Quand la déchéance du corps rencontre celle de l’esprit. La descente aux Enfers dans Vathek (1789) de William Beckford

← Retour au sommaire

Quand la déchéance du corps rencontre celle de l’esprit. La descente aux Enfers dans Vathek (1789) de William Beckford

Publiée en 1789, Vathek est la grande œuvre de l’écrivain britannique William Beckford, connu pour sa vie tumultueuse aux mœurs dissolues. Figurant parmi les premières œuvres gothiques, Vathek ouvre la voie au romantisme noir et ses auteurs, comme Edgar Allan Poe qu’elle a grandement influencé1 . Ce court roman, dans lequel s’imbriquent également trois récits distincts nommés « Épisodes », retrace le destin du Calife Vathek, de sa grandeur souveraine à sa chute infernale. Vathek, poussé par son orgueil et sa soif illimitée de connaissances, est tenté par un Giaour (un mauvais génie) de renoncer à Mahomet (Représentation du Divin) afin d’obtenir les trésors des Sultans préadamites, se trouvant au Palais d’Éblis (Satan). Encouragé par sa mère-sorcière Carathis, puis par sa fiancée Nouronihar, Vathek commet alors les pires crimes pour prouver son désir d’accéder au Palais Infernal, puis il se lance dans un voyage sans retour pour les Enfers où il ne trouvera que la damnation.

Le thème de la catabase2 , cher à la littérature gréco-antique, est ici repris mais dans une forme inversée : dans les épopées grecques, les plus grands héros de la mythologie doivent, durant leur quête, se rendre aux Enfers puis en revenir. Il s’agit souvent de l’ultime passage initiatique. Le personnage sort alors grandi de cette aventure, il devient plus sage. Or, dans Vathek, le Calife, ainsi que sa mère Carathis et sa fiancée Nouronihar, descendent bien aux Enfers au cours d’une quête mais pour de mauvaises raisons. Alors que le héros grec y pénètre pour découvrir la sagesse des aïeux, Vathek va dans le monde chthonien (le monde des divinités infernales) par appât de la richesse et de la toute-puissance. Cette déchéance est à la fois physique et morale. Elle est tout d’abord physique car Vathek débute son (anti-)évolution en interrogeant le ciel au sommet de sa Tour, puis il descend parmi le commun des mortels et il foule la Terre lors de son voyage entre son pays et l’entrée du palais souterrain. Enfin, il termine son périple sous terre, dans le monde infernal. Cette décadence est également morale car, de despote aimé de ses sujets et issu d’une grande famille royale, Vathek commet ensuite de nombreux crimes (sociaux avec les meurtres et les sacrifices, et religieux avec le blasphème) et il s’enfonce dès lors dans ses vices.

