S’accepter grâce à la nature : la forêt comme espace salvateur dans Rouge (2020) de Pascaline Nolot

← Retour au sommaire

S’accepter grâce à la nature : la forêt comme espace salvateur
dans Rouge (2020) de Pascaline Nolot

Réécriture moderne du Petit Chaperon Rouge, Rouge de Pascaline Nolot interroge le rapport aux autres, ainsi que les préjugés et les apparences. Née d’une mère morte en couches et considérée comme folle, Rouge est, avant même sa naissance, traitée comme une enfant de Satan. Sa mise au monde ne fait pas taire les villageois de Malombre, bien au contraire. En effet, la petite fille possède une tache cramoisie qui lui recouvre une grande partie du visage et se trouve également dotée d’une arcade sourcilière boursoufflée. Les habitants du village en sont persuadés : quiconque touchera Rouge se verra lui aussi dévoré par le Malin, aussi bien physiquement que mentalement. Rejetée par son père, Rouge est élevée par l’aïeule du village jusqu’à la mort de cette dernière. Elle grandit sous les affabulations des villageois et sous leurs crachas ou leurs jets de pierres réguliers, faiblement atténués par la capeline que le Père François fait fabriquer pour l’enfant. Exclue malgré elle de la vie sociale du village, elle ne peut pourtant en sortir à cause d’une malédiction : un pacte, que sa mère aurait fait avec la Grand-Mère, la sorcière des bois, dans l’espoir d’enfin enfanter. Chaque fille se voit condamnée, à son premier sang, à se rendre au fond de la forêt chez la Grand-Mère pour servir d’offrande. Nul ne sait ce qu’il advient de ces filles, aucune n’étant revenue.

 

À l’annonce de la ménarche de Rouge, les villageois célèbrent son départ : si la malédiction a commencé avec la mère de Rouge, peut-être finira-t-elle avec son enfant ? Même si Rouge appréhende, comme les autres Bannies, de s’enfoncer dans la sylve, elle ne regrette pas, en revanche, de quitter le village. Durant ces années passées à Malombre, les villageois la nomment de divers noms pour la désigner, tels qu’« infâme silhouette », « créature », « la chose » ou encore « monstre1 ». L’héroïne ne s’est donc jamais sentie à sa place et n’a jamais pu arpenter les rues du village sans craindre un projectile ou une insulte. Mais c’est lorsqu’elle franchit le seuil de la forêt qu’elle se trouve pour la première fois de sa vie « apaisée2 ». Malgré le destin funeste qui l’attend probablement, Rouge n’a plus à subir les incessantes moqueries des villageois. Pour elle, la forêt est synonyme de liberté et est décrite comme un endroit divin : « [u]n coin de paradis. Voilà à quoi ressemblait Bois-Sombre au point du jour. […] Oui, la sylve au saut de son lit évoquait quelque chose de l’Éden évanoui3 ». Brimée par les personnes qu’elle côtoie régulièrement, Rouge ne possède pas le même rapport à la forêt. Elle ne lui semble pas austère et funeste mais bien idyllique et apaisante. Cette forêt lui permettra également de découvrir qui elle est vraiment. Après quelques péripéties, Rouge parvient jusqu’à la cabane de la Grand-Mère. En effet, c’est dans cette chaumière au fond du bois qu’elle apprendra enfin la vérité sur sa mère et sur ses origines : « après toutes ces années d’ignorance, elle avait obtenu des réponses4 ». Grâce à ces nouveaux éléments, Rouge parvient à s’accepter telle qu’elle est et comprend qu’elle n’est pas – comme on le lui a répété tout au long de son enfance – la fille du Diable. Dès lors, son regard sur elle-même change : elle ne tente plus de cacher cette tache sur son visage mais sort librement, « [v]isage découvert », sans peur puisqu’« elle ne se dissimulait plus sous la capuche de sa pèlerine5 ». Petit à petit, la jeune fille s’accepte loin de la civilisation qui, jusqu’alors, ne lui a apporté que souffrance. C’est dans cette même perspective qu’elle se refuse à retourner au village. Après avoir vaincu la Grand-Mère, elle décide de rester vivre dans la demeure de son ancienne ennemie pour mener une existence paisible. En effet, elle s’exclame : « Je préfère de loin une existence isolée à une vie brimée !6 ». Cette opposition entre son enfance passée au village et sa nouvelle vie dans la forêt accentue le côté salvateur de ce refuge. Cette solitude constitue pour elle un cadre de vie reposant où elle « gagna peu à peu une certaine quiétude à mener ainsi sa vie en solitaire au fond des bois7 ». Mais l’héroïne ne reste pas simplement dans cette cabane, elle se l’approprie et la considère comme sienne. Elle utilise le possessif pour désigner son nouvel habitat qui constitue désormais « [s]a tanière. La frêle barrière entre elle et le monde saccageur8 ». Cette nouvelle vie est loin de lui déplaire car elle permet à Rouge de s’émanciper et plus particulièrement de s’accepter.

 

De prime abord, la forêt est un lieu qui est souvent dépeint comme hostile et impénétrable, mais il s’avérera être pour Rouge un endroit salvateur. Dans un premier temps, il lui permet de s’affranchir des brimades des villageois. Rouge est désormais libre et n’a plus peur de subir les moqueries et injures permanentes qu’elle endurait. Elle peut se déplacer sans crainte dans ce qu’elle va vite considérer comme un espace familier et protecteur. Mais c’est également un lieu qui joue un rôle capital dans l’histoire personnelle de Rouge. Bois-Sombre lui permet de découvrir la vérité sur son passé. Elle apprend qu’elle n’a plus à avoir honte de sa différence physique et qu’elle n’est pas le fruit du Malin comme elle l’a si souvent entendu. La nature lui offre la possibilité de vivre désormais librement, en possession de la vérité, et loin des villageois et de leur animosité.

Par Marion Rovisse

  1. NOLOT, Pascaline, Rouge, Gulf Stream, coll. « Electrogènes », 2020, p. 9 et 10. []
  2. Ibid., p. 50. []
  3. Ibid., p. 123. []
  4. Ibid., p. 213. []
  5. Ibid., p. 297. []
  6. Ibid., p. 302. []
  7. Ibid., p. 237 []
  8. Ibid., p. 273. []