant l’un avec l’autre au travers de journaux, messages vocaux et textuels sur leurs téléphones et sur leurs corps. Cependant, le soir où la comète Tiamat passe au plus proche de la terre, Mitsuha disparaît, emportant avec elle les traces de sa présence et de son échange de corps avec Taki. Le dernier vestige de Mitsuha encore accessible au jeune garçon est une tresse rouge. S’ensuit donc une (en)quête pour retrouver Mitsuha au cours de laquelle Taki va comprendre que celle qu’il recherche vit trois ans en arrière et qu’elle est décédée lors de la chute de la comète. Cette nouvelle révèle à Taki que leurs Fils du Temps[2] sont décalés.

    Le spectateur comprend à ce moment que le traitement de la temporalité est atypique puisqu’il n’est pas linéaire. Mitsuha et Taki vivent dans des temps dissociés. Trois époques sont donc perceptibles par le spectateur : un temps passé celui de Mitsuha et de la comète, un temps futur celui de Taki et enfin un temps présent fantastique qui est celui de l’échange de corps – opposé au temps présent réel. Ce qui permet de lier ces trois temps, que ce soit pour la narration ou l’esthétique du film, ce sont les Fils du Temps, les tresses rouges tissées par la famille de Mitsuha. C’est ce fil rouge conducteur qui nous intéressera au cours de cet article, pour comprendre comment les vestiges du passé sont des artefacts utiles pour empêcher le futur.

Les tresses rouges, traces transcendantes.

    Les tresses sont des objets transcendants, qui traversent l’espace et le temps. Elles tissent entre elles des moments qui d’une part appartiennent à un ailleurs : celui du fantomal[3], puisque Mitsuha n’existe plus dans le monde de Taki, et qui d’autre part lient aussi cet espace-temps Autre à un temps présent fantastique : celui de l’échange des corps. Les fils tressés deviennent alors le symbole de ces temps différents qui s’écoulent et qui se rejoignent pour former ensemble une trace, celle de la tresse. Jacques Derrida, sur la question du fantomal, parle de sur-vie pour qualifier ce temps Autre.

[S]ur-vie, à savoir une trace dont la vie et la mort ne seraient elles-mêmes que des traces et des traces de traces, une survie dont la possibilité vient d’avance disjoindre ou désajuster l’identité à soi du présent vivant comme toute effectivité. Alors il y a de l’esprit. Des esprits.[4]

    La sur-vie, entre la vie et la mort est donc composée d’une multitude de traces. Certaines traces restent perceptibles par le commun des mortels et donc attestent de la présence des esprits. Si cette idée est appliquée au film Your Name, la tresse rouge est la manifestation tangible de Mitsuha. Par la tresse qu’elle laisse derrière elle, la jeune fille indique à Taki qu’elle est bien présente, juste dans un temps qui n’est pas le sien.

    La scène culminante qui atteste de ce décalage temporel entre les deux personnages, et qui prouve l’apparition spectrale de Mitsuha, est la scène où elle décide d’aller voir Taki à Tokyo. À ce moment-là Taki ne sait pas qui est Mitsuha puisqu’il ne fera l’expérience de l’échange de corps que trois ans plus tard. Ici, il est donc question du temps que j’ai appelé le « temps passé », celui de Mitsuha. Quand elle arrive enfin à rencontrer Taki, ce dernier ne la reconnaît pas, il s’interroge sur son identité.

    Cette scène représente les souvenirs de Mitsuha, il y a donc plusieurs voix qui sont à l’œuvre. Le spectateur contemple et écoute les tout premiers échanges entre Taki et Mitsuha[5]. Dans le même temps, les pensées de Mitsuha s’expriment sous forme de murmure – et sont présentées en italique dans le script. Elles viennent parfois entrecouper les paroles  : « Taki. Taki. Taki ! Bah… Je suis…Tu ne te souviens pas de moi ? »[6] accentuant le lien entre les différents espace-temps : le spectateur ne sait plus s’il a devant ses yeux la Mitsuha du passé, ou celle du présent, l’être fantomal. Enfin, le spectateur entend le Taki du futur, qui a une dernière fois changé de corps et qui est Mitsuha au moment où il a accès à ses souvenirs : « À ce moment-là, il y a trois ans, avant que je te connaisse […] tu es venu me voir. »[7] Les trois voix se retrouvent unies par l’animation puisqu’à la fin de cette scène, les deux personnages sont liés esthétiquement par la tresse rouge. Alors que Mitsuha s’apprête à partir, Taki lui demande qui elle est, elle se retourne lui répond : « Mitsuha ! mon nom est Mitsuha ! »[8]. Au même moment elle dénoue la tresse rouge de ses cheveux et la lance vers Taki. L’arrière-plan s’efface pour laisser une page blanche, il ne reste que la tresse rouge qui rattache visuellement les deux protagonistes. En étudiant chronologiquement le film, c’est à ce moment-là que Mitsuha a laissé une part d’elle à Taki. La tresse ne le quittera jamais.

