Les métaphores géographiques dans Artamène ou le Grand Cyrus (1649-1653) de Georges et Madeleine de Scudéry : exploration des espaces des choix amoureux

Les métaphores géographiques dans Artamène ou le Grand Cyrus (1649-1653) de Georges et Madeleine de Scudéry : exploration des espaces des choix amoureux

« [I]l faut enfin avoüer que ce qui ne connoist point ce je ne say quoy qui redouble tous les plaisirs, et qui sçait mesme l’Art de donner quelque douceur à l’inquiétude, ne connoist pas jusques où peut aller la joye1 ». Les amants du XVIIe siècle ont besoin d’un guide pour atteindre ce que les autrices précieuses appellent le « je ne sais quoi », ils le trouveront dans leurs romans. L’un des plus célèbres est Artamène ou le Grand Cyrus, attribué à Georges et Madeleine de Scudéry, paru entre 1649 et 1653. Ce roman-fleuve2 , composé d’environ treize mille pages, est le plus long de la littérature française : son ampleur explique en partie son absence de publication de nos jours. Cependant, bien plus qu’un roman aux dimensions extrêmes, Artamène est aussi un manifeste des valeurs galantes promues par les Précieuses et leur société au XVIIe siècle. Dans le roman, les cours antiques se parent des attributs du Grand Siècle et derrière les personnages historiques de ce roman à clef, se cachent bien souvent les noms des grands princes du règne de Louis XIV. Le récit principal, entrecoupé de dizaines d’histoires secondaires venant enrichir le premier, raconte les épreuves endurées par Cyrus pour obtenir l’amour de la très belle et très admirable princesse Mandane, tour à tour enlevée, disparue, prisonnière, passée pour morte, de nouveau kidnappée… Si la narration est composée de très nombreuses étapes, plus épiques les unes que les autres, elle comporte également des discours rapportés et des conversations qui tentent de décrypter la nature humaine et de créer un univers qui parvient à mener l’amour à sa forme la plus pure. C’est ce sentiment, omniprésent dans le roman, qui anime les récits, les êtres et les discussions. La théorie précieuse selon laquelle l’amour est un chemin semé d’embûches et de dilemmes est explicitée dans la célèbre « Carte de Tendre » que l’on doit elle aussi à Madeleine de Scudéry et que l’on trouve dans son roman suivant Cyrus, Clélie, histoire romaine. Si cette carte n’a paru que quelques années après le texte dont nous proposons ici de présenter quelques extraits, il n’en reste pas moins que les villes et cours d’eau de cette carte sont explicitement introduits dans Artamène. Elle est l’illustration allégorique de l’itinéraire semé d’embûches que doit parcourir l’amant galant pour atteindre l’idéal fixé par sa maîtresse. Cette volonté de cartographier les attitudes et les sentiments des soupirants résulte d’une volonté de rationalisation et de maîtrise des passions qui traverse le XVIIe siècle. Notre réflexion nous mènera à nous intéresser à l’importance donnée par les scientifiques de l’époque aux cartes, qui influencera grandement les représentations de la société mondaine par ses membres. Nous nous intéresserons ensuite à la portée morale et littéraire des cartes allégoriques au travers de l’exemple de la Carte de Tendre.

Le XVIIe est marqué par les découvertes du siècle précédent. Les Européens admirent les frontières encore floues des terres vierges découvertes par-delà l’Océan et ayant entraîné le renouveau intellectuel que nous connaissons sous le nom de Renaissance. Scientifiques et ingénieurs se passionnent pour la cartographie, à l’image du roi qui aime à admirer les traces de ses nouvelles frontières mais aussi à répertorier ce qu’il possède déjà. Les ingénieurs responsables de répertorier les territoires et places fortes du Royaume de France font partie du corps des armées françaises royales et leur intérêt militaire n’est nullement remis en question : pour le pouvoir, ils sont indispensables.

