Charulata de Satyajit Ray : Ecritures et Désirs Ineffaçables – Léa Layaa-Laulhé

Charulata de Satyajit Ray : écritures et désirs ineffaçables

Léa Layaa-Laulhé

 

    Charulata[1] réalisé par Satyajit Ray, en 1964, est une adaptation cinématographique de la nouvelle Nastanirh (Le nid brisé), de Rabindranath Tagore, grand dramaturge et philosophe indien du XXe siècle. L’histoire se passe à Calcutta en 1879, durant la Renaissance du Bengale, mouvement culturel né de la culture hindoue et anglaise. En 1880, la colonisation britannique a un fort impact. Les femmes indiennes se révoltent et vont tenter de s’émanciper. Le modèle occidental a une influence, il laisse des traces sur le quotidien et les mœurs. Les femmes sont plus libres, pour travailler, partager leurs idées. Charulata, une jeune femme de la bourgeoisie, s’ennuie et se sent délaissée par son mari, Bhupati, éditeur d’un journal politique. Le quotidien du foyer conjugal va être perturbé par l’arrivée d’Amal, le cousin de Bhupati, qui vient s’installer chez eux. Charulata et Amal découvrent qu’ils partagent la même passion pour la littérature. La jeune femme tombe amoureuse d’Amal et l’écriture devient un moyen d’exprimer ses désirs, ses déceptions et ses craintes face à cet amour interdit. Bhupati convaincu du talent d’écrivaine de sa femme, sollicite Amal pour que Charulata se mette à écrire. Charulata va donc laisser sa trace grâce à l’écriture.

    Ce n’est qu’à la moitié du film que Charulata se met enfin à la plume pour laisser des traces. Ses idées, ses pensées ne seront plus de l’ordre de l’immatériel. Il y a un gros plan en plongée sur sa main tenant son stylo. Elle tente d’écrire un premier titre qu’elle raye puis elle en écrit un nouveau, elle commence à rédiger. La caméra s’arrête sur son visage, un gros plan sur son visage nous montre qu’elle a le regard ailleurs, elle est pensive. Satyajit Ray utilise souvent le gros plan pour capturer le visage de son personnage, comme pour pénétrer dans ses pensées, comprendre ses émotions et être au plus près d’elle. Sur le plan suivant, Charulata s’arrête d’écrire. Elle froisse le papier[2] sur lequel elle vient d’inscrire quelques mots, car elle semble se sentir illégitime d’écrire, imprégnée par un sentiment d’infériorité dû à une société patriarcale. Chaque jour, Charulata reste enfermée dans sa luxueuse maison à servir Bhupati et Amal, à être aux petits soins avec eux. Elle ne cesse d’écouter les histoires de son mari et ses problèmes au travail. On ne voit pas distinctement ses mains qui déchirent, froissent le papier, mais on distingue un son semblable à un crépitement. La caméra filme en plongée le papier froissé sur le sol terreux[3], qui fait comprendre au spectateur qu’elle a abandonné l’idée d’écrire et qu’elle en efface la trace, on voit au sol aussi son encrier et son carnet. Elle ne laisse pas seulement la trace de ses écrits, mais aussi les objets qui peuvent lui permettre de créer ces dernières.

    Satyajit Ray montre que la société évolue, car ce sont deux personnages masculins, qui veulent pousser Charulata à écrire et se faire publier. Charulata reste, elle, imprégnée des diktats de la société et n’a pas confiance en elle, car la société ne lui permet pas de se projeter en dehors de son rôle d’épouse. Tout ce qu’elle a intégré dans son enfance, son éducation et qui la conditionne ne peut que laisser des traces. Celles-ci ne pourront jamais réellement disparaître. Il est difficile de se défaire des normes imposées par la société, les femmes sont éduquées à être de bonnes épouses qui ne prennent pas de place, ce sont des femmes infantilisées qui restent toujours en arrière-plan. Certaines femmes bengalies réussissent tout de même à créer, à se distinguer, et à publier, comme les femmes bengalies féministes et nationalistes :

Parmi elles, on retiendra surtout Krishnobhabini Das et Sarala Devi Chaudhurani. L’ouvrage de la première, publié en 1885, Englande Bangamohila (Une Bengalie en Angleterre), se présente comme un récit de voyage, mais son objectif est de créer une identité nationaliste parmi les Bengalies de la classe moyenne et de développer chez elles un esprit féministe par la promotion de l’instruction.[4]

    Quelques minutes plus tard dans le film, Charulata retente d’écrire et est finalement publiée dans la revue – The Philanthrope –. Cependant, celle-ci ne se réjouit pas de la situation, elle montre la revue à Amal et sort de la pièce, comme si elle avait honte. Elle retourne alors à des occupations plus traditionnelles comme préparer des feuilles de tabac à mâcher pour Amal ou son mari. Sa condition de femme au foyer la rattrape malgré elle, se sentant incapable de sortir du schéma classique. Bien qu’Amal la félicite, tente de l’encourager à poursuivre ses écrits et la rassure, Charulata jette la revue, elle pleure dans ses bras et lui dit «Je n’écrirais plus jamais[5] ».

