Déplacement du corps, voyage de l’esprit : une quête de l’identité dans Le Château ambulant (2004) d’Hayao Miyazaki.

← Retour au sommaire

Déplacement du corps, voyage de l’esprit : une quête de l’identité dans Le Château ambulant (2004) d’Hayao Miyazaki.

Cofondateur du plus célèbre studio d’animation japonaise et leader incontesté de ce média, le réalisateur Hayao Miyazaki est également connu pour son style particulier et son imagination débordante. Loin d’échapper à cette règle, Le Château ambulant1 (ハウルの動く城 – Hauru no Ugoku Shiro), sorti en 2004 dans les salles obscures, propose un dépaysement total aux spectateurs. Cette adaptation libre du roman Le Château de Hurle (Howl’s Moving Castle), écrit par la Britannique Diana Wynne Jones en 1986, parvient à séduire le public par son univers onirique et poétique.
Parfois incomprise par les critiques mais très appréciée des passionnés des Studios Ghibli, cette œuvre nous plonge dans une atmosphère européenne datant de l’époque de la révolution industrielle. L’ensemble est teinté de fantasy et d’une touche d’inspiration steampunk2 .
À travers ce film d’animation ambitieux, Hayao Miyazaki nous offre une profusion de détails ainsi qu’une palette de couleurs chatoyantes qui nous subjuguent tout autant que la bande musicale composée par Joe Hisaishi.

Dans un royaume où la guerre fait rage, Sophie, jeune fille discrète et peu sûre d’elle, reprend la boutique de chapeaux de son père décédé. Un jour, alors qu’elle rend visite à sa sœur cadette, Sophie croise le chemin d’un homme mystérieux qui, grâce à l’utilisation de sa magie, la sauve de deux soldats. Ce jeune homme, Hauru, n’est autre que le propriétaire de l’étrange château ambulant qui vient de s’installer aux abords de la ville. Selon les rumeurs, il serait un terrible sorcier qui « dévore le cœur des jeunes femmes3 ». De retour chez elle, Sophie reçoit la visite de la Sorcière des Landes. Celle-ci, au courant de la rencontre entre la jeune chapelière et le beau sorcier, est folle de jalousie. Elle décide alors de lui lancer une malédiction afin de la transformer en vieillarde. Se retrouvant ainsi dans l’incapacité d’expliquer cette subite transformation à sa famille, Sophie fuit la ville à la recherche d’un moyen pour briser ce sortilège. Traversant la lande avec difficulté, elle finit par se réfugier dans le curieux château où vit Hauru et rencontre Calcifer, un démon du feu qui fait fonctionner la demeure grâce à ses pouvoirs. Celui-ci lui propose alors un marché : si Sophie parvient à trouver et défaire le sort qui le lie au séduisant magicien, il brisera la malédiction qui pèse sur elle.
Ainsi, cette histoire suit l’évolution de Sophie, une héroïne drôle et touchante par son caractère, son authenticité et sa psychologie complexe. En effet, elle est continuellement mise à l’épreuve par la soudaine métamorphose de son corps qui, en réalité, n’est que le reflet de son tempérament. Mais elle n’est pas la seule à faire l’objet de nombreuses transformations puisqu’une grande majorité des personnages est concernée. Il en va de même pour les différents et multiples espaces dans lesquels ils évoluent continuellement.