Formant un corps militaire peu nombreux, les ingénieurs embrassent un grand nombre d’activités au service de la vaste entreprise de conquêtes militaires de Louis XIV : ils participent aux sièges, réalisent et supervisent les travaux de fortifications dans les places fortes du royaume et cartographient le territoire. S’ils doivent être polyvalents, tous ne possèdent pas les mêmes talents. Les ingénieurs de la tranchée n’ont pas les compétences de ceux qui ont appris pendant plusieurs années l’art de la construction militaire – Vauban précisant en 1693 à Le Peletier de Souzy : « Un bon bâtisseur ne se fait qu’en quinze ans d’application » –, ni de ceux qui sont capables de cartographier. Il est demandé à tous les ingénieurs de savoir dessiner et lire une carte, mais les réalisations cartographiques mettent en jeu des compétences différentes. Toutefois, la normalisation de leurs règles est en œuvre3 .

La cartographie est donc l’une des disciplines s’inscrivant dans les enjeux du Grand Siècle. Les ministres du roi vont jusqu’à solliciter l’Académie des Sciences pour créer un Atlas regroupant tous les territoires du Royaume de France. Michèle Virol rappelle dans son livre que : « [r]éaliser une carte générale du royaume est […] la mission que Colbert a confiée à l’Académie des sciences4 ». Avec l’institutionnalisation du travail du corps des ingénieurs du roi, tout le territoire est cartographié des côtes aux frontières intérieures en passant par les places fortes ou les moindres cours d’eau. Cet intérêt renouvelé pour la représentation du territoire se retrouve aussi dans d’autres domaines plus ou moins éloignés de l’aspect purement militaire ou politique que nous venons d’aborder.
La société mondaine et intellectuelle se fait l’écho de cette discipline et le XVIIe siècle voit dans ses bien connus salons l’apparition de cartes mondaines parfois complètement utopiques ou au contraire résolument satiriques. La galanterie promue comme règle et art de vivre au siècle classique abolit étiquette et autres lois sociales qui régissaient jusque-là les attitudes à avoir en société. Il « se constitue ainsi un microcosme social qui a la paradoxale particularité d’être à la fois aristocratique et égalitaire5 ». L’abolition de tout repère rend nécessaire la création de nouvelles règles et de nouveaux jalons pour permettre de bien se conduire et se repérer dans une société dont on doute parfois de la réalité :

La vie mondaine abolit les préséances et l’étiquette ; le roi lui-même, lorsqu’il joue à être mondain, renonce à toute supériorité sur ses sujets. […] Le jeu mondain exige de ses participants l’oubli momentané de toute contrainte extérieure […] ; à la faveur d’un déguisement romanesque, toute réalité se trouve momentanément abolie au profit de divertissements qui actualisent des aspirations impossibles à satisfaire dans des conditions normales d’existence6 .

L’aspect chimérique et utopique de cette nouvelle manière d’être au monde n’en interdit cependant pas les représentations, elle les encourage même. Les fêtes de la cour de Versailles, comme celle de l’Île enchantée en 1664, peuvent être vues comme la matérialisation de ce qui, jusqu’à présent, n’avait atteint que le stade du rêve. Pour guider les courtisans dans les dédales de la cour royale et pour donner une nouvelle réalité à la société galante, les auteurs et les mondains n’ont de cesse de les représenter au travers de cartes ayant rôle de guides. Se promener dans la société mondaine s’assimile à une véritable aventure entraînant ces voyageurs dans des contrées plus ou moins rigoureuses :

Pour la seule année 1654, on ne compte pas moins de cinq itinéraires différents. Presque simultanément, commencent à circuler dans le public mondain la Relation du Royaume de Coquetterie… de l’abbé d’Aubignac, la Carte du Royaume des Précieuses attribuée au marquis de Maulévrier, la Carte du Royaume d’Amour attribuée à Tristan l’Hermite et la Carte géographique de la Cour de Bussy-Rabutin, plus connue sous le titre de Carte du Pays de la Braquerie7 .

