Un discours analogique pour une appropriation de l’environnement immédiat : le cas de l’argot dans Fief (2017) de David Lopez

Un discours analogique pour une appropriation de l’environnement immédiat : le cas de l’argot dans Fief (2017) de David Lopez

Le roman de David Lopez, Fief , montre, dans une langue argotique et populaire, « ce qu’on fait quand on ne fait rien1 ». En effet, dans son œuvre, l’auteur narre l’histoire de Jonas et de son groupe d’amis qui vivent entre la ville et la campagne, dans une zone périurbaine, et qui ne parviennent à s’identifier à aucun des mondes qui les entourent. Ils vivent ainsi dans un univers qui se veut dans un entre-deux et un interstice qui bloquent une transgression totale des lieux et des classes sociales. Pour l’auteur, l’idée est de montrer, sans porter de jugement, ce à quoi ressemble la vie pour ces jeunes qui ne possèdent pas de lieu identitaire ni même d’identité propre ; ces manques, liés à une impossibilité d’identification spatiale et sociale, nous interrogent ainsi sur des questions de déterminisme social et géographique, tout en apportant une vision nouvelle sur cette jeunesse perdue des zones périphériques. Dans le cas de Fief , l’usage de l’argot – omniprésent dans le récit, portant, pour ainsi dire, la narration – permet une appropriation de l’environnement immédiat par les protagonistes. Cette langue, majoritairement métaphorique par l’importance de ses dimensions descriptives et cognitives, se révèle être un véritable biais poétique de l’investissement de l’espace.
À la lecture du roman de David Lopez, nous pouvons constater une forte conceptualisation du monde périphérique dans lequel les protagonistes évoluent et ce, notamment, avec l’investissement d’une langue argotique, propre au lieu périurbain dans lequel Jonas, personnage principal de l’œuvre, ainsi que sa bande de copains vivent. En effet, dans son œuvre, l’auteur investit les usages de la ville périphérique dans laquelle se déroule la majeure partie des actions, incluant la consommation de drogue, d’alcool, l’importance de la boxe dans la vie des différents protagonistes, etc., mais il investit aussi leur langage. Issu de procédés lexicaux tels que les emprunts (« je l’ai trop chargé le spliff ») ou encore, les apocopes (« sa teil de pinard »), l’argot se construit principalement à partir de métaphores : « vous êtes des sagouins », « T’as d’la chatte il dit », « Je tire une grosse latte pour fêter ça ». Il s’agit de construire une langue et d’utiliser un système de codage dont le verlan2 fait partie : « repasse le oinj3 », pour s’approprier une langue et la faire ressembler à son mode de vie. Dès le début du roman, l’argot prend une place importante dans le récit de David Lopez et en devient le langage principal de l’action par souci, notamment, de réalisme. L’auteur dit lui-même : « l’oralité dans mon texte c’est avant tout un souci de réalisme. Si je fais dire à Untel “je ne sais guère où il se trouve” on n’y croit jamais. Il dira plutôt “wesh il est où ce bâtard”4 ».

Si, de prime abord, l’usage de l’argot peut sembler anodin car il se mêle de façon homogène au sujet de l’œuvre, il est en réalité central et significatif car il permet de mettre en avant une culture inculquée par un lieu de vie périphérique. L’argot participe, par l’utilisation d’une langue propre à plusieurs individus d’un même secteur géographique, à l’établissement d’une frontière spatiale et sociale. Intégrer ce langage périurbain dans la littérature, c’est rendre son crédit à l’expérience des personnages du récit. On parle de la périphérie avec les mots employés par ceux qui y vivent, donnant ainsi au texte une forme de témoignage. De plus, l’usage même de cette langue périphérique participe au discours analogique de l’auteur. Comme l’explique Éric Bordas : « l’argot c’est d’abord un lexique (et une prononciation), et un lexique majoritairement métaphorique (et métonymique), de référence fondamentalement inscrite dans le concret5 ». La langue participe ainsi à la volonté de l’auteur d’utiliser les images pour dire ce qu’est la vie périurbaine, et ce qu’elle nécessite, sans transmettre le caractère de domestication qu’impliquerait son utilisation en littérature. En effet, Bordas développe l’idée que « l’intégration de l’argot en littérature [représente] autant d’étapes qui travaillent à domestiquer la sauvagerie d’une énonciation problématique, périphérique et menaçante6 ». Dans le cas de l’œuvre de David Lopez, il ne s’agit pas de domestiquer une langue périurbaine : l’argot permet de révéler une partie de la réalité de ce qu’est la vie dans une ville périphérique, qui n’appartient ni totalement à la ville, ni totalement à la campagne, mais dont l’identité se révèle par son langage qui s’approprie et développe, par le biais de procédés lexicologiques, la langue normée afin de la faire ressembler au mieux à sa conception et à sa conceptualisation du monde.

Le recours aux analogies met en exergue une composition poétique du monde qui sert une appropriation de ce dernier, une connexion. À l’origine, l’usage du discours analogique, et des tropes, permettait de définir des formes abstraites. Ainsi,

Vico écrit en 1725 : les tropes, « dont on croyait jusque-là qu’ils étaient des inventions ingénieuses des écrivains, ont été des modes nécessaires d’expression de toutes les premières nations poétiques ». Il ajoute : « Par la suite, au fur et à mesure que se développait l’esprit humain, on inventa des mots qui signifient les formes abstraites, que ce soient les genres comprenant leurs espèces ou ceux qui rapportent les parties à leur tout, et ces façons de parler des premières nations devinrent des métaphores 7 ».