    La tresse comme trace transcende donc les espace-temps. Elle permet aussi à Taki de se rappeler le lieu Kakuriyo[9], l’au-delà, et de retrouver Mitsuha. C’est cette scène qu’il faut étudier pour aborder l’objet-trace qui, en étant utilisé par Taki, empêchera le futur de Mitsuha.

Le fil rouge de l’enquête : la tresse comme retour vers Mitsuha.

    Alors que Taki était dans le corps de Mitsuha, il a visité l’au-delà pour faire une offrande au Dieu. Cette offrande consiste à apporter le kuchikami-saké[10], un saké de riz maché, préparé par Mitsuha. Ce saké représente la moitié de Mitsuha qu’elle offre au Dieu pour pouvoir revenir de l’au-delà. Ce saké est scellé par un Fil du Temps, une des tresses rouges qui représente le concept de Musubi[11]. C’est à la fois le nom du Dieu vénéré par la famille de Mitsuha, mais aussi le temps qui passe à travers toute chose et tout être. L’enquête de Taki pour retrouver Mitsuha va commencer avec cette tresse rouge puisqu’elle semble faire écho à la voix de Mitsuha. Alors qu’un zoom est fait sur la tresse que porte Taki, le murmure de Mitsuha se fait entendre « Taki. Taki. Taki. Tu ne te souviens pas de moi ? »[12]. Cette scène est un déclic pour Taki, qui avait perdu espoir de retrouver sa moitié qu’il a laissée à Mitsuha à la suite de leurs échanges de corps. Il décide alors de partir à la recherche du Kakuriyo pour renouer avec elle. En arrivant dans ce lieu sacré, il trouve le saké scellé par le fil du temps :

C’est le saké que nous avons apporté. Celui de sa petite sœur et le mien.  Mitsuha viendrait de trois ans avant que la comète ne tombe ? Nos fils du Temps étaient décalés ? La moitié d’elle… « Mususbi » Je voudrais vraiment remonter le Temps, pour avoir une seconde chance ! [13]

    À ce moment-là Taki boit le saké, laissant pénétrer en lui la moitié de Mitsuha, il fait le vœu de remonter le temps. Il plonge alors dans un état onirique au cours duquel la traînée de la comète peinte sur les rochers du lieu sacré se transforme en Fil du Temps. Ce fil parcourt, au sens propre du terme, la vie de Mitsuha de sa naissance à sa mort, faisant comprendre au spectateur que Taki, en buvant le saké, la moitié de Mitsuha, est de nouveau relié à cette dernière. L’échange de corps étant redevenu possible, Taki dans le corps de Mitsuha se voit projeté trois ans en arrière et va pouvoir prévenir les habitants d’Itomori de l’imminence de la chute de la comète Tiamat.

    Les tresses rouges, fil conducteur du film au sens propre comme sens figuré, tissent entre elles des espace-temps disjoints. À la manière d’un enquêteur qui tire des fils rouges pour relier les différentes scènes de crime, Taki suit les tresses pour retrouver Mitsuha dans un ailleurs qui, sans Musubi, sans les Fils du Temps, serait inatteignable. Même si Taki perd la tresse que Mitsuha lui a confiée en même temps qu’il oublie son nom, on retrouve esthétiquement la tresse entre les deux personnages dans la scène finale. En effet, la rambarde d’escalier forme à l’écran un fil rouge, comme une dernière séparation avant que les espace-temps des personnages soient réunis.

Lucie HARDY

[1] Au Japon les lycéens peuvent, en plus de leurs études, avoir un emploi.

[2] Makoto SHINKAI, 2016, Your Name, 1 : 00 : 12.

[3] Qui vient de l’apparition. CNRTL. [En ligne] https://www.cnrtl.fr/definition/fantomal, (consulté le 22/03/2022).

[4] Jacques DERRIDA, Spectres de Marx, Paris, Editions Galilée, 1993, p.17-18.

[5] Makoto SHINKAI, 2016, Your Name. 1:13:00 jusqu’à 1:17:00.

[6] Ibid.

[7] Ibid.

[8] Ibid.

[9] Makoto SHINKAI, 2016, Your Name. 00 : 36 : 12.

[10] Makoto SHINKAI, 2016, Your Name.  00 : 36 : 29.

[11] Ibid. 00 : 34 : 24 jusqu’à 00 : 34 : 50

[12] Ibid. 00 : 59 : 32 jusqu’à 00 : 59 : 50

[13] Ibid. 00 : 59 : 50 jusqu’à 1 : 03 : 43