« Women house : La maison selon elles » : critique de la condition des femmes et de l’utilisation de leur image par la sphère médiatique

← Retour au sommaire

« Women house : La maison selon elles1 » : critique de la condition des femmes et de l’utilisation de leur image par la sphère médiatique

Dans les années 1950, aux États-Unis, la publicité érige la figure devenue emblématique de la ménagère, véritable fée du logis chargée de l’administration de la maisonnée. Dans son livre, Le capitalisme patriarcal (2019), Silvia Federici démontre, dans le chapitre qu’elle intitule « L’invention de la ménagère », que ce personnage est une construction, la conséquence d’une réforme « actée par la classe capitaliste d’Angleterre et des États-Unis2 » à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, et destinée à transformer « la position sociale des femmes3 ».

 

Du point de vue de ses effets sur les femmes, cette réforme peut être décrite comme la création de la ménagère à temps plein, un processus complexe de manipulation des structures sociales qui, en quelques décennies, a sorti les femmes – et en particulier les mères – des usines, augmenté substantiellement les salaires des travailleurs hommes, suffisamment pour leur permettre d’entretenir une ménagère “inactive” et institué des formes d’éducation populaire pour inculquer aux ouvrières d’usine les compétences nécessaires au travail domestique4.

 

Dans le discours médiatique et publicitaire, cela se traduit par le stéréotype de la femme présentée comme étant sans profession et sans profondeur. Toujours souriante, elle est attachée à son foyer, soucieuse de la propreté de son intérieur et du bien-être de sa famille. La ménagère vante tantôt les derniers produits d’entretien en vogue, tantôt les nouvelles technologies domestiques révolutionnaires, et par là même, incite les consommatrices, séduites par les visages rayonnants des « femme[s]-publicité[s]5 », à s’en doter à leur tour6 . Cette figure permet, en somme, de diffuser « un idéal comportemental : celui de la femme ingénieure domestique. Il s’agit pour elle d’appliquer les principes de l’organisation scientifique du travail au foyer et de découvrir la “meilleure et unique façon” (one best way) de réaliser les tâches domestiques7 ».

 

C’est en 1963 que Betty Friedan s’attaque à la ménagère dans un texte majeur intitulé The Feminine Mystique. La journaliste s’intéresse alors à « l’indéfinissable malaise8 » qui s’empare « des femmes instruites des classes moyennes que le culte restauré de la mère au foyer limit[e] aux rôles étriqués d’épouse, de mère et de consommatrice9 ». Sous la forme d’une enquête, celle-ci part à la rencontre de femmes et récolte des témoignages pour tenter de comprendre le sentiment de prise au piège partagé par ces dernières, contraintes de rester chez elles, sombrant parfois dans la dépression. Influencée par « l’appel existentialiste à la dignité des femmes10 » lancé par Simone de Beauvoir quelques années plus tôt dans son texte Le Deuxième Sexe (1949), Betty Friedan tente, à son tour, d’éveiller la conscience des Américaines. Il semblerait que c’est aussi ce à quoi s’attache Martha Rosler dans le photomontage intitulé Woman with Vacuum, or Vacuuming Pop Art (1966) qui tourne en dérision la figure vaine et ridicule de la ménagère.

Fig. 1.11

Comme souvent chez Martha Rosler, le photomontage est, au premier abord, léger et humoristique. Il campe une femme, la fameuse ménagère vue en pied, montrée en train de passer l’aspirateur ou plutôt, comme l’indique le titre, en train « d’aspirer le Pop Art ». L’artiste la place dans un espace domestique, le couloir d’une maison avec, suspendues au mur, des œuvres d’art colorées et expressives, typiques du style des pop artists. La protagoniste est au centre de la composition et elle est source de comique : l’expression de son visage indique qu’elle est heureuse de passer l’aspirateur, conquise à l’idée d’utiliser cette technologie, en témoignent ses yeux grand ouverts, sa posture élégante et son sourire éclatant. Ce qui, en temps normal, est perçu comme une corvée, une activité loin d’être stimulante intellectuellement, est présenté ici comme divertissant, du moins la ménagère s’y adonne avec plaisir.Bien entendu, Martha Rosler est ironique et satirique dans cette œuvre : elle démontre que ces images ne sont que des constructions artificielles, une version lisse et lissée de la réalité telle qu’elle est exposée dans la publicité. Le titre, Woman with Vacuum, or Vacuuming Pop Art en dit long : la femme n’est pas nommée, elle est désignée par son genre, elle est « une femme » (« woman »), entendons une femme parmi tant d’autres, enfermée dans la prison dorée que représente la domesticité. L’aspirateur agit telle l’extension naturelle de son bras mais aussi comme un marqueur de son identité : l’instrument indique d’entrée de jeu qui elle est (sa place) dans la société.

