BD-Documentaire et Solastalgie – Camille Rodriguez

BD-Documentaire et Solastalgie

Camille Rodriguez

 

Les Algues Vertes, l’Histoire Interdite, Inès Léraud et Pierre Van Hove © Delcourt, 2019, p.5.

 

    Des paysages verts à perte de vue. C’est là, le sujet empoisonné dont la journaliste Inès Léraud et le dessinateur Pierre Van Hove ont voulu parler à travers leur bande dessinée Algues Vertes : L’histoire Interdite. Publiée en 2019, cette bande dessinée documentaire retrace cinquante ans d’omerta[1] autour d’une catastrophe écologie : les marées vertes. À la fois, trace d’un passé que l’on a tenté de supprimer, trace d’un présent dangereux et puant et d’un futur plus qu’angoissant, ces algues, peu connues du grand public jusqu’alors, représentent un danger pour l’avenir écologique de la Bretagne et pour son écosystème. L’œuvre s’ouvre d’ailleurs sur la découverte d’un cavalier inconscient, retrouvé enseveli dans les algues vertes. À ses côtés, son cheval –lui aussi enseveli—gît, mort (FIG 1). Cette découverte alarmante dans le paysage breton a immédiatement questionné la prolifération des algues vertes, et a contribué à faire de ce phénomène, un nouveau défi environnemental.

    Pour comprendre le phénomène des algues vertes, il est nécessaire de se pencher sur leur provenance et leur évolution en retraçant notamment, l’histoire de l’agriculture bretonne. Ces marées vertes sont de fait, la trace d’une industrie agroalimentaire prise dans un excès de production. D’un point de vue historique, l’industrie agroalimentaire se développe en France à la suite de la Seconde Guerre mondiale[2]. La France, majoritairement paysanne, se retrouve en possession –grâce au système industriel américain— de machines permettant une meilleure productivité[3]. Passant d’une agriculture principalement familiale, à une agriculture plus moderne, le modèle de la paysannerie française s’émancipe de ses modes de production traditionnels, pour se convertir en « ferme-usine »[4]. Le modèle agricole breton, descendant direct de cette agriculture moderne, désir à son tour, croître et produire plus. Comme l’expliquent Ali Romdhani et Véronique Van Tilbeurgh dans « L’agriculture bretonne sous influence » :

    L’existence de cet ordre social en Bretagne trouve son origine dans la modernisation agricole et la cogestion. D’une région pauvre et isolée, la Bretagne est devenue en moins de 3 décennies une région qui s’est considérablement enrichie grâce à ce modèle d’élevage.[5]

    Bien que ces nouveaux modes agricoles aient enrichi le territoire breton, cette occupation intensive a provoqué des désordres d’ordre écologique sur les littoraux bretons, et plus particulièrement, ont donné naissance aux phénomènes des algues vertes. Ces organismes, naissant des azotes rejetés sous forme de nitrates dans les baies bretonnes, sont le résultat de l’installation d’élevages intensifs sur le territoire breton. Transportées par les cours d’eau vers les littoraux, elles deviennent un danger si elles ne sont pas ramassées sous 24 heures. Au bout de 48 heures, ces algues se décomposent, sèchent et deviennent blanches, se fondant ainsi dans le sable. Dans le même temps, elles produisent un gaz toxique : l’hydrogène sulfuré, ou H2S.[6] Ce gaz, reconnaissable à son odeur d’œuf pourri[7], est indétectable lorsqu’il atteint un certain niveau en ppm (partie par million), car il neutralise le système olfactif et paralyse le système respiratoire.

    Ecocide[8] en marche, la prolifération des algues vertes est le résultat de l’empreinte qu’impose l’homme à la nature. Pourtant, cette capacité à vouloir dompter la nature est aujourd’hui questionnée : l’évolution des partis Verts, des mouvements tels que l’antispécisme, ou encore l’évolution des régimes végétariens et végétaliens montrent que l’Homme prend conscience de son impact néfaste et tente de rectifier cette trace qu’il a laissée jusque-là. Des prises de conscience telles que le sentiment eschatologique ou la solastalgie[9] sont nés de cette angoisse de détruire notre oikos[10] :

Suite au désenchantement causé par un siècle traumatisant, les inquiétudes grandissent face au réchauffement climatique, à la pollution de notre air, ou encore à la fonte des glaciers. L’Homme prend progressivement conscience des conséquences de ses actes et modes      de vie sur le monde. L’inquiétude qui naît est à la fois écologique (elle concerne l’oikos, la « maison », le cadre vital des hommes) et eschatologique on s’imagine que l’état de la déréliction du monde n’offrira plus de porte de sortie, et qu’un point de non-retour a été atteint. [11]

     À la suite de cette prise de conscience, une imagerie médiatique est née de la crise environnementale, provoquant un sentiment de fin du monde auprès des populations.

