Monopoliser la parole pour mieux embrigader, créer un espace de confort à travers le discours extrémiste dans Les Chevaux de Dieu (2012) de Nabil Ayouch

Monopoliser la parole pour mieux embrigader, créer un espace de confort à travers le discours extrémiste dans Les Chevaux de Dieu (2012) de Nabil Ayouch

Une bande de jeunes vit dans un bidonville à la lisière de Casablanca, un milieu dépourvu d’humanité. Tarek, surnommé Yachine, est le petit frère de Hamid. Tous deux essayent tant bien que mal de mener une vie normale au sein d’une famille dépressive. Ces frères trouvent toujours des moyens pour subvenir aux besoins quotidiens. Un jour, Hamid se livre à des trafics et se trouve emprisonné. Plus tard, en sortant de prison, il revient chez son frère, et il parvient à le convaincre lui et ses amis Nabil et Fouad de rejoindre un groupe d’extrémistes et de suivre le chemin des martyrs. Nabil Ayouch s’est inspiré de l’œuvre de Mahi Binebine Les Étoiles de Sidi Moumen1 et des faits réels d’un attentat meurtrier qui a ensanglanté la ville de Casablanca en 2003.

L’espace, dans ce film, est un élément majeur de l’endoctrinement, comme le montre la séquence2 de la maison du bidonville de Casablanca, où les jeunes se sont rendus après avoir commis un crime. Les anciens enfants de Sidi Moumen, en posture de faiblesse, s’y réfugient après avoir entendu le discours prononcé par Abou-Zoubeir, figure responsable de l’endoctrinement. Ils s’installent alors dans cette maison.

Figure 13

Lors de cette séquence, le réalisateur centre la mise en scène sur les paroles d’Abou-Zoubeir. D’ailleurs, nous aurons peu d’informations sur ce personnage. Chaque mot de son monologue est bien choisi pour cibler exactement les sentiments des prochains terroristes. On constate clairement que le discours est prononcé seulement par le personnage d’Abou-Zoubeir, lui qui a profité de la marginalisation d’un bidonville pour créer des bourreaux. De plus, avec l’aide de Morad, le frère de Tarik, il s’est idéalement informé sur ses nouvelles recrues, pour que son discours soit efficace et fonctionne de manière implicite. Il crée une atmosphère conviviale dans l’espace qui les réunit. Profitant de leur analphabétisme, de leurs échecs et de leur désintégration, Abou-Zoubeir les considère comme des enfants dans des corps d’adultes facilement manipulables. Il monopolise donc la parole afin de mieux les embrigader. Il vise particulièrement la fragilité de Tarik : ce dernier est le responsable du crime et risque de perdre Ghislaine, sa bien-aimée, destinée à un autre homme. Cette double peine facilite le travail engagé par Abou-Zoubeir.

Le discours prend, en effet, le dessus sur tout ce qui peut contribuer à l’éveil des jeunes. Son énonciateur est là pour s’assurer que cet espace, grâce à ses mots, devienne le seul endroit fréquenté par Tarik et ses amis. Mais comme nous l’avons déjà mentionné, il travaille dans l’ombre et vise l’embrigadement par la persuasion. Il transmet son discours, puis s’en va, laissant les jeunes sous la tutelle de Noceir et Zaid, qui appliquent ses instructions à la lettre. Les prochains terroristes sont convaincus que, finalement, quelqu’un a su se mettre à leur place et comprendre ce qu’ils ont vécu. Leur fidélité et leur loyauté renvoient à la notion du care4 , que nous allons développer dans la deuxième partie. Le discours fonctionne comme un garant de l’éthique du care, car ce dernier est l’élément manquant à la société où vivent les jeunes gens. Ainsi, cet espace, réinventé par le langage, représente immédiatement à leurs yeux un endroit de confort et d’apaisement moral avant d’être un lieu de culte clandestin ou une école du terrorisme.
En effet, dans la séquence mentionnée ci-dessus, on assiste à une forme illusoire de l’éthique du care incarnée par la langue et par l’espace dont la représentation change pour les jeunes après la réception d’un discours chargé d’affection et de promesses. Fabienne Brugère, philosophe française spécialiste de l’éthique du care, dévoile dans son œuvre L’Éthique du care5 ses points de vue, en essayant d’appliquer ce modèle anglo-saxon en France. Elle sollicite la mise en exergue du care par la société.
La notion de care est une notion anglo-saxonne, évoquée pour la première fois par Carol Gilligan, philosophe et psychologue américaine, spécialiste des relations sociales et de l’éthique de la sollicitude, aux États-Unis en 1982. Cette notion incite à penser une réconciliation entre l’individu et la société, c’est-à-dire entre tous les individus. Il s’agit d’une réparation du monde dans lequel nous vivons.

Gilligan définit la notion du care comme la « capacité à prendre soin d’autrui6 » et un « souci prioritaire des rapports avec autrui7 ». Nous pouvons dire que l’éthique du care ira de pair avec l’intention de celui qui la porte : elle peut donc être à la fois féministe, politique et critique. C’est la raison pour laquelle l’autrice incite à utiliser cette notion dans sa pluralité.

Dans cette séquence, nous pouvons constater que l’éthique du care a été assurée par un manipulateur du langage, qui, à travers son discours millimétré, son ton et son rythme hypnotisants, a changé la représentation de cet endroit affligeant en un espace pré-paradisiaque. Sans même se déplacer, les jeunes gens se voyaient déjà dans un paradis luxueux comme le leur promettait Abou-Zoubeir. Par conséquent, ils ont perdu la notion de l’espace, car le discours en a annulé la sensation.

Au terme de cette communication, nous avons mis en lumière l’appropriation d’un espace à travers le discours. Nous avons analysé, au prisme de l’éthique du care, comment le discours influence la réception d’un espace chez un individu : à travers les mots, un endroit peut avoir des représentations différentes et trompeuses véhiculées par le discours prononcé.

Par Amine Ben Menenn

  1. MAHI, Binebine, Les Étoiles de Sidi Moumen, Flammarion, 2010. []
  2. AYOUCH, Nabil, Les Chevaux de Dieu, Maroc, 2012, [00:56:00 à 01:04:18]. []
  3. Ibid., [01:25:48]. []
  4. BRUGÈRE, Fabienne, L’Éthique du care, Que sais-je ?, 2017. []
  5. Ibid. []
  6. GILLIGAN, Carol, in ZIELINSKI, Agata, L’Éthique du care. Une nouvelle façon de prendre soin, Paris, Études 2010/12, Tome 413, pp. 631-641. [En ligne]. URL : https://www.cairn.info/journal-etudes-2010-12-page-631.htm#re5no5 (consulté le 05/05/2021). []
  7. Ibid. []