Un épais brouillard, une ombre vaguement distinguable et des sons métalliques accompagnés de bruits de vapeur telle une machine infernale : c’est ainsi que débute Le Château ambulant. Cette scène d’ouverture nous présente directement un des éléments majeurs (et qui, par ailleurs, inspira le titre) du film : une curieuse habitation faite de bric et de broc, qui avance en claudiquant et produit un brouhaha brisant le silence des vastes espaces naturels de cette séquence. Cette étrange « maison » paraît complètement invraisemblable, nous ne savons pas réellement ce que nous voyons. Cette invraisemblance architecturale est composée de divers assemblages qui s’étendent sur plusieurs niveaux : cabines en bois, pan de mur en pierre, des dizaines de fenêtres délabrées, des rambardes, des cheminées d’où sort de la fumée. Les plans cinématiques se succèdent et nous parvenons petit à petit à dessiner les contours de ce château qui déambule dans les landes. Le château se déplace grâce à des pattes d’oiseaux métalliques, et est orné sur sa face d’un semblant de visage amphibien avec une bouche qui s’ouvre laissant découvrir une langue4 . Ces particularités esthétiques démontrent que la maison est organique : elle respire (la fumée et la vapeur), elle « communique » (par le biais de la cacophonie de grincements et autres sons métalliques, le château siffle), elle se déplace, les poutres sont visibles et rappellent la structure d’un squelette. Le château prend vie et laisse presque à penser qu’il est un personnage à part entière.
De nombreuses excroissances, comme des pompes par exemple, faites de bois et de tôles, se meuvent de haut en bas. Des roues s’animent de façon circulaire tandis que ce bâtiment avance horizontalement sur la terre ferme.
En outre, on constate que le château se déplace d’un point A à un point B de manière horizontale, mais les divers éléments qui le constituent bougent dans tous les sens, presque de manière grotesque, rendant ainsi l’ensemble étonnant dans un paysage qui paraît paisible et tout à fait ordinaire à première vue. Cette singulière demeure est, en réalité, plus unie que ce que l’on peut penser a priori puisque l’on retrouve de l’harmonie dans ce bric-à-brac et cette asymétrie est typique du style d’Hayao Miyazaki5 .

C’est ainsi que cette étonnante architecture permet la mise en place des différentes actions ainsi que les scènes de la vie courante. En effet, la construction rigoureuse de ces séquences permet au réalisateur de créer une mise en scène dynamique malgré le caractère parfois domestique de l’ensemble (scènes de ménage, de cuisine). C’est en cela que l’on remarque la faculté presque instinctive d’inventer l’espace de la part d’Hayao Miyazaki. De plus, les nombreux plans sur les paysages, les décors, les infrastructures, le château (en extérieur tout comme en intérieur) ont tous leur importance. Ils ne servent pas que l’esthétique du film, mais jouent aussi sur le développement psychologique et physique des personnages. Or, cela est possible grâce à l’effet de fluidité qui se retrouve dans chacun des déplacements des protagonistes et dans leurs actions. On passe d’une scène à une autre, d’un espace à un autre avec souplesse, presque comme dans un rêve. Le Château ambulant est parfois difficile à saisir en raison de cet aspect onirique qui nous fait douter de la réalité. C’est pour cela qu’Hayao Miyazaki insiste sur des scènes du quotidien (le nettoyage de la salle de bain, les scènes de repas, Sophie qui se repose devant le feu) afin de trouver un équilibre entre magie et réalité, puisque les frontières entre ces deux mondes sont bien minces voire nulles. Ils cohabitent sans cesse. Sophie apporte du réalisme dans l’univers merveilleux d’Hauru et inversement. Même si les personnages évoluent dans un espace principalement merveilleux, il existe toujours des touches réalistes qui, selon le chercheur Stéphane Le Roux, permettent d’accentuer la vraisemblance6 . Cette fluidité facilite grandement les multiples métamorphoses de la galerie de personnages. Elles passent presque inaperçues et nous étonnent à chaque fois.
Par ailleurs, le réalisateur japonais est connu pour la création d’univers toujours foisonnants et surtout poétiques, dotés d’une réalité quasiment autonome à l’aide de cette fluidité. Les divers dispositifs spatiaux mis en place par l’artiste sont percutants et cohérents, permettant alors cette fluidité qui, à son tour, donne plus d’impact aux univers miyazakiens, surtout dans Le Château ambulant où l’on suit en grande partie les péripéties d’une jeune fille à la personnalité effacée qui devient une très vieille dame.

