Se confronter à l’espace : entre aliénation et résilience

← Retour au sommaire

Se confronter à l’espace : entre aliénation et résilience

« La culture est d’autant plus intéressante qu’elle sert à corriger la nature. La nature est rude, ennemie, tandis que la culture permet à l’homme d’agir avec un gain d’effort et de temps1 ».

À partir de cette citation d’Umberto Eco, nous questionnerons les rapports entre l’homme et l’espace culturel, et, a contrario, l’homme face à la nature, cet espace ouvert, infini, avec lequel le personnage entre parfois en conflit. Il y retrouve finalement sa place et l’entière existence de son ipséité. C’est cet enjeu que nous étudierons dans Rouge puis Moabi. Par ailleurs, nous verrons que si les rapports entre le personnage et les lieux urbains apparaissent comme plus proéminents, l’espace fait la distinction entre les hommes, en étant discriminant. Nous étudierons des questions de marginalisation à travers les personnages d’Andy dans Dead of Night, créature en dehors des espaces et des frontières, et de Trelkosky dans Le Locataire chimérique, cloîtré dans une communauté abusive.


S’accepter grâce à la nature : la forêt comme espace salvateur dans Rouge (2020) de Pascaline Nolot. – Marion Rovisse

L’opposition entre nature et culture dans Moabi (2015) de Mickaël el Fathi : la place de l’homme dans l’espace naturel. – Émilie Courtin

Le retour du guerrier : errance et enfermement comme expressions du traumatisme dans Dead of Night (1974) de Bob Clark. – Thibault Riffault

Le conformisme en espace urbain : envahissement du sujet par la société dans Le Locataire chimérique (1964) de Roland Topor. – Anaël Patej

  1. ECO, Umberto, Comment voyager avec un saumon. Nouveaux pastiches et postiches, Paris, Le Livre de Poche, Trad. par Myriem Bouzaher, 2001. []