Vathek « ne croyait pas comme le Calife Omar Ben Abdalaziz, qu’il fallût se faire un enfer de ce monde, pour avoir le paradis dans l’autre ». De ce fait, le récit débute sur la description détaillée des cinq palais du Calife, les Palais des Sens, que Vathek « destin[e] à la satisfaction particulière de chacun des sens » et qui ont des airs de Paradis sur Terre : le premier Palais, « le Festin éternel ou l’Insatiable » est dédié aux mets ; le deuxième, « le Temple de la Mélancolie ou le Nectar de l’âme » fait entendre les « plus habiles musiciens et les plus grands poètes3 » ; le troisième fait office de musée regroupant les arts de tous pays ; le quatrième est « un vaste jardin » où les fleurs et les parfums enivrent les résidents ; et enfin, le dernier Palais, appelé « Réduit de la Joie ou le Dangereux4 », est habité par des jeunes filles magnifiques, destinées aux plaisirs de la volupté. Ces Palais font écho au paysage environnant la ville, comme cette « haute montagne couverte de thym et de serpolet et dont le sommet était couronné d’une plaine si délicieuse qu’on l’aurait prise pour le Paradis destiné aux fidèles Musulmans5 ». Rien ne semble pouvoir troubler ce paradis et le bonheur du Calife, si ce n’est Vathek lui-même ou plutôt sa curiosité et son orgueil. Car, si Vathek est aimé de ses sujets, son désir de tout connaître, de « tout savoir, même les sciences qui n’existaient pas6 », le pousse à douter des textes religieux et à s’opposer aux théologiens et aux dévots. Il en vient, d’ailleurs, à construire une immense tour dans le seul but « de pénétrer dans les secrets du ciel ». Le Calife, au sommet de l’édifice, se compare à un Dieu observant les hommes, ici-bas, pas plus grands que « des fourmis » : « l’idée que cette élévation lui donna de sa propre grandeur, acheva de lui tourner la tête ; il était prêt à s’adorer lui-même […] ». Cette tour, référence à la Tour de Babel des textes bibliques et à l’ego démesuré des hommes, est le symbole de l’élévation de Vathek : il se rapproche de Mahomet à la fois physiquement, en côtoyant les cieux et en s’élevant par-dessus le commun des mortels ; mais il le rejoint aussi intellectuellement puisque cette tour lui permet de connaître « les secrets du ciel7 » et de maîtriser les « mystères astrologiques8 » qui lui accordent de prédire l’avenir. Ni les dévots du pays ni Mahomet ne supportent ces multiples affronts, si bien que le Prophète décide de mettre à l’épreuve Vathek et de voir jusqu’où iront son impiété et sa soif de connaissances, jusqu’où son orgueil et son hybris l’entraîneront dans sa déchéance.

Vathek est mis à l’épreuve par un mauvais génie, un Giaour, qui le soumet à la tentation en lui présentant d’innombrables richesses qui attisent la convoitise du Calife, notamment des sabres aux inscriptions magiques et indéchiffrables. Vathek, désirant savoir d’où viennent l’étranger et ses trésors, se heurte au mutisme du marchand. Celui-ci est le premier à s’opposer aux ordres du Calife, à ne pas être impressionné par sa grandeur. Surtout, en refusant de répondre aux questions du tyran, il rend ce dernier malade : Vathek, qui désire tout connaître et avoir réponse à toutes ses interrogations, est soumis à la torture en restant dans l’ignorance. Il fait alors appel aux plus grands sages du pays pour traduire les inscriptions des sabres. Le texte énonce une mise en garde du Ciel pour Vathek : « Malheur au téméraire qui veut savoir ce qu’il devrait ignorer, et entreprendre ce qui surpasse son pouvoir9 ». Ce rappel à l’ordre de la simple humanité de Vathek rend ce dernier furieux, puis le plonge dans une profonde mélancolie. Le Giaour revient ensuite au Palais et, après s’être transformé en boule, il entraîne dans une danse folle le Calife et tous les habitants de la ville jusqu’à un profond gouffre où il se jette. Vathek passe la nuit au bord du précipice, lorsque le mauvais Génie dévoile enfin ses intentions : « Veux-tu te donner à moi, adorer les influences terrestres, et renoncer à Mahomet ? À ces conditions, je te mènerai au palais du feu souterrain. Là, dans des magasins immenses, tu verras les trésors que les étoiles t’ont promis […] ». Vathek, enivré par ces propositions prête serment, mais le Giaour demande « des preuves de la sincérité de cette abjuration […]10 ». C’est à cet instant que le Paradis bascule définitivement en Enfer : le Giaour exige des sacrifices d’innocents, comme les cinquante enfants précipités dans le gouffre. Vathek n’éprouve que peu de remords après le sacrifice des enfants. Encouragé par sa mère-sorcière Carathis qui désire le voir s’élever encore plus, il se lance ensuite dans une expédition à travers tout le pays afin de trouver l’entrée du Palais souterrain d’Éblis. Au cours de son voyage, Vathek va découvrir à la fois des lieux paradisiaques et des espaces infernaux. Sa quête débute d’abord sous de mauvais auspices : un terrible orage surprend le convoi, puis, perdu, le groupe doit longer un dangereux précipice qui les mène droit sur le territoire de fauves monstrueux qui tuent de nombreux soldats. Face à ces épreuves, le Calife perd peu à peu de sa superbe, et il finit même par demander de l’aide à Mahomet et par maudire le Giaour. Or, à peine est-il effleuré par un soupçon de repentance, que le groupe découvre le pays paradisiaque de l’Émir Fakreddin. Dans ce pays, tout est douceur et merveille, gentillesse et bonté. L’Émir, homme très pieux, accueille Vathek avec plaisir et lui présente sa fille, la douce et vertueuse Nouronihar. Mais là encore, le Paradis se transforme en Enfer. Comme l’exprime Peter Hayland dans « Vathek, Heaven and Hell11 », Vathek détruit et corrompt tous les lieux paradisiaques qu’il traverse : il séduit et pervertit Nouronihar, il sème la discorde dans le pays et humilie le malheureux Émir.

