Sommaire

Sommaire

Introduction

 

Corps prisonniers

L’espace clos comme instrument de pouvoir

Au croisement de plusieurs récits historiques centrés sur l’État, la justice, la criminalité, le travail ou encore la marginalité, les pratiques d’enfermements constituent un objet d’étude complexe et appréhendé par divers domaines (littérature, art, philosophie, sociologie, etc). Il s’agira d’analyser, à travers des mécanismes d’instrumentalisation de l’espace clos, la stratégie de pouvoir en tant qu’entité symbolique, judiciaire et exécutive.

Genre féminin et espace domestique

Aborder la question de l’espace domestique par le prisme du genre féminin via l’étude de La Couleur des sentiments (2009) de Kathryn Stockett et d’un photomontage militant réalisé par Martha Rosler, tel est l’enjeu de ces articles. À travers la diversité et la complexité des points de vues des femmes (des plus vulnérables aux plus privilégiées) exposés dans ces œuvres, nous allons tenter de comprendre comment le foyer, envisagé comme un lieu d’enfermement, d’asservissement et d’oppression, est perçu et critiqué par les créatrices. Le genre féminin a traditionnellement été associé à la sphère privée par opposition au genre masculin qui, lui, investit l’espace public, les lieux de pouvoir et de décision. Les femmes évoluent donc dans un univers de contraintes, source de mal-être : de la littérature aux arts visuels, les artistes mettent au jour et dénoncent cet enchaînement des individus de sexe féminin à la sphère domestique pour mieux engager un processus d’émancipation.

Se confronter à l’espace : entre aliénation et résilience

« La culture est d’autant plus intéressante qu’elle sert à corriger la nature. La nature est rude, ennemie, tandis que la culture permet à l’homme d’agir avec un gain d’effort et de temps1 ».

À partir de cette citation d’Umberto Eco, nous questionnerons les rapports entre l’homme et l’espace culturel, et, a contrario, l’homme face à la nature, cet espace ouvert, infini, avec lequel le personnage entre parfois en conflit. Il y retrouve finalement sa place et l’entière existence de son ipséité. C’est cet enjeu que nous étudierons dans Rouge puis Moabi. Par ailleurs, nous verrons que si les rapports entre le personnage et les lieux urbains apparaissent comme plus proéminents, l’espace fait la distinction entre les hommes, en étant discriminant. Nous étudierons des questions de marginalisation à travers les personnages d’Andy dans Dead of Night, créature en dehors des espaces et des frontières, et de Trelkosky dans Le Locataire chimérique, cloîtré dans une communauté abusive.

Investir et réinvestir l’espace par la langue et le chant

L’espace, qu’il soit clos, ouvert, contingent ou séparé, peut impliquer une certaine appropriation de la part de ceux qui y vivent, qui y passent. Ainsi, nous nous intéresserons particulièrement aux moyens d’investir mais aussi de s’investir dans un espace : comment nommer les choses pour les faire apparaître ? comment prendre la parole pour exister, pour faire exister son environnement ? Que cet investissement soit pérenne ou non, nous verrons comment l’appropriation d’un espace peut s’exercer au travers du discours parlé ou chanté

Les espace des possibles : la représentation du dilemme

Comment le dilemme est-il représenté dans les espaces littéraires et vidéoludiques ? Nous essaierons d’examiner les points communs et différences structurels inhérents à la représentation du dilemme et sa réception par le lecteur/joueur. Bien que très éloignés, ces deux champs de représentation partagent la volonté d’illustrer les difficultés humaines face à la prise de décision. Leur analyse permet un aperçu de la perception du dilemme et de son évolution au cours des siècles.

Mouvement dans l’espace et espace en mouvement

« Si le temps ne peut être connu que par un être dont le cœur bat et qui porte en lui sa mémoire, l’espace ne se découvre vraiment qu’à la fatigue du pas qui voit l’horizon sans cesse reculer2 ».

Voyager, se mouvoir dans l’espace, c’est découvrir un autre monde ou un autre soi. Corps et esprit sont intimement liés dans cette quête ou cette aventure : tandis que le Calife Vathek, dans le roman éponyme de William Beckford, voit sa déchéance morale s’associer à une chute physique lors de sa descente aux Enfers, les personnages de Miyazaki dans Le Château ambulant constatent les multiples métamorphoses de leur corps dans un château qui ne cesse de se déplacer. Enfin, chair et esprit se meuvent dans des espaces imaginaires, dans des mondes nouveaux, qui obligent les personnages à s’adapter à cet univers : c’est le cas du lecteur/spectateur découvrant un nouveau macrocosme avec ses codes propres, ou encore du joueur dans les jeux de rôle qui doit appréhender un espace mental commun afin d’évoluer.

Conclusion

  1. ECO, Umberto, Comment voyager avec un saumon. Nouveaux pastiches et postiches, Paris, Le Livre de Poche, Trad. par Myriem Bouzaher, 2001. []
  2. LELIÈVRE, Franck, « “L’origine de la vérité” selon Maurice Merleau-Ponty dans Le Visible et l’Invisible », Caen, Lycée Charles de Gaulle, 2017, p. 1. [En ligne]; URL: https://www.infoamerica.org/documentos_pdf/merleau02.pdf []