Parler pour exister : l’investissement de l’espace social par la parole et le chant dans On connaît la chanson (1997) d’Alain Resnais

Parler pour exister : l’investissement de l’espace social par la parole et le chant dans On connaît la chanson (1997) d’Alain Resnais

On connaît la chanson est certainement l’un des films d’Alain Resnais qui connut le plus de succès auprès du public. Sa popularité repose sur l’une de ses caractéristiques fondamentales : le film possède en effet la particularité d’intégrer au sein même des dialogues, des extraits de chansons de variété française, le plus souvent connues des spectateurs (ce qui explique par ailleurs le titre de l’œuvre). Toutefois, ces airs ne sont pas chantés par les personnages du film, mais mimés en play-back. Film choral dans lequel les intrigues des différents protagonistes ne vont cesser de s’entrecroiser avant de se réunir dans la scène finale, On connaît la chanson nous présente six personnages qui semblent obsédés par l’idée de maintenir les apparences en société dans le but de pouvoir exister aux yeux des autres. Cette revendication de l’existence dans l’espace social est parfaitement reflétée par le discours du personnage d’Odile qui, face à sa sœur faisant une dépression, lui déclarera, sur l’air de la chanson de France Gall : « Résiste ! Prouve que tu existes !1 ». Mais comment se faire entendre, exister, dans un monde en perpétuel changement, comme le laissent supposer les nombreuses visites d’appartements qui rythment le film ? Les personnages d’On connaît la chanson vont alors se saisir de la parole mais aussi du chant, comme preuves d’existence au sein de l’espace social.

La parole intervient ici pour permettre aux différents protagonistes d’exister par le regard d’autrui. Car si les personnages d’On connaît la chanson la monopolisent tour à tour, c’est bien pour se présenter sous un jour favorable : l’ensemble de leurs interactions sociales servirait donc les apparences, thématique centrale du film. Cet usage du discours renverrait alors à ce que Franck Tourret nomme « théâtralité socio-humaine2 », soit cette notion de mise en scène de soi-même, que l’on manifesterait dans notre vie quotidienne pour se présenter au regard d’autrui. Cet aspect est analysé par le sociologue Erving Goffman : « les relations sociales ordinaires sont elles-mêmes combinées à la façon d’un spectacle théâtral par l’échange d’actions, de réactions et de répliques théâtralement accentuées3 ». On retrouve alors cette idée de représentation de soi dans l’espace social : les personnages se mettent en scène pour performer le rôle qu’ils pensent que l’on attend d’eux. Ainsi, comme l’a déclaré Jean-Pierre Bacri, scénariste aux côtés d’Agnès Jaoui :

L’idée de base d’On connaît la chanson, c’était que, dans la vie, chacun joue un personnage, celui qu’il présuppose qu’on attend de lui. Chacun agit en fonction du regard d’autrui, […] chacun modifie son comportement en fonction de qui il a en face de lui pour pouvoir chaque fois maintenir une cohérence et rentrer dans son costume habituel. Et cette représentation qu’il donne de lui-même l’éloigne de sa propre vérité. Ce que nous voulions montrer, c’est à quel point on peut vivre toute une vie qui n’est pas la sienne4.

C’est pourquoi, par exemple, le personnage d’Odile, souhaitant manger du fromage au restaurant, mais ne voulant pas l’admettre en public, déclare à l’intention du serveur : « Mais je ne veux rien, je ne veux rien, je ne prends pas de fromage moi5 », réplique pourtant contredite par les regards appuyés qu’elle lance à son mari : celui-ci doit aller au-delà de ce qui est dit pour tenter de comprendre les véritables intentions de sa femme. La parole semble alors permettre aux personnages d’occuper l’espace social par ce rôle qu’ils se sont créé.

Toutefois, on peut noter une évolution de l’appropriation de cet espace social à travers le film. Si la plupart des personnages mentent sur leur situation (Nicolas cache les difficultés de sa vie de famille, Simon ne veut pas révéler qu’il travaille en tant qu’agent immobilier, Camille nie sa dépression, etc.), le récit progresse vers une déconstruction de ces apparences. Ainsi, lors de la scène finale, la parole permet aux personnages de se reconnaître dans l’autre, de voir dans autrui non plus un étranger, mais un alter ego. C’est par exemple le cas de Nicolas, pour qui les symptômes décrits par Camille traversant une dépression, vont être salvateurs. Il n’est plus le seul à se sentir ainsi, ce qu’il soulignera alors verbalement : « C’est incroyable Camille, tout ce que tu as dit, tout ce que tu m’as décrit, c’est exactement ce que je ressens 6 ».

Mais plus que la parole, c’est surtout le chant qui permet dans le film de tisser un lien social entre tous ces personnages. En révélant leurs pensées par son intermédiaire, les personnages peuvent ainsi créer des relations plus significatives avec les autres. Les quelques duos qui sont interprétés dans le film renforcent alors cette idée de connexion entre les protagonistes. Ainsi, le personnage de Nicolas, pourtant marqué par son éloignement avec sa famille et ses inquiétudes concernant sa santé, trouvera finalement en la compagnie de Simon, son agent immobilier, un ami. Les visites d’appartements ne seront plus qu’un prétexte pour tenter de nouer des liens avec lui, comme le laisse supposer la scène où, réalisant qu’il a visité plus d’une trentaine d’appartements, Nicolas chante en duo avec Simon « Avoir un bon copain » d’Henri Garat. Cette chanson avait, par ailleurs, déjà été interprétée par Simon, à l’intention de Nicolas, auquel il venait de confier son chagrin d’amour. Cette fois-ci pourtant, les personnages interprètent le même air : le chant révèle la proximité qui existe désormais entre ces deux protagonistes. L’utilisation répétée de cette chanson souligne le fait que, malgré ce rôle qu’ils construisent, les personnages de ce film ont besoin de ce lien social, besoin qu’ils expriment par le chant.

Fig.17
On connaît la chanson nous présente des êtres inquiets, voulant à tout prix exister par le regard des autres. Comme l’a précisé Alain Resnais, ces protagonistes sont comme des « bernard-l’hermite8 », et, comme ces crustacés, ils cherchent à trouver leur place dans un espace qui ne cesse de changer. C’est donc par la parole mais surtout par le chant que les personnages vont investir cet espace social, revendiquant ainsi leur existence.

Par Garance N’Guyen

  1. RESNAIS, Alain, On connaît la chanson, Arena Films, 1997, [01:16:00 à 01:16:04]. []
  2. TOURRET, Franck, Alain Resnais, Le pari de la forme, Paris, L’Harmattan, « Champs visuels », 2019, p. 211. []
  3. GOFFMAN, Erving, La Mise en scène de la vie quotidienne 1. La présentation de soi, Paris, Minuit, « Le sens commun », 1973, p. 73, cité par TOURRET, Franck, in Alain Resnais, Le pari de la forme, op. cit., p. 214. []
  4. BACRI, Jean-Pierre, in THOMAS, François, Alain Resnais les coulisses de la création, Malakoff, Armand Colin, 2016, p. 64-65. []
  5. RESNAIS, Alain, On connaît la chanson, op. cit., [01:03:47 à 01:03:49]. []
  6. Ibid., [01:36:26 à 01:36:30]. []
  7. Ibid., [01:31:16]. []
  8. RESNAIS, Alain, in THOMAS, François, « D’un coquillage à l’autre, entretien avec Alain Resnais », [propos recueillis en octobre 1997], in GOUDET, Stéphane, Alain Resnais. Positif, revue de cinéma, Paris, Gallimard, Collection « Folio », 2002, p. 478. []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search