À bien des égards, ce montage photographique n’est pas sans rappeler la performance vidéo emblématique de l’artiste réalisée en 1975 intitulée Semiotics of the Kitchen12 . Durant environ six minutes, celle-ci s’adresse à la caméra, énumère, en suivant l’ordre de l’alphabet, des outils présents dans la cuisine où elle se trouve. Martha Rosler cite les objets un à un et s’en saisit pour nous faire la démonstration de leur utilisation. Sa gestuelle est violente et agressive : elle mime des coups de couteau et des coups de fourchette dans l’air comme si elle tentait de commettre un meurtre. Cette parodie de film publicitaire, signe d’une rage intérieure, semble avoir été pensée par la créatrice comme un moyen de dénoncer l’oppression et la servitude des femmes enchaînées à l’espace domestique.

De la même manière ici, l’artiste prend en charge une critique des matériaux sexistes de la société capitaliste véhiculés par la sphère médiatique via notamment les magazines féminins et la publicité qui s’expose dans ces pages. Martha Rosler s’inscrit, de fait, dans une action militante féministe, l’objectif étant d’amener les regardeurs et regardeuses à voir au-delà de ce qui apparaît, à première vue, comme des images anodines et divertissantes pour prendre conscience de la façon dont ce système perpétue, amplifie et justifie des comportements discriminatoires, plus spécifiquement envers les femmes.

Enfin, comme le relève Lina Džuverović dans son article consacré à l’artiste pour la Tate Modern13 , il est très probable que les tableaux accrochés dans le couloir soient l’œuvre d’hommes et d’hommes uniquement – elle y reconnaît au premier plan, sur la gauche, un tableau de Tom Wesselman –, car, à travers la deuxième partie du titre « or Vacuuming Pop Art », Martha Rosler procède, semble-t-il, à un commentaire sur l’invisibilisation des femmes artistes au sein du Pop Art, un milieu que cette dernière, dans un élan de nouveauté, aspire à « dépoussiérer » (à féminiser ?).

Par Coline Suire

  1. « Women house : La maison selon elles », en référence à l’exposition qui a eu lieu à la Monnaie de Paris en 2018. []
  2. FEDERICI, Silvia, Le capitalisme patriarcal, Paris, La Fabrique éditions, p. 125. []
  3. Ibid. []
  4. Ibid. []
  5. Je reprends ici l’expression forgée par PIETRUCCI, Sophie, VIENTIANE, Chris, et VINCENT, Aude : « Le publisexisme repose essentiellement sur les images de la féminité. Il met en scène des « femme-publicité » : nous employons ce terme pour souligner qu’il s’agit bien d’une fiction, et que l’image donnée n’est pas celle des femmes réelles, ni même celle de la mannequin professionnelle photographiée », dans Contre les publicités sexistes, Montreuil, L’Échappée, 2012, p. 31. []
  6. « La femme “moderne”, optimisant l’espace et le travail domestiques, s’inscrit dans un schéma comportemental parfaitement adapté à la consommation de masse : le nouveau mobilier et les nouveaux objets sont toujours rendus obsolètes par les innovations pratiques dont nous entretient constamment l’appareil productif. Elle aussi doit s’adapter à son environnement devenir une “ménagère”, c’est-à-dire celle “qui administre avec mesure”, celle qui anticipe, contrôle, coordonne et organise. C’est ce rôle de gestionnaire que cherchent à promouvoir les acteurs de mouvement de la rationalisation domestique, particulièrement vivaces dans les années 1920 à 1950 », dans GALLUZZO, Anthony, La Fabrique du consommateur, une histoire de la société marchande, Paris, Zones, 2020, p. 194. []
  7. Ibid. []
  8. FRIEDAN, Betty, The Feminine Mystique (La Femme mystifiée), Chapitre 1 « L’indéfinissable malaise », Paris, Belfond, 2019 (1997), p. 19. []
  9. MICHEL, Andrée, Le Féminisme, Paris, Presses universitaires de France, 2010, p. 92. []
  10. « Simone de Beauvoir affirmait avec force sa conviction que ce n’était pas la nature qui limitait les rôles féminins mais un ensemble de préjugés, de coutumes et de lois archaïques dont les femmes étaient plus ou moins complices. Elle faisait appel au sentiment de dignité des femmes pour qu’elles secouent une subordination dont elles étaient en fait victimes tout en croyant y trouver – grâce au mariage – leur confort et leur intégration sociale. Cet appel existentialiste à la dignité des femmes fut entendu des femmes de toutes les classes sociales et de tous les continents (États-Unis, Japon, etc.) où [le livre] fut traduit. », Ibid., p. 94. []
  11. Martha ROSLER, Woman with Vacuum, or Vacuuming Pop Art [Femme à l’aspirateur, ou Un coup d’aspirateur dans le Pop art], 1966-1972, Photomontage couleur, Extrait de la