Si sur le papier, l’histoire du Château ambulant paraît « classique7 », Hayao Miyazaki parvient à dépasser ce cliché tout en apportant sa propre poésie grâce à son intérêt pour la construction de ses univers fictifs. Au fil de sa carrière, ces derniers gagnent en complexité sur deux points : les fils narratifs et la topographie fictionnelle de ses œuvres. C’est de cette façon que Miyazaki parvient à se distinguer de ses confrères. Il transcende les modèles de récit classique (Le Château ambulant peut être qualifié de récit d’aventure8 et de récit de vie quotidienne9 ) en complexifiant les structures spatiales : l’architecture du château, la binarité ville/landes, la terre et le ciel, le monde réel et le monde magique, etc.
Bien que l’animateur se soit fortement inspiré de la culture occidentale pour ce film10 , on ressent, dans une certaine mesure, une influence profondément japonaise. En effet, au Japon, la maison est un espace intime qui se pare d’un aspect presque spirituel puisqu’il existe plusieurs traditions dont les symboliques sont importantes pour la population insulaire. Un de ces aspects que l’on retrouve tout particulièrement dans la filmographie miyazakienne et, par conséquent, dans Le Château ambulant, a trait à la propreté associée à la notion de pureté. Cet aspect se retrouve tout particulièrement dans le shintoïsme11 où tout ce qui est sale et impur doit être purifié (c’est pour cela qu’il existe une importante culture des bains au Japon). La maison est le reflet de son propriétaire, et le château, lié à son maître Hauru, est le reflet de son état d’esprit. Alors, comme Hauru, malgré sa belle apparence et ses coquetteries, ne cesse de se transformer en monstre et devient, de ce fait, de plus en plus « impur », son habitation le devient également. L’intérieur du château est souillé, tout est poussiéreux et en désordre. Sophie doit donc nettoyer afin de purifier cet espace. Selon la philosophie shintoïste, l’intérieur se doit d’être pur pour que l’esprit le soit aussi. On laisse les impuretés à l’extérieur. Dans ses films, Miyazaki représente bien cette idée : il sépare le dehors (l’impur, ce qui est sale) et le dedans (la pureté, ce qui est propre). Sophie est confrontée à cela dès son arrivée au château. De plus, elle pourra s’intégrer dans ce nouvel espace, seulement lorsqu’il sera propre et par conséquent « pur ».
Miyazaki accorde aussi une grande importance à l’environnement. Il le territorialise en faisant de la ville un espace profane, tandis que les landes représentent un espace magique. Un fermier met en garde Sophie : « À votre place, grand-mère, j’irais pas là-bas. C’est un pays de sorcières12 ». De plus, le château d’Hauru est une habitation perdue dans la nature. Il s’y intègre parfaitement grâce à sa mobilité qui ne trouble pas la faune et la flore (dans la séquence d’ouverture, on aperçoit un berger avec son troupeau imperturbable malgré l’arrivée bruyante de ce drôle d’engin). Cette maison isolée agit comme un lieu de repli, une sorte de cocon serein où tout ce qui se déroule au-dehors n’atteint pas ses occupants. L’espace interne du château est en quelque sorte « hors du temps » puisqu’imperméable aux évènements du monde extérieur. Les personnages voyagent dans l’espace naturel grâce au château itinérant qui, par sa structure magique, favorise l’enchevêtrement de cet espace extérieur naturel avec l’espace interne familial. Cette mobilité se retrouve aussi à l’intérieur du château lorsqu’Hauru use de ses pouvoirs magiques afin d’agrandir les pièces et de les aménager pour accueillir cette « famille » de plus en plus nombreuse13 . Tout comme les maisons nippones14 , l’espace du château est mouvant, mais aussi fragile malgré son apparence solide. On le voit tout particulièrement dans les dernières séquences, quand Calcifer n’est plus dans l’âtre de la cheminée alors que c’est grâce à lui que le château se déplace et se maintient. Ce dernier s’effondre, tout est détruit en l’espace de quelques secondes. À ce moment précis, l’état d’Hauru reflète cette dégradation puisqu’il est lié à cet espace familier.

Ainsi, nous constatons que, dans cette œuvre d’animation japonaise, l’espace est une notion complexe. Si l’on s’attarde sur les déplacements dans le ciel et ceux effectués sur terre, on remarque que, dès les premières séquences, les plans se concentrent sur le ciel puis sur la terre. Nous avons là un mouvement vertical. Cette scène fait écho à la dernière séquence, malgré une différence : cette fois-ci, nous assistons à un mouvement du bas (la terre) vers le haut (le ciel), car le château ambulant qui se déplaçait dans les landes vole à présent à travers les nuages. Ce mouvement ascendant symbolise une renaissance du château et une nouvelle vie pour nos protagonistes qui ont enfin cessé de se cacher à travers les métamorphoses et ont trouvé leur véritable identité. Grâce à ces scènes, la terre et le ciel sont en miroir. Cette notion de verticalité intervient à plusieurs reprises : lorsqu’Hauru entraîne Sophie dans les airs, par exemple. Cela forme une sorte de boucle, un « tout ». Ce motif cyclique se retrouve dans d’autres œuvres du maître japonais et participe à cette fluidité presque omniprésente dans son travail. Il n’y a plus de frontières entre le vertical et l’horizontal, entre le monde profane et le monde magique, entre les âges, les genres, entre le réel et l’imaginaire. C’est en cela que l’on retrouve la poésie d’Hayao Miyazaki.

