Investir et réinvestir l’espace par la langue et le chant

← Retour au sommaire

Investir et réinvestir l’espace par la langue et le chant

L’espace, qu’il soit clos, ouvert, contingent ou séparé, peut impliquer une certaine appropriation de la part de ceux qui y vivent, qui y passent. Ainsi, nous nous intéresserons particulièrement aux moyens d’investir mais aussi de s’investir dans un espace : comment nommer les choses pour les faire apparaître ? comment prendre la parole pour exister, pour faire exister son environnement ? Que cet investissement soit pérenne ou non, nous verrons comment l’appropriation d’un espace peut s’exercer au travers du discours parlé ou chanté.


Parler pour exister : l’investissement de l’espace social par la parole et le chant dans On connaît la chanson (1997) d’Alain Resnais. – Garance N’Guyen

Un discours analogique pour une appropriation de l’environnement immédiat : le cas de l’argot dans Fief (2017) de David Lopez. – Elisa Deloof

Monopoliser la parole pour mieux embrigader, créer un espace de confort à travers le discours dans Les Chevaux de Dieu (2012) de Nabil Ayouch. – Amine Ben Menenn