     Un autre événement va perturber le personnage principal : le départ d’Amal. Après avoir découvert son absence, Charulata demande à son serviteur de retirer les draps de son lit, comme pour effacer les traces de son passage dans le foyer conjugal. Dans une séquence qui suit, un panoramique vertical sur une table permet de découvrir une lettre. Ensuite, en utilisant le zoom, le réalisateur dévoile au spectateur l’auteur de cette dernière[6] : Amal – celui-ci avait déjà déposé un mot à Bhupati avant son départ –. Charulata qui pensait qu’Amal l’avait oubliée et ne lui avait rien laissé est chamboulée par ce message. La scène est dramatisée par une tempête qui ouvre violemment la fenêtre et laisse entrer le vent. Métaphore du désordre des sentiments du personnage, ces rafales évoquent le foyer conjugal mis en péril, les émotions de Charulata et son cœur troublé. Elle serre alors la lettre tellement fort dans ses mains qu’elle finit chiffonnée, les larmes aux yeux[7], elle se jette sur son lit[8].

     Dans les plans suivants, Charulata s’aperçoit que son mari l’a surprise en train de pleurer. C’est une nouvelle fois grâce au gros plan que Ray montre les émotions de Charulata, elle sert la lettre d’Amal dans sa main[9]. Son bindi[10] est un peu effacé. L’effacement de cette trace symbolique signifie que ses sentiments pour Amal mettent son mariage en péril. La disparition de cette marque très importante, surtout en Inde, crée une rupture avec des traditions sacrées.

     Après le départ de son mari, Charulata essuie ses larmes[11], traces de ses sentiments, d’une peine due à un amour impossible.  Celle-ci finit néanmoins par lire la lettre d’Amal. Après quelques hésitations, elle déchire cette lettre, symbole de ses peines et ses désirs qu’elle tente d’effacer[12]. Amal a laissé une trace indélébile dans le cœur de Charulata. Plusieurs gros plans montrent Bhupati partant dans sa voiture séchant ses larmes, avec le mouchoir brodé par Charulata. Il regarde avec tendresse, mais aussi avec peine cette broderie qui est une marque de l’amour que lui porte sa femme. Le réalisateur alterne ces plans avec ceux où Charulata est seule dans sa chambre.

     Charulata n’a pas le choix que de rester dans sa condition de femme mariée, le divorce étant compliqué en Inde à cette époque. Face à son miroir Charulata remet son bindi[13], elle semble vouloir rétablir la situation avec son mari qu’elle aime malgré tout. Le bindi est donc une trace ineffaçable. Charulata est contrainte de le remettre pour suivre les traditions, ne pas se faire exclure de la société et critiquée. Ce bindi montre aussi que malgré tout elle souhaite rester la femme de Bhupati, par amour et par confort.

      Ray n’indique pas si Charulata continuera d’écrire, mais on sait avec certitude qu’elle garde en elles les traces de certains rituels et traditions dont elle est prisonnière. Elle représente la femme bourgeoise de la Renaissance du Bengale. Le personnage de Ray a des airs de Madame Bovary, qui erre dans sa maison, qui veut échapper à son ennui. Les stigmates sont ancrés en elle, ce qui engendre de l’incertitude et des doutes. L’écriture est aussi une trace de son amour pour Amal, ce qui la lie à lui et donc une trace qu’elle veut effacer, car c’est un amour impossible, faire disparaître les traces des désirs qu’elle porte en elle permet de faire le deuil de celui-ci. Être écrivaine nécessite aussi de se mettre en avant. C’est une activité qui, entreprise par une femme, attise la curiosité, particulièrement à cette époque. Cette attention est probablement la raison qui freine sa volonté profonde d’écrire. Être autrice en Inde, en 1880, engendre des critiques, le sexisme étant toujours omniprésent dans la société. De nombreuses femmes bengalies écrivent – notamment celles de la bourgeoisie – il y a très peu de traces de celles-ci, elles écrivent souvent de façon anonyme. Ce qui empêche Charulata d’écrire est le fait qu’ elle souhaite s ‘effacer au profit d’une vie plus sereine. Charulata n’est plus seulement celle qui produit la trace, mais c’est elle qui devient la trace. Une femme qui tente d’échapper à son ennui, traversée par la culpabilité et le désir.

 

Léa LAYAA-LAULHE

 

[1] Satyajit RAY, Charulata, R.D.Banshal & Co., Inde, 1964.

[2] Satyajit RAY, Charulata, 1964, [1:11:44].

[3] Satyajit RAY, Charulata, 1964, [1:11:46].

[4]Nupur CHAUDHURI, « Femmes indiennes entre nationalisme et féminisme, des années 1880 à 1947 », Clio. Femmes, Genre, Histoire, n°33, 2011, p.86, [En ligne], https://doi.org/10.4000/clio.10017 , (consulté le 20/02/2022).

[5] Satyajit RAY, Charulata, 1964, [1:17:02].

[6] Ibid, [1:50:01].

[7] Ibid, [1:51:48].

[8] Ibid, [1:52:00].

[9] Ibid, [1:53:01].

[10] Définition Larousse.fr :  bindi, nom masculin, (du sanskrit bindu, point)  : marque, généralement circulaire et de couleur rouge, symbole de prospérité domestique, apposée sur le front, siège de la sagesse dans la tradition hindouiste. (Au nord de l’Inde, il est réservé aux femmes mariées ; ailleurs, chacune peut le porter tel un maquillage.), [En ligne], https://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/bindi/10911024, (consulté le 22/03/2022).

[11] Satyajit RAY, Charulata, 1964, [1:54:08].

[12] Satyajit RAY, Charulata, 1964, [1:55:17].

[13] Ibid, [1:56:11].