Par Angéline Noumet

  1. MIYAZAKI, Hayao, Le Château ambulant, Japon, Ghibli, 2004. []
  2. Le Steampunk est, dans un premier temps, un courant littéraire qui prend ses racines au XIXe siècle lors de la période victorienne (période dominée par la première révolution industrielle où le charbon et la vapeur sont omniprésents, d’où le nom de ce concept). Il s’agit de récits uchroniques où l’esthétique victorienne s’allie généralement à l’utilisation de matériaux comme le cuivre, le cuir, le laiton et le bois. Ce courant littéraire fait son apparition dans des œuvres fantastiques, de fantasy et de science-fiction. Ce concept se retrouve actuellement dans le cinéma, la musique, mais aussi dans la mode grâce à une communauté de créateurs et de passionnés où les vêtements et accessoires sont principalement inspirés du design industriel et de la Belle Époque. Source : DELAVAUX, Alexandrine, “Le Steampunk : qu’est-ce que c’est ?”, Les Rêveries modernes, 2017, [En ligne]. URL : https://reveriesmodernes.com/pop-culture/steampunk/le-steampunk-quest-ce-que-cest/2017/ []
  3. MIYAZAKI, Hayao, op. cit., [00.02.23]. []
  4. Ibid., [00:18:52]. []
  5. Par ailleurs, on ressent une analogie graphique avec le château du Roi et l’Oiseau (1952) de Paul Grimault qui est, comme le film d’Hayao Miyazaki, l’adaptation cinématographique d’un conte (en l’occurrence de Hans Christian Andersen) []
  6. LE ROUX, Stéphane, Hayao Miyazaki, Cinéaste en animation, Poésie de l’insolite, Paris, L’Harmattan, Coll. « Cinémas d’animations », 2009. []
  7. « Classique », dans la mesure où il s’agit simplement du récit d’une jeune fille victime d’une malédiction de sorcière et qui décide de partir de chez elle afin de trouver le magicien qui est le seul à pouvoir briser le sortilège – en somme, un cas plutôt ordinaire dans l’univers des contes. []
  8. Il s’agit d’un récit d’aventure car les protagonistes se déplacent de manière répétitive entre plusieurs lieux-étapes. []
  9. Sophie quitte tout (sa maison, sa famille, son travail, sa ville) pour tenter de s’intégrer dans un nouvel environnement suite à ce déracinement. Le nouvel espace auquel elle est confrontée prend le pouvoir sur ses déplacements. Alors, Sophie entreprend un voyage initiatique qui lui permettra d’évoluer et de grandir. []
  10. Hayao Miyazaki s’est en effet inspiré de la ville alsacienne Colmar pour ses décors. De plus, les paysages, les vêtements, la décoration des pièces, leurs agencements dans l’espace ne sont pas d’origine japonaise mais bien européenne. []
  11. Croyance très ancrée dans la culture japonaise d’origine chinoise qui accorde une place primordiale à la connexion avec la nature et démontre que, dans l’univers (visible ou invisible), tout est question d’équilibre. La notion de l’éphémère est également importante. []
  12. MIYAZAKI, Hayao, op. cit., [00:24:57]. []
  13. Ibid., [01:19:32]. []
  14. Le Japon est une île qui peut subir des tremblements de terre. C’est pourquoi, nombre de ses maisons sont fragilisées. De plus, dans les maisons traditionnelles, le bois est omniprésent ainsi que le papier Washi (pour les murs, les portes coulissantes, les cloisons). Il est donc plutôt aisé d’aménager et réaménager les espaces selon les envies et les besoins. []