Conclusion

Conclusion

           Face au temps qui « poursuit inexorablement sa course silencieuse sans tenir compte de nos supplications[1] », que reste-t-il à l’Humain si ce n’est ces traces, derniers indices matériels d’un passage. Les artistes vont alors chercher à matérialiser le temps à l’aide des vestiges, empreintes et inscriptions laissés par l’humanité.

            Les traces peuvent être utilisées pour montrer le poids d’une société sur la perception que les individus peuvent avoir d’eux-mêmes, de leurs corps, de leur sexualité, de l’injonction d’effacer ce qui ne peut l’être. Elles dévoilent l’attrait, parfois illusoire, d’une époque perçue comme prospère et ignorante des problématiques qui secoueront les sociétés du XXIème siècle. Cette vision idéalisée témoigne d’une nostalgie vis-à-vis d’une époque révolue qui s’accompagne d’une angoisse grandissante vis-à-vis de l’avenir. Un avenir dans lequel les traces de ces époques ont été effacées, dissimulées, de manière à contrôler et restreindre les libertés.

            Les traces servent également un but poétique. Elles sont la manifestation première de la présence aussi bien animale qu’humaine. Une empreinte dans la neige renvoie naturellement au passage d’un être vivant. En partant de cela, des auteurs ont cherché à inverser le paradigme en entamant une réflexion sur la place des non-humains. De la même manière, ces traces peuvent être un nouveau mode d’expression pour dire le monde et le comprendre.

            Les traces de la violence peuvent aussi permettre d’accéder à une culture, à une histoire méconnue. Cela se manifeste au travers de la disparition ou de la destruction d’un objet, de la création d’un trophée. Finalement, si la trace suppose une enquête, sa résolution tient de l’enseignement. Tout d’abord, il faut comprendre

qu’un événement n’est connu que par traces et que tout fait de toute la vie de tous les jours est trace de quelque événement. [C]e qu’on appelle une source ou un document est aussi d’abord un événement, grand ou petit : on peut définir le document comme étant tout événement ayant laissé jusqu’à nous une trace matérielle.[2]

               Au sein d’un même évènement, les traces surviennent pendant, avant et après sa réalisation. L’évènement est le lieu où les temporalités convergent, et il convient de comprendre ce qui l’a causé. Des conséquences de l’évènement, les traces qui nous parviennent sont porteuses de la catastrophe et prodiguent les enseignements qui permettront de ne pas la reproduire.


[1] Vladimir Jankélévitch, L’Irréversible et la Nostalgie, 1974, p. 12.

[2] Paul Veyne, Comment on écrit l’histoire, Paris, Seuil, 1971, p. 73-74.