    Face à ce désenchantement collectif, les médias s’emparent de la question écologique : télévision, radio, presse écrite ; tous questionnent plus ou moins correctement, l’avenir de l’homme moderne sur la Terre, suscitant ainsi, une ambiance médiatique anxiogène. Il est possible d’ailleurs, d’analyser cette sinistrose médiatique à travers le traitement des algues sur le temps –un traitement ayant causé plus de tort aux sinistrés, qu’aux pollueurs :

    Entre janvier 1995 et juin 2015, les journaux télévisés nationaux ont présenté de nombreux reportages sur les algues vertes (116 pour France 2, 76 pour TF1 et 15 pour M6). Les journaux télévisés régionaux de France 3 Bretagne en ont réalisé 283 entre 2008 et 2014. Le sujet était de plus en plus régulièrement relié aux effets pervers du modèle agricole. Les reportages de France 3 Bretagne par exemple relayaient la parole de riverains excédés et d’agriculteurs de moins en moins dans le déni face aux évidences scientifiques. L’État était critiqué et les organisations socioprofessionnelles agricoles étaient appelées à faire davantage d’efforts en faveur de la protection des eaux, au moment où les rapports publics sur l’échec des politiques de l’eau se multipliaient. Certaines émissions télévisées ont mis le sujet « à la une » et suscité de violentes réactions. Cela a par exemple été le cas de Thalassa diffusée le 10 avril 2009, vivement critiquée par une partie des élus et des acteurs du tourisme bretons. Ces derniers se disaient – dans la presse –, « indignés par cette couverture très anxiogène » et ont accusé l’animateur-producteur Georges Pernoud d’avoir « bien chargé la barque ». Ce sont paradoxalement les sinistrés – et non les pollueurs – qui ont regretté cette mise en lumière ![12]

    Oscillant entre constat et alarmisme, les médias dits « traditionnels » sont incapables de rendre une information calme et pédagogique –comme il serait nécessaire de la faire. L’immensité des sources ainsi que le cercle vicieux de l’information anxiogène ont poussé les journalistes à choisir d’autres supports, et les lecteurs à se tourner vers d’autres systèmes d’informations : plus particulièrement, vers la BD-documentaire. Proposant des reportages immersifs et complets, ce média d’information hybride s’est approprié, depuis peu, la crise écologique contemporaine et notamment le sujet des algues vertes. Il paraît donc utile d’en venir à l’insertion de la bande dessinée documentaire dans le débat écologique, mais également de se demander dans quelle mesure ce nouveau médium hybride peut modifier ou enrichir le discours actuel sur l’écologie.

    Et c’est tout d’abord par son imaginaire environnemental que la bande dessinée documentaire s’impose dans un contexte écologique. Son langage, ses signes, son hybridité – qui fait toute sa particularité –, sa capacité à amener un récit pédagogique et ludique façonnent les mentalités. C’est d’ailleurs ces caractéristiques plurielles qui dans un sens, permettent que certaines catastrophes écologiques soient évitées ou plutôt ici, écartée.  Dans l’album dessinée Algues Vertes : L’histoire interdite, Inès Léraud et Pierre Van Hove usent de procédés esthétiques et textuels (dessins, ironie, caricature politique, …) afin de développer une conscience écologique chez leurs lecteurs. Ils utilisent, par exemple, les couleurs principales de l’œuvre – vert et jaune – comme stigmates portant la trace humaine.

    Le vert, symbolique des algues vertes, prolifère tout au long de la bande dessinée à l’image de la prolifération des algues sur les littoraux bretons. Celui-ci apparaît sous différentes teintes : vert ocre, vert souffre, vert olive ou encore vert jaune. Tous ces verts ont une connotation péjorative –il n’y a aucune présence d’un vert pure et sain, seule la présence du vert vu comme maladie est perceptible[13]—à l’instar de ces végétaux qui causent la mort. Couleur naissant d’un mélange de jaune et de bleu, le vert se trouve au croisement de la couleur chaude et de la couleur froide et symbolise la vie, la nature, la jeunesse ou encore l’espérance[14].

    Selon Michel Pastoureau :

[la] symbolique du vert s’est presque entièrement organisée autour de [ces] notion[s] : il représente tout ce qui bouge, change, varie. Le vert est la couleur du hasard, du jeu, du destin, du sort, de la chance… [15]

    Pourtant, les verts représentés dans l’album Algues Vertes ne disposent pas de ces vertus. Au contraire, le mélange de ces verts alourdit les dessins et avec eux, le récit. Devenue symbolique de la mort, les algues vertes répandent leur activité mortifère autant dans l’univers animal, que celui des hommes. De nombreuses planches dans l’œuvre proposent une apparente violence de l’effet des algues vertes : deux morts humaines : Thierry Morfoisse (FIG 3), et un joggeur (FIG 5), plusieurs morts animales : les chiens d’Aurore Blairon (FIG 4), ainsi que différents animaux représentant la faune bretonne : blaireau, marcassins, sangliers (FIG 2).

 

Figure 2 : Cadavres de Sangliers et de Blaireaux ; Les Algues Vertes, l’histoire interdite, Inès Léraud et Pierre Van Hove © Delcourt, 2019, p.54
Figure 3 : Mort de T. Morfoisse ; Les Algues Vertes, l’Histoire Interdite, Inès Léraud et Pierre Van Hove © Delcourt, 2019, p.36.
Figure 4 : Cadavres des Deux Chiens d’Aurore Blairon ; Les Algues Vertes, l’histoire interdite, Inès Léraud et Pierre Van Hove, © Delcourt, 2019, p.18
Figure 5 : Cadavre d’un Joggeur (dont le nom n’est pas mentionné) ; Les Algues Vertes, l’histoire interdite, Inès Léraud et Pierre Van Hove © Delcourt, 2019, p.113.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

    À travers la découverte de ces cadavres, le lecteur est alerté. Ces histoires mortifères façonnent le récit de manière à ce que le lecteur prenne conscience du danger de la prolifération de ces algues. L’omerta[1] autour de ce phénomène commence à se briser grâce à l’ostensible violence marquée par ces faits réels dessinés. L’urgence écologique qu’imposent les algues vertes en Bretagne a besoin de représentations puissantes et de symboliques fortes. De cette manière, les concepteurs de la bande dessinée mettent en exergue, par la force des couleurs ainsi que par une mise en scène de la violence, la dangerosité de cet écocide provoqué par l’industrie agroalimentaire.

    Une question centrale demeure : la bande dessinée Algues Vertes : l’Histoire Interdite apporte-t-elle quelque chose à la cause environnementale dans une époque où d’autres images semblent sensibiliser de manière plus efficace ? Les films touchent toujours plus de monde, car les œuvres cinématographiques ont plus de résonance que les livres.

    Les jeunes –adolescent et jeunes adultes—d’ailleurs ne se détournent pas tant des écrans et du cinéma que cela :

Les jeunes continuent de sortir au cinéma, même s’ils consomment de plus en plus de films à la maison. Ils recherchent la qualité d’une expérience de sortie : le grand écran, la qualité de l’image, bien meilleure qu’un film téléchargé, la convivialité de la salle de cinéma où l’on peut aller avec ses amis ou son amoureux. [2]

    Internet, lui aussi, détourne les nouveaux lecteurs de ces bd-documentaires. Comme l’explique Sylvie Octobre : « À l’ère du numérique, la façon dont les jeunes construisent leur approche culturelle ne va pas naturellement vers la lecture.[3] » Si ce n’est à l’évidence pas la bande dessinée qui va sauver le monde et effacer les traces humaines laissées au fil du temps, il est possible de considérer que celle-ci est un levier de la prise de conscience écologique. Son rôle pourrait d‘ailleurs évoluer et devenir essentiel à l’accompagnement des sciences dîtes dures. Sa forme hybride, qui touche différents publics, permet une meilleure vulgarisation scientifique. Le journaliste François Saltiel explique d’ailleurs que :

Une tendance semble néanmoins se dégager depuis quelques années : le développement d’une BD de vulgarisation. Des auteurs et autrices se servent du dessin vif et des textes synthétiques pour traduire des champs scientifiques complexes de la sociologie aux nouvelles technologies en passant par l’économie.[4]

    La capacité narrative et journalistique de la bande dessinée documentaire, ainsi que le dessin qui l’accompagne, font l’essentiel de sa force, et lui ouvrent en conséquence, les portes de tous les possibles.

 

Camille RODRIGUEZ

 

[1] Le Robert Dico en ligne, Omerta : « Silence gardé sur un sujet compromettant ou tabou. L’omerta sur la corruption. ». [En ligne], https://dictionnaire.lerobert.com/definition/omerta,(consulté le 26/03/2022.)

[2] Propos de Sylvie OCTOBRE recueillis par Laura BURATTI, « Les jeunes lisent toujours, mais pas des livres »

Entretien avec la sociologue Sylvie OCTOBRE, qui publie « Deux pouces et des neurones » sur les pratiques culturelles des jeunes de 15 à 29 ans, Le Monde, 2014, [En ligne], https://www.lemonde.fr/campus/article/2014/09/24/les-jeunes-lisent-toujours-mais-pas-des-livres_4491903_4401467.html, (consulté le 26/03/2022).

[3] Ibid.

[4] François SALTIEL, « La BD, une arme de vulgarisation massive ? », Dans « Le temps du débat » sur France Culture, 2021, 48’’, [En ligne] : https://www.franceculture.fr/emissions/le-temps-du-debat/la-bd-arme-de-vulgarisation-massive, (consulté le 26/03/2022).

 

 

[1] Le Robert Dico en ligne, Omerta : « Silence gardé sur un sujet compromettant ou tabou. L’omerta sur la corruption. ». [En ligne] : https://dictionnaire.lerobert.com/definition/omerta, (consulté le 22/03/2022).

[2] Romane ROZENCWAJG, « Loïc Wojda, L’Émancipation paysanne. Essai de prolongement de la réflexion éthique de Pierre Rabhi », Lectures [En ligne], https://doi.org/10.4000/lectures.50954, (consulté le 08/02/2022). au lendemain de la seconde guerre mondiale, face à une exigence croissante de productivité, elle est devenue industrielle. »

[3] Ibid., « Ce processus de modernisation agricole a conduit à la disparition des paysans et de leurs pratiques, alors perçus comme archaïques, au profit de fermes-usines et d’entreprises agricoles intégratrices. »

[4] Romane Rozencwajg, Op.Cit.

[5] Ali ROMDHANI, Van TILBEURGH Véronique, « L’agriculture bretonne sous influence », N° 239, p.11-17, [En ligne], https://www-cairn-info.ressources.univ-poitiers.fr/revue-pour-2021-1-page-11.htm,(consulté 26/03/2022).

[6] « Agir contre les algues vertes en Bretagne », [En ligne], https://www.algues-vertes.com/comprendre/les-origines-des-marees-vertes/, (consulté 26/03/2022).

[7] Inès LERAUD, Pierre VAN HOVE, Algues Vertes : l’Histoire Interdite, La Revue Dessinée / Delcourt, 2019, « Il est connu pour son odeur d’œuf pourri », p.5.

[8] Le Robert Dico en Ligne : « Crime contre l’environnement, destruction totale ou partielle d’un écosystème. », [En ligne], https://dictionnaire.lerobert.com/definition/ecocide,(consulté 26/03/2022).

[9] Site NOVETHIC, « Solastalgie » est un terme inventé par le philosophe australien Glenn Albrecht : il désigne un sentiment de détresse et d’angoisse ressenti par certains individus face aux transformations (négatives) subies par l’environnement », [En ligne], https://www.novethic.fr/lexique/detail/solastalgie.html, (consulté le 26/03/2022).

[10] Encyclopedia Titanica, « Oikos, dans le grec ancien, s’écrit οἶκος (oíkos), qui signifie “maison”. Dans la Grèce antique, la maison comprenait non seulement l’ensemble des actifs, mais aussi des personnes qui constituaient l’unité de base de la société dans la plupart des cités-États. », [En ligne], https://fr.encyclopedia-titanica.com/significado-de-oikos, (consulté le 26/03/2022).

[11] Mirella VADEAN, Sylvain DAVID, La pensée écologique et l’espace littéraire, Presse de l’université du Quebec, Montréal, 2014, p.36.

[12] Alexandre BRUN, Jean-Paul HAGHE, « Les médias, les algues vertes et le modèle agricole breton », L’Espace géographique, 2016/2 (Tome 45), p.142-156., [En ligne] https://www.cairn.info/revue-espace-geographique-2016-2-page-142.htm, (consulté le 26/02/2022).

[13] Basile PERRIN-REYMOND, « Pourquoi les monstres sont souvent verts ? », sur Ca M’interesse, 2018, [En ligne] https://www.caminteresse.fr/psychologie/pourquoi-les-monstres-sont-souvent-verts-11102873/ (consulté le 26/02/2022).

« Le malaise associé à la couleur verte est renforcé par le fait que pendant longtemps, on n’en a pas bien maîtrisé la fabrication. Au théâtre, la teinture verte utilisée pour les costumes comportait de l’oxyde de cuivre et du cyanure, aussi des comédiens sont-ils morts empoisonnés. D’où la superstition qui veut que le vert porte malheur sur scène »

[14] « Le symbolisme du vert et sa signification », JePense.org, 2021, « C’est une couleur tiède, entre la froideur de la Terre et la chaleur du soleil. C’est la couleur de la vie et de l’espérance. », [En ligne], https://www.jepense.org/vert-symbolisme-signification/, (consulté le 26/03/2022).

[15] Michel PASTOUREAU, Dominique SIMMONET, Le Petit livre des couleurs, Edition Point, Paris, 2014, p.66.