L’intérêt pour la cartographie ne se borne pas seulement aux intrigues de cour. La plus connue de ces cartes nous vient d’ailleurs de la Littérature.
Ce curieux engouement pour les cartes prend une teinte légèrement plus morale et artistique dans certains romans. Plus que des témoignages historiques, elles s’inscrivent dans une exploration morale des passions8 et de la nature humaine. Madeleine de Scudéry s’attache en particulier à cartographier les amours galantes :

Beaucoup de voyageurs ont parlé de pays qu’ils n’avaient jamais vus : les voyageurs galants se bornent, quant à eux, à traiter d’une difficulté qu’ils connaissent bien : comment mener une intrigue amoureuse ou, pour parler le langage du temps, comment faire l’amour’. Mais il est de l’esprit même de la galanterie de mêler toujours le sérieux et le plaisant et de n’aborder aucun sujet si grave soit-il, autrement que sous le couvert d’une « fiction agréable ». Il suffit de faire abstraction de ces « agréments » apercevoir le sens caché de cette géographie amoureuse. On a vite fait de se familiariser avec son jargon ; lorsqu’ils s’amusent à traduire en métaphores les circonstances de la conquête amoureuse, ces cartographes de salon font preuve d’une assez naïve ingéniosité9 .

Dans Clélie, où paraît pour la première fois la Carte de Tendre, Madeleine de Scudéry fait plus que représenter de simples étapes d’une banale histoire d’amour entre courtisans. Avec l’invention de cette carte, elle met au jour une nouvelle façon d’aimer, et instaure ainsi ce que l’on peut qualifier d’Empire amoureux. C’est à travers ce « microcosme allégorique10 » que s’esquisse aussi une cartographie minutieuse des nuances infinies de l’amour galant :

Pour signifier la différence entre la facilité des amours d’inclination et la lenteur des progrès qu’autorisent l’estime ou la reconnaissance, Mlle de Scudéry suggérait qu’il y avait, pour gagner les villes du pays de Tendre, le choix entre la voie fluviale à l’époque rapide et confortable, et la route terrestre plus rude et plus incertaine. […] La connaissance de l’amour semble donc pour un temps ramenée à un simple problème de topographie. Cette émulation géographique est à l’origine d’une mise à jour générale de la planisphère amoureuse, chacun s’efforçant de « situer » ses propres convictions par rapport à celles d’autrui11

Cette allégorisation de l’amour est publiée explicitement pour la première fois dans la Clélie, mais elle trouve ses racines dans le roman précédent.
La narration du Grand Cyrus met en scène un amant se promenant entre les étapes terrestres menant de la ville de « Nouvelle-Amitié » à celle de « Tendre-sur-Inclination » en passant par les plus petites mais obligatoires « Grand-Esprit », « Empressement » ou « Obeissance ». On retrouve en effet régulièrement ces villes, cours d’eau et mers de Tendre au détour d’une conversation prenant la forme d’une question d’amour : « Or est il que hors d’aimer de la maniere que je l’entens, c’est s’exposer à passer bientost de l’amour à l’indifference, et de l’indifference à la haine et au mespris12 ». Le personnage de Sapho discute ici des dangers guettant les amants ayant pris la route menant au « Lac d’Indifference » ou à la funeste « Mer d’Inimitie ». D’autres lieux de cette carte parsèment les discours des princes et princesses, et quelques-unes de ces étapes peuvent mener les amants à l’amour véritable et réciproque. Voyager à travers Tendre pour trouver l’amour galant, c’est passer par différents sentiments, mais aussi par différentes expressions langagières pour dompter les passions. Les Précieuses veulent ordonner ce qui ne peut l’être par nature : classer et conceptualiser l’amour, c’est l’apprivoiser et offrir aux amants la possibilité de choisir plutôt que de subir. Les amants traversent ces contrées risquées pour atteindre l’estime de leur maîtresse, ou complètement se perdre et changer de direction en cours de route. Le discours qui donnera ensuite lieu à la naissance de la Carte de Tendre fait de l’amour un concept idéalisé, pur, puisque débarrassé de toute dimension charnelle. Le discours tenu est celui du choix qui se propose aux amants ; l’amie de Sapho lui pose d’ailleurs cette question : « Mais encore, reprit Cydnon, dittes moy un peu plus precisément comment vous entendez qu’on vous aime, et comment vous entendez aimer ?13 ». Le dilemme qui s’offre aux amants est alors celui de la forme d’amour qu’ils souhaitent choisir. Sapho a fait son choix :

