Extinction des Vertébrés : la mise en récit de la Crise dans Le Monde – Kelly Gourdin

Extinction des vertébrés : La mise en récit de la crise dans Le Monde

Kelly Gourdin

 

    Dans la littérature, la nature writing, autrement dit l’écrinature[1] traite des sujets mêlant l’humain et la nature. Les deux entretiennent un rapport dichotomique. La nature demeure une source exploitable pour l’homme dans les sociétés hiérarchiques comparées aux sociétés auto-suffisantes. D’après l’historien et le père de l’écologie sociale Murray Bookchin, il est nécessaire de bannir la domination dans la sphère sociale pour remédier aux désastres écologiques. L’époque de la révolution industrielle a encouragé l’humain, en tant qu’espèce, à laisser des empreintes néfastes sur la planète. La déforestation, l’exploitation nucléaire ou encore l’agriculture intensive provoquent des dégâts conséquents. Selon Christine Marcandier, dans son article intitulé « Littérature et écologie », ces sujets qui relèvent de la crise écologique sont massivement entrés dans les discours médiatiques (littéraire, cinématographique, photographique). La narration se présente sous différentes formes : science-fictives, dystopiques et autres récits apocalyptiques et post-apocalyptiques. Elle affirme que ces genres reprennent certaines formes de la réalité en allégories, c’est-à-dire que « la SF et les dystopies ne sont donc pas une manière d’imaginer des futurs hypothétiques, mais bien une actualisation de notre présent collectif. [2] »  Les romans de fin du monde peuvent contribuer à forger un sentiment commun lié à l’écologie qu’est l’angoisse eschatologique[3].

    Ces récits spéculatifs ne concernent pas uniquement les médias artistiques. La presse est encore plus impliquée dans la diffusion de la crise environnementale, et ce, en propageant des informations factuelles de manière instantanée. Notons d’abord que la nature était un sujet peu considéré en journalisme avant qu’elle devienne une préoccupation politique et sociale à part entière.  Effectivement,

[…] cette saisie de la nature par les médias [de diffusion et d’information] s’explique […] par un rapport nouveau des individus aux espaces naturels, qui se manifeste dès le XVIIIème siècle par une attention plus poussée et systématique au climat et à ses relations tant avec les maladies et épidémies, qu’avec les dérèglements de la nature […].[4]

    Or, ce n’est qu’à la fin du XXème siècle que l’écologie impose ses marques dans l’espace médiatique public, notamment au moment de l’essor de la presse spécialisée à l’instar de La Gueule Ouverte, « le journal qui annonce la fin du monde »[5]. Au fil du temps, la presse généraliste et d’autres types de presse dite alternative ou de solution[6] s’approprient l’environnement comme sujet de communication. Dans ses travaux post-saussuriens, Emile Benveniste estime que

[la] fonction du langage ne se limite pas à la communication. […] Le langage est porteur de signification, et c’est pourquoi il représente le médium à travers lequel l’homme donne un sens au monde.[7]

    En adoptant cette définition du langage, le discours journalistique n’échappe pas à la règle, car celui-ci est aussi porteur de sens. Lors de la mise en écriture de la crise, les propos sont souvent écologisés, soit en passant par des néologismes comme collapsologie, solastalgie ou par un champ lexical variant selon les nouveaux éléments traités : écotaxe, écoquartier, écoparentalité. On assiste également au procédé de la dérivation sémantique[8] : responsable, durable, vert. Les mots sont constamment contextualisés, actualisés et aussi scénarisés à travers des articles. La presse semble parfois emprunter le discours dit décliniste[9], proche de la dystopie, dans la transmission des informations. Prenons l’exemple du journaliste militant Hugo Clément, connu pour ses grands reportages sur Konbini, France TV et L214 qui lutte pour le bien-être animal. Au travers de ses interventions à l’issue des documentaires, des conférences, le champ lexical de la guerre est omniprésent. Il illustre également cet état d’urgence et de peur en passant par l’écriture essayiste. Son livre, intitulé Journal de guerre écologique, en est la preuve :