Vathek entraîne Nouronihar dans la quête du Palais souterrain, et c’est ensemble qu’ils se présentent à l’entrée du royaume d’Éblis. Ils arrivent sur la terrasse d’une haute montagne, au cœur de la nuit, où se trouvent les vestiges d’un ancien palais. Puis la montagne et la terrasse tremblent, et un immense rocher se fend pour « laisser voir en son sein un escalier de marbre poli, qui paraissait devoir toucher l’abîme12 ». Vathek et sa fiancée commencent leur descente mais les escaliers n’ont, visiblement, pas de fin, si bien « qu’ils [semblent] tomber rapidement dans un précipice, plutôt que marcher ». Cependant, cela ne les impressionne guère car « en descendant à la vive lumière des flambeaux, ils s’admiraient l’un l’autre, et se trouvaient si resplendissants, qu’ils se croyaient déjà des intelligences célestes13 ». Le couple finit par atteindre le but du voyage et découvre une immense porte en ébène, qui n’est pas sans évoquer la porte de l’Enfer dans La Divine Comédie de Dante Alighieri. Vathek et Nouronihar, sans s’émouvoir, font ensuite face à Éblis lui-même, l’Ange déchu. Ce dernier leur permet de profiter des richesses du Palais, mais il les condamne à la damnation éternelle. Vathek, ainsi que sa fiancée puis plus tard sa mère Carathis, subit l’intense douleur de son cœur en proie aux flammes. D’autre part, l’amour que se portent Vathek et Nouronihar est corrompu par le ressentiment et la haine : ils se reprochent mutuellement leur sort. Cette condamnation est finalement bien plus terrible que la mort elle-même. Ni Vathek ni Nouronihar n’ont envie de profiter des richesses. Leur quête semble donc avoir été vaine. Mais avant tout, ils ont été punis par des instances supérieures : leur simple condition de mortels soumis aux puissances divines (ou infernales) est finalement établie.

Par Alane Castets

  1. GRAHAM, Kenneth W., « “Inconnue dans les annales de la terre” : Beckford’s benign and demonic influence on Poe », in Vathek and the Escape from Time. Bicentenary Revaluations, (dir. Kenneth W. GRAHAM), New York, AMS Press, 1990, p. 201-223. []
  2. Catabase (du grec ancien Katabasis, énonçant l’action de descendre) : rituel consistant pour le héros grec à se rendre physiquement aux Enfers [notre définition]. []
  3. BECKFORD, William, Vathek et ses épisodes, Paris, Édition José Corti, Collection « Domaine Romantique », 2003, p. 8 [Vaut aussi pour les quatre citations précédentes]. []
  4. Ibid., p. 9 [Vaut aussi pour la citation précédente]. []
  5. Ibid., p. 22. []
  6. Ibid., p. 10. []
  7. Ibid., p. 11 [Vaut aussi pour les trois citations précédentes]. []
  8. Ibid., p. 12. []
  9. Ibid., p. 20. []
  10. Ibid., p. 34 [Vaut aussi pour la citation précédente]. []
  11. HYLAND, Peter, « Vathek, Heaven and Hell », in Vathek and the Escape from Time. Bicentenary Revaluations, (dir. Kenneth W. GRAHAM), op. cit., pp. 145-155. []
  12. BECKFORD, William, op. cit., p. 137. []
  13. Ibid., p. 138 [Vaut aussi pour la citation précédente]. []