J’entens, dit elle, qu’on m’aime ardemment ; qu’on n’aime que moy ; et qu’on m’aime aveque respect. Je veux mesme que cette amour soit une amour tendre, et sensible, qui se face de grands plaisirs de fort petites choses ; qui ait la solidité de l’amitié ; et qui soit fondée sur l’estime et sur l’inclination. Je veux de plus, que cét Amant soit fidelle et sincere : je veux encore qu’il n’ait ny Confident, ny Confidente de sa passion : et qu’il renferme si bien dans son coeur, tous les sentimens de son amour, que je puisse me vanter d’estre seule à les sçavoir14 .

Sapho a déjà décidé, Phaon ne pourra que se plier aux exigences sublimes de sa maîtresse : le choix chez les autrices galantes est toujours exclusivement féminin.

La cartographie cristallise dans la rigueur de ses représentations les enjeux scientifiques, intellectuels, sociologiques et culturels du Grand Siècle. Cette discipline renvoie aussi à une expression de la rationalisation qui s’opère ainsi qu’une illustration de la peur des passions primitives que les femmes et hommes de l’époque cherchent à purger. La Carte de Tendre constitue un exemple très illustre du règne de la raison et de la domination de soi. Le voyage proposé par les Scudéry est exempt de toute dimension charnelle et n’aspire qu’à la promotion d’une galanterie poussée à son extrémité où les amants soumis au bon vouloir de leur maîtresse n’auraient le choix qu’entre un amour pur et idéalisé ou une absence totale de tout sentiment, même amical : « La carte de Tendre rejette l’absolu de l’amour parmi les chimères inaccessibles et Sapho invite ses admirateurs à se contenter de la modeste randonnée qui les mènera de Nouvelle-Amitié à Tendre15 ».

Par Elina Galin

  1. SCUDÉRY (de), Georges et Madeleine, « Histoire de Sapho », In Artamène ou le Grand Cyrus, 1649-1653, [En ligne, consulté le 25 mars 2021]. URL : https://www.artamene.org/index.php. []
  2. Le roman-fleuve est une forme de publication caractéristique de la littérature baroque. Il s’agit d’un roman en plusieurs tomes (souvent une dizaine) dans lequel se multiplient rebondissements et personnages. []
  3. VIROL, Michèle, « Du terrain à la carte : les ingénieurs du roi Louis XIV entre exigences et réalisations », in Les Usages des cartes (XVIIe-XIXe siècle) : Pour une approche pragmatique des productions cartographiques, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2008, par. 5 [En ligne, consulté le 25 mars 2021]. URL : http://books.openedition.org/pus/13324. []
  4. Ibid. []
  5. PELOUS, Jean-Michel, Amour précieux, amour galant (1654-1675), Essai sur la représentation de l’amour dans la littérature et la société mondaines, Paris, Librairie Klincksieck, 1980, p. 10. []
  6. Ibid. []
  7. Ibid., p. 14. []
  8. Passion est ici à comprendre dans son acception du XVIIe siècle, qui découle directement du latin passio traduit par souffrance ou douleur. La passion est ce qui est cause de tourments : l’amour figure comme l’un de ses principaux agents. []
  9. PELOUS, Jean-Michel, op. cit., p. 14,15. []
  10. Ibid., p. 15. []
  11. Ibid. C’est nous qui soulignons. []
  12. SCUDÉRY (de), Madeleine et Georges, op. cit. C’est nous qui soulignons. []
  13. Ibid. []
  14. Ibid. []
  15. PELOUS, Jean-Michel, op. cit., p. 17. []