Nous savons que l’Humanité fait face au plus grand défi de son histoire. […] Unissons-nous pour faire basculer la balance du bon côté. Ensemble, nous pouvons remporter cette nouvelle guerre mondiale. […] La Terre restera-t-elle une planète habitable pour notre espèce ? Tel est l’enjeu de notre dernier combat. [10]

    Le même procédé est présent dans les discours politiques. L’expression macroniste : « [n]ous sommes en guerre » n’a cessé de résonner sur toutes les plateformes de diffusion pendant la période de la Covid-19. La métaphore de la guerre, que ce soit dans un contexte écologique ou pandémique, n’est pas anodine. De plus, le pronom personnel nous a, dans les deux cas, une fonction inclusive qui évoque d’emblée une responsabilité commune. Selon la journaliste et essayiste Anne-Cécile Robert, dans son livre intitulé La stratégie de l’émotion[11], la société est piégée par le flux d’informations qui suscite le pathos. Elle parle d’une société « lacrymale » soulignant que celle-ci est envahie par les émotions, les sentiments dans l’espace social, ce qui empêcherait le recul nécessaire à la pensée. C’est là que le récit « effondriste »[12] qui relate les catastrophes environnementales est éminemment actuel. Celui-ci peut provoquer ou accentuer le mal-être contemporain : la solastalgie ou l’éco-anxiété, ce qui évoque la souffrance psychique causée par l’effondrement de  la Terre. Sous le titre de « [l]a sixième extinction de masse des animaux s’accélère », Le Monde publie, le 10 juillet 2017, un rapport scientifique des chercheurs américains et mexicains sur la disparition des vertébrés à la fois en nombre et en étendue. Pour cette analyse, la question de la trace est double. Elle intervient à la fois par le lexique et par ce que Benveniste nomme dans son livre Sémiologie du langage, la signifiance, autrement dit l’émergence du sens chez le récepteur.

    Contrairement au discours littéraire, le discours journalistique fait intégralement partie du quotidien du grand public. L’information surtout sur l’état actuel de la nature, circule tel un rhizome[13], stagne dans l’espace social et laisse des traces dans la mémoire collective : ce qui peut amener à « une écologisation de la société »[14]. Le titre annonce de prime abord le contenu de l’article par la présence des isotopies de la fin, de l’urgence et de la peur. Les marqueurs subjectifs de la journaliste contribuent à dramatiser davantage la nouvelle, par exemple à travers des modalités appréciatives négatives : « très alarmante », « de manière massive » ou encore un champ lexical qui relève de l’urgence : « déclin », « gravité », « menacées »[15]. Elle  emprunte le terme « érosion » aux chercheurs pour construire ces propos : « [u]ne érosion générale de la biodiversité »[16]. Le mot « érosion », dont la signification est la dégradation du sol, des roches ou des littoraux, est mis en évidence pour rendre visible l’extinction des vertébrés. On remarque également une accumulation des nombres accompagnés d’un lexique qui relève du discours décliniste : « décliner », « baisser » , « disparu », « il est en reste ».

    En rapportant le changement de variable des scientifiques qui ont choisi de quantifier les populations plutôt que les espèces, la journaliste sous-entend l’urgence de la situation. En effet, le discours rapporté met l’accent sur les défauts de l’ancienne variable qui « […] peut donner l’impression que la biodiversité terrestre n’est pas dramatiquement et immédiatement menacée […] »[17]. Ce jeu d’implicite se poursuit tout au long de l’article et n’est dénoncé qu’entre les lignes. Il suffit de lire la conclusion pour repérer la cause principale de cette crise selon Garric : l’homme. Celui-ci participe à l’effacement de l’empreinte animale sur Terre, et donc déconstruit les écosystèmes essentiels à la stabilité de la nature. L’article impose une prise de conscience intrinsèquement liée au sentiment anxiogène qu’il procure au fur et à mesure de la lecture. Une surabondance d’éléments scientifiques se manifeste par les statistiques, les schémas et les interventions polyphoniques[18]. Celles-ci sont illustrées par des discours rapportés et des îlots textuels[19] qui brouille l’énoncé du journaliste à l’énoncé du savant, par exemple : « anéantissement biologique »,  « défaunation » , « catastrophiques »[20]. Certes, le discours savant, ajoute une crédibilité au récit, mais lorsqu’il s’agit du futur de l’humanité, les faits dits scientifiques peuvent s’avérer plus complexes, car :

