L’opposition entre nature et culture dans Moabi (2015) de Mickaël El Fathi : la place de l’homme dans l’espace naturel

← Retour au sommaire

L’opposition entre nature et culture dans Moabi (2015) de Mickaël El Fathi : la place de l’homme dans l’espace naturel

« Nature qui l’emporte sur culture est frustrée, culture qui l’emporte sur nature est pédante. Seule leur combinaison harmonieuse donne l’homme de bien ». Cette citation du philosophe chinois Confucius, datant du Ve siècle avant Jésus-Christ, montre l’importance de la complémentarité entre la Nature, lieu de vie et de communion, et la culture, ensemble de traditions, qu’elles soient d’ordre technologique, économique ou matériel, érigées par l’Homme. Selon Confucius, la Nature et la culture ne peuvent exister séparément ; les hommes doivent y trouver un parfait équilibre pour devenir des êtres bienveillants et responsables envers leur environnement.

Ainsi, ces deux notions sont au cœur de l’album de jeunesse Moabi, publié aux éditions de la Palissade en 2015. Il a été écrit par l’auteur et illustrateur jeunesse Mickaël El Fathi, attentif aux questions éthiques sur l’environnement : il souligne l’importance de la nature dans Moabi et se focalise sur la place de l’homme dans l’espace naturel. L’album raconte l’histoire de l’évolution du grand Moabi, cet arbre géant traditionnel d’Afrique aux multiples bienfaits, très symbolique dans la culture locale. De sa naissance à son développement, il joue un rôle majeur dans l’écosystème et les cultures, car il permet le maintien et le lien des êtres vivants entre eux, favorisant ainsi l’harmonie de la faune et de la flore dans la forêt. Mais l’arrivée subite de l’Homme bouleverse cet équilibre naturel : entre l’utilisation des ressources de la forêt primaire pour se nourrir et se chauffer et la peur qu’il fait régner sur les animaux, l’Homme n’apparaîtrait-il pas comme une menace aux yeux du Moabi, cet « arbre vieux de plusieurs millions années1 » ?

Mickaël El Fathi montre une nette opposition entre l’espace naturel, qui prédomine dans l’album, et la présence de l’homme qui change ce paysage. Nous distinguons l’existence de plusieurs types de milieux naturels, comme la forêt, le désert ou encore les montagnes, qui caractérisent la vie et le développement des espèces. Mais la futaie reste le milieu le plus représenté dans l’ouvrage : de page en page, ce lieu sauvage laisse apparaître une végétation dense et luxuriante accentuée par les illustrations aux couleurs vives comme le vert, l’orange et le bleu. Le lecteur plonge dans un monde rempli de plantes, de végétaux et d’animaux : « Autour de moi, d’autres plantes, d’autres fleurs, d’autres arbres virent le jour2 ».

Fig. 1. La forêt luxuriante aux couleurs vives où vit le Moabi3

Il découvre la forêt comme un lieu de vie et d’évolution de la faune et de la flore, un monde animal et végétal à part. Ainsi, la forêt est traitée comme un lieu indépendant : elle évolue à son rythme et possède sa propre hiérarchie. Nous pouvons même affirmer qu’elle se suffit à elle-même : « Nous fûmes tour à tour : bosquet, bois, FORÊT !4 ».

À mesure que l’histoire progresse et que le Moabi se développe, un nouvel être vivant fait son apparition dans cet espace, l’Homme : « Ils [les singes] me parlèrent d’un être qui leur ressemblait5 ». Le ton employé devient plus grave, plus sombre : « Alors il devint l’ami du feu et l’ennemi de tous les autres. Il ne craignait plus rien mais n’était plus des nôtres6 ». De fait, la présence humaine intrigue les habitants de la forêt ainsi que le Moabi. C’est un être qui ne ressemble pas aux autres, il paraît plus imposant et menaçant ; nous distinguons alors un net bouleversement au sein du règne animal et végétal. Le Moabi perçoit l’Homme comme une menace qui pèse sur lui : « Moi, le grand Moabi, qui me cache désormais courbé sous d’autres cimes pour qu’on ne me voie pas7 ». Ce pressentiment de la part du Moabi prend de plus en plus d’ampleur, et, comme les êtres vivants, l’homme construit davantage de maisons et de nids pour y vivre. Cet envahissement de l’espace naturel par la culture humaine apparaît comme un réel danger : « Son nom se murmurait du désert aux montagnes et des plaines aux forêts : ‘‘Homme’’8 ». Cette phrase sonne comme une alarme, comme un avertissement à la forêt : « L’homme avait besoin de bois pour se chauffer, de bois pour ses nids, de bois pour ses outils9 ». Ainsi, l’Homme devient le destructeur de la nature alors qu’elle est vitale pour les êtres vivants. Sa place dans l’environnement naturel est nocive et transforme l’équilibre et le bien-être qui y régnaient. La domination de la culture sur la nature s’entrevoit avec le savoir-faire de l’Homme. Il use d’outils et de ressources qui sont fondamentales pour la forêt : « Alors, il se tourna vers la forêt primaire ». Ici, l’homme exerce sa puissance et montre son savoir-faire au détriment de la protection de la forêt. Nous observons alors une appropriation de l’espace naturel par l’Homme : l’harmonie que nous trouvions entre les animaux, végétaux et différents milieux sauvages au début de l’œuvre s’est transformée en une domination massive de l’homme qui vient perturber l’ordre déjà établi. La culture apportée par l’homme, c’est-à-dire le feu, les outils et les méthodes de construction, n’a pas sa place dans l’environnement naturel du Moabi car elle menace la forêt dite « primaire10 ». Mickaël El Fathi tient à démontrer, à travers cet album destiné principalement à la jeunesse, que le rôle de l’homme est de protéger et préserver ces espaces vitaux et non de les détruire.

Moabi, c’est un album ambitieux visant à avertir les jeunes lecteurs sur leur place dans la nature. Avec des illustrations percutantes et un texte précis, Mickaël El Fathi parvient à montrer que les espaces naturels, et plus particulièrement la forêt, sont des lieux primordiaux et indispensables pour la survie des espèces. Ce lieu sauvage qu’est la futaie regorge de ressources, comme le Moabi : la question environnementale est l’enjeu qui domine cette œuvre, elle permet à la jeunesse de réfléchir sur l’importance de la nature dans notre société. La culture est utile dans le quotidien de l’homme, mais elle ne doit pas empiéter et bouleverser les lieux de nature.

Par Émilie Courtin

  1. EL FATHI, Mickaël, Moabi, La Rochelle, Éditions de la Palissade, 2015, quatrième de couverture. []
  2. Ibid. p. 20. []
  3. Image extraite de l’album de EL FATHI, Mickaël, op. cit., pp. 6-7. []
  4. Ibid. p. 22. []
  5. Ibid. p. 30. []
  6. Ibid. p. 34. []
  7. Ibid. p. 42. []
  8. Ibid. p. 36. []
  9. Ibid. p. 40. []
  10. Ibid. p. 41. []