Mastériale 2022

Traces éphémères, traces permanentes

Matérialités du temps

Sommaire

Inscriptions Subjectives 

    Les traces dans nos corpus sont la manifestation d’un style – le style se définissant comme la manière de traiter la matière et les formes. Cette empreinte subjective peut être consciente ou inconsciente, à la fois éphémère, durables, bimédiale et peut s’inscrire sur différents médiums (terre, neige, papier, photographie). Ces traces permettent l’identification de l’individu qui les produit. Par exemple, il est facile de reconnaître la trace du passage d’un animal à son empreinte par sa forme, sa taille, sa profondeur, etc., bien qu’une trace animale ne soit pas un choix délibéré. L’auteur, lui, appose ses traces comme des indices d’une individualité, d’une singularité. De fait, il est possible grâce à elles d’associer un nom à une œuvre. Chaque œuvre présente une multiplication de traces de subjectivité et, grâce à cela, transmet une certaine sensibilité et un point de vue nouveau. 

 

Nayah Marteau – Le Style Animal du “Drung” dans La Panthère des Neiges de Sylvain tesson 

Inès Leriche – Les Logoneiges de Christian Dotremont

Victoria Moreau-Cortès – Inscription dans le Paysage : Nationale Zéro du Collectif Tendance Floue (2003)

Empreintes et Traces de l’Eco-Anxiété 

    Le XXème siècle et ses diverses mutations ont de manière générale préparé notre ère actuelle. La déforestation, la montée des eaux ainsi que l’insécurité alimentaire, sont autant de faits que de raisons induisant une crise écologique majeure. En réaction à cette urgence, un sentiment de solastalgie s’est développé dans nos sociétés, et plus particulièrement chez l’homme occidental. Pour comprendre ce phénomène grandissant, il est nécessaire d’interpréter certaines représentations exposant les mensonges laissés par l’empreinte de l’activité humaine. 

 

Benjamin Girault – Désirer le Passé : la Lecture Nostalgique des Photographies de The Anonymous Project 

Camille Rodriguez – BD-Documentaire et Solastalgie : la Mort du Paysage Breton dans Les Algues Vertes : l’Histoire Interdite d’Inès Léraud et Pierre Van Hove

Kelly Gourdin – Extinction des Vertébrés : la Mise en récit de la Crise dans Le Monde

Empêcher le Futur 

Nous avons déceler dans nos œuvres un traitement spécifique de la temporalité : une mise en relation du passé et du futur. Les personnages entrevoient un futur qu’ils veulent empêcher. Pour cela, ils mènent l’enquête à partir des traces du passé qui résident dans des objets. Ces derniers sont des traces tangibles, des vestiges tangibles d’une époque, d’une personne, d’une mémoire collective. Ils sont, dans nos œuvres, les vestiges d’un temps passé, révolu. Ces objets intriguent, questionnent les personnages : ce sont des éléments qu’ils veulent retrouver dans le futur. Le presse-papier dans 1984 est représentatif de l’époque qui a précédé le parti, et que Winston aimerait retrouver à l’avenir. De la même manière, la tresse et le sake de Your Name symbolisent la mort de Mitsua que Taki veut empêcher. 

 

Julie Assayag – La Symbolique du Presse-Papier dans 1984 de George Orwell 

Lucie Hardy – Your Name : Suivre le Fil Rouge pour Retrouver la Trace de l’Autre Fantomal

La Trace Comme Vestige de la Violence 

    Notre corpus se compose de romans à caractère historique, marqués par la violence.  Il présente deux types de traces conçues comme des preuves matérielles de la violence, aussi bien de la violence comme productrice de traces que la violence comme destructrice de la trace. Ces traces de la violence se manifestent sous la forme d’objets. Ils peuvent être des trophées, des preuves mais aussi les derniers indices qui attestent de l’existence d’une personne. 

 

Anne-Sophie Delahais – La Violence qui Détruit la Trace dans Les Chevaliers Teutoniques de Sienkiewicz (1900)

Léo Chatelais – La Décapitation des Vaincus dans Même Pas Mort (2013) de Jean-Phillipe Jaworski : les Traces de la Violence

Effacer les Traces : de Quelques Figures Féminines

    Notre corpus présente différentes héroïnes portant sur elles des traces de la tradition, se manifestant comme des stigmates qu’elles souhaiteraient effacer pour se libérer. Il y a donc, pour tous ces personnages, un tiraillement entre désir et tradition et une logique dominante : celle de l’effacement. Pour ne pas disparaître littéralement, ces figures de femmes vont néanmoins laisser, de façon plus ou moins volontaire, de nouvelles traces – traces d’encre, cicatrices, effusions de sang –  pour recouvrir la page, le corps, ou l’histoire.

 

Juliette Herbaut – Entre Destruction Corporelle et Folie Erotique du Personnage de Thérèse au Carmel dans Histoire d’une Sainte d’Hervé Guibert

Kevin Saunders – Carrie et le Sang : l’Impossible Effacement (Refus, Résurgence et Acceptation de la Trace dans Carrie de Stephen King)

Léa Layaa-Lauhlé – Charulata de Satyajit Ray : Ecritures et Désirs Ineffaçables