Dégager de nouveaux horizons en prenant au sérieux les données scientifiques nombreuses dont nous sommes en possession constitue, par conséquent, un chantier délicat, en raison de cette difficulté à se représenter notre futur, des représentations du futur qui varient évidemment très fortement en fonction de l’écologie défendue.[21]

    La spéculation du futur dans l’actualité au travers de ces données projette le lecteur dans un avenir sombre et condamne paradoxalement le présent. Les informations scientifiques sont exposés dans les sous-titres de façon décroissante, allant d’une information générale à une information plus précise : « Disparition des populations » ; « 30 % des espèces en déclin sont communes » ; « Deux ou trois décennies pour agir ». On distingue un compte à rebours, un délai dans le dernier sous-titre. Selon le philosophe français, Peter Szendy[22], le compte à rebours est un critère nécessaire dans le cinéma apocalyptique. De la même manière, dans cet article le compte à rebours émet une certaine pression qui existe dans les fictions avant la fin du monde.

            Quelques années après l’apparition de ce dossier, Le Monde publie un éditorial datant du 10 juillet 2020 à propos de l’urgence de la disparition des vertébrés[23]. A savoir que l’éditorial est « généralement rédigé […] au terme d’un processus collectif de choix et de prise de position sur un sujet d’actualité »[24]. En effet, des opinions se précisent concernant ce phénomène d’extinction. Selon la rédaction, celui-ci est dû à

[…] l’extension des surfaces agricoles ou construites […], la surexploitation des forêts et des océans. A cela s’ajoute la pollution des écosystèmes par les déchets et les pesticides […] sans compter les effets du réchauffement climatique.

    Le Monde considère que l’humain dispose du pouvoir de supprimer la trace animale sur Terre, mais aussi d’y remédier. Un ultimatum est lancé au travers des modalités aléthiques et déontiques qui confrontent l’homme à sa responsabilité :  « il est nécessaire de prendre conscience que » ou encore « ce constat doit inciter à raisonner ».  Ici, l’angoisse écologique est encore plus présente à travers ce discours presque militant pour l’environnement. Une série de lexique de la crise construit le récit : « pire », « destruction », « point de non-retour », « alarmistes », « fragiles ».

    Cette analyse n’est qu’un exemple de l’émergence de la solastalgie dans le récit journalistique qui, lui, laisse des marques et des traces tangibles l’espace social durant un délai indéfini. Le thème, qu’est la disparition des vertébrés, représente par mimétisme le rapport dominé/dominant entre l’homme et l’animal. La mise en récit de la crise, notamment à travers le choix des mots comme constaté précédemment, façonne la perception du monde, l’imagination collective et la prise de conscience environnementale. Cependant, dès lors que la presse divulgue une information alarmante écologique, telle que l’extinction d’une espèce, et ce, avec une certaine théâtralité discursive, elle adopte de manière inconsciente une vision dystopique. Les articles de presse sont symptomatiques du mal-être écologique que produit l’effacement de l’empreinte animale par l’homme, comme l’atteste Le Monde.

 

Marie-Kelly GOURDIN

 

[1] L’écrinature est un genre littéraire apparu aux Etats-Unis dans une certaine tradition politico-philosophique qui remonte à Henry David THOREAU (naturaliste, poète et philosophe). Ce genre est à la rencontre de l’homme avec la nature, [En ligne] : https://fr.wikipedia.org/wiki/Nature_writing, (consulté le 28/02/2022).

[2] Christine MARDANDIER, « Littérature et écologie », Panorama, Paris, HAL, 2019 p.25.