Dans le cadre de l’œuvre, si le discours analogique cherche à définir le réel aux yeux des lecteurs, il permet également de le définir auprès des protagonistes. L’usage des analogies sert un enjeu d’appropriation par le transport analogique et ce, en rapportant des images à d’autres, connues et communes. Vivant dans des confins, des lieux périphériques, qui n’ont pas d’identité propre car ils sont des lieux de l’entre-deux, les protagonistes, par le discours analogique, vont s’approprier leur monde et leur environnement, dont certains éléments appartiennent uniquement à leur lieu de vie. Ils vont chercher à s’approprier, comme le définit Vico, les « formes abstraites » de leur quotidien.
L’appropriation par les figures d’analogie de l’environnement immédiat, dans le cas de Fief, est centrale comme nous pouvons le constater avec ces quelques exemples : « la jungle fait le tour de la maison », « Heureusement j’en ai trouvé qui me ressemblent. On se soutient dans cet exil », « Mes potes habitent la jungle, la jungle c’est hostile », « de l’autre côté de celui où on est arrivés, il y a comme un cimetière d’arbres »8 ; nous pouvons remarquer, à la lecture de ces exemples, que les analogies sont faites avec des images empreintes d’hostilité transmises dans les termes « exil », « hostile », « cimetière », mais aussi « jungle », qui rappelle l’établissement d’un espace compris comme un lieu où le combat pour la survie est constant, permanent, à l’instar d’un lieu sauvage, où règnent loi du plus fort et loi de la jungle. Néanmoins, dans l’analyse du discours analogique du roman de David Lopez, nous pouvons constater une forme d’appropriation d’un état de vie lié au lieu, un état de vie contraint à la stagnation, ce que l’on peut observer avec ces deux métaphores verbales : « [a]lors que nous ce sont des bleus, des poumons encrassés et quelques neurones qu’on sème sur un chemin qui ne fait rien d’autre que tracer une boucle », et « L’art de faire du surplace et de s’en amuser »9 Notons d’ailleurs que cette dernière métaphore pourrait résumer l’ensemble de l’œuvre de David Lopez, ou du moins, symboliser la conception du monde de Jonas, qui, malgré sa volonté de vaincre la vie en gagnant son combat face à Kerbachi, finit par se retrouver au même stade qu’au début du roman, entouré des mêmes personnes, à s’amuser, à s’occuper en faisant toujours les mêmes choses.
L’état de stagnation est un élément central dans l’écriture de Fief. Elle devient donc essentielle dans l’établissement de l’environnement direct qui dirige la vie des protagonistes de l’œuvre. Le discours analogique permet à ces derniers, et principalement à Jonas, de rendre compte de leur environnement immédiat, de conceptualiser ses caractéristiques particulières, méconnues voire inconnues, et ainsi, en cherchant à le nommer, à l’expliquer, par le biais des analogies, ils l’imagent aux yeux des lecteurs. Le discours analogique prend en charge la conceptualisation d’éléments d’un réel abstrait. Il permet aussi de rendre concrète une existence et met en avant une certaine quête identitaire, l’identité s’établissant par rapport à un lieu de vie périphérique mal défini. Enfin, comme le remarque Bordas, « il existe depuis toujours tout un discours de valorisation de la métaphore (et de la poésie), qui lui accorde la possibilité de dire par le discours ce que la langue échoue à prendre en charge10 ». Les analogies, en définissant l’environnement des protagonistes, vont donc participer à l’élaboration d’une langue nouvelle. Le discours analogique, par le biais notamment de l’argot, va permettre de dire « ce que la langue échoue à prendre en charge », permettant ainsi aux personnages de Fief d’investir et de s’investir dans leur espace.

Par Elisa Deloof

  1. FERNIOT, Christine, « Les début d’un écrivain : “Avant même de savoir lire, j’écrivais…”, David Lopez, l’auteur de Fief», Télérama, publié le 29/09/2017. [En ligne]. URL : https://www.telerama.fr/livre/avant-meme-de-savoir-lire,-jecrivais…,-david-lopez,-auteur-de-fief,n5235526.ph (consulté le 14/01/20). []
  2. Verlan : subst. masc., procédé de codage lexical par inversion de syllabes, insertion de syllabes postiches, suffixation, infixation systématique; type particulier d’argot qui en résulte (d’apr. MOTS mars 1984). Définition donnée par le crntl, disponible à l’adresse : https://www.cnrtl.fr/definition/verlan (consultée le 21/04/21). []
  3. LOPEZ, David, Fief, Paris, Seuil, « Point », 2017, p. 11, 63, 10, 11, 11, 12. []
  4. Citation de David LOPEZ, en réponse à notre questionnaire, élaboré dans le cadre de notre deuxième année de master LCI. Cet échange a été réalisé avec l’aide de Julien RAULT, enseignant-chercheur à l’Université de Poitiers. []
  5. BORDAS, Éric, Les chemins de la métaphore, Paris, PUF, 2003, p. 78. []
  6. Ibid., p. 80. []
  7. Ibid., p. 72-73. []
  8. LOPEZ, David, op. cit., p. 40, 118, 121, 179. []
  9. Ibid, p. 51, 134 . []
  10. BORDAS, Éric, op. cit., p. 92. []