[3] L’eschatologie est un ensemble de doctrines et de croyances portant sur la fin des temps. Dans la culture apocalyptique, notamment sans royaume (non religieuse), la fin est provoquée non par le Jugement Dernier, selon la Bible, mais plutôt par les catastrophes sous différentes formes dues à l’impact humain.

[4] Anne-Claude AMBROISE-RENDU, Charles-François MATHIS, Médiatisation de l’écologie, Paris, cairn, 2015, p.3. [En ligne] : https://www.cairn.info/revue-le-temps-des-medias-2015-2-page-5.htm, (consulté le 7 février 2022).

[5] La Gueule ouverte a été fondée par le pacifiste et journaliste de Charlie Hebdo, Pierre Fournier, en 1972.

[6] « Le journalisme de solution s’emploie à analyser et à diffuser la connaissance d’initiatives qui apportent des réponses concrètes, reproductibles, à des problèmes de société, économiques, sociaux, écologiques » : définition du journalisme de solution, reportersdespoirs.org, [En ligne] : https://reportersdespoirs.org/sojo/definition/, (consulté le 28/02/2022).

[7] Stéphane MOSÈS, Emile Benveniste et la linguistique du dialogue, Paris, cairn, p.3. [En ligne] : https://www.cairn.info/revue-de-metaphysique-et-de-morale-2001-4-page-509.htm, (consulté le 7 février 2022).

[8] Un phénomène de lexicologie qui a lieu lorsqu’un terme perd son sens primitif en se réadaptant à un événement ou une tendance donnée. « L’objet de la lexicologie est une théorie compréhensive du fait lexical, tant au niveau des structures (lexique, vocabulaires) que des unités (mot, idiome) », [En ligne] : https://www.cnrtl.fr/definition/lexicologie, (consulté le 28/02/2022).

[9] Le déclinisme est un courant d’idées estimant que le monde est à un point de non-retour.

[10] Hugo CLÉMENT, Journal de guerre, Paris, Fayard, 2020, d’après le résumé de la quatrième de couverture.

[11] Anne-Cécile ROBERT, La stratégie de l’émotion, Québec, Éditions Lux, 2018.

[12] Alice CANABATE, L’écologie et la narration du pire, Paris, Les Éditions Utopia, 2021, p.16.

[13] Un concept, développé par les philosophes Gilles Deleuze et Félix Guattari, qui désigne un élément pouvant affecter ou influencer tout autre : un état polymorphe.

[14] Alice CANABATE, Op.Cit.

[15] Audrey GARRIC, « La sixième extinction de masse des animaux s’accélère », Paris, Le Monde, 2017, [En ligne] : https://www.lemonde.fr/biodiversite/article/2017/07/10/la-sixieme-extinction-de-masse-des-animaux-s-accelere-de-maniere-dramatique_5158718_1652692.html, (dernière consultation le 19/03/2022).

[16] Ibid.

[17] Ibid.

[18] Le fait de faire intervenir indirectement la voix d’un interlocuteur, souvent par des discours rapportés.

[19] En énonciation, un îlot textuel est segment discursif de l’autre sans pour autant utiliser du discours direct. Celui-ci est fréquemment introduit entre guillemets dans le discours de l’énonciateur/ du rédacteur.

[20]Audrey GARRIC, Op.Cit.

[21] Alice CANABATE, Op.Cit.

[22] Peter SZENDY, Apocalypse-cinéma, Paris, Capricci, 2012.

[23] La rédaction du Monde, Urgence sur la disparition des vertébrés, Paris, Le Monde, 2020. [En ligne] : https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/09/10/urgence-sur-la-disparition-des-vertebres_6051633_3232.html, (consulté le 7 février).

[24] La rédaction du Monde, L’éditorial du Monde, l’expression d’un point de vue collectif, Paris, Le Monde, 2021. [En ligne] : https://www.lemonde.fr/le-monde-et-vous/article/2021/05/06/l-editorial-du-monde-l-expression-d-un-point-de-vue-collectif_6079382_6065879.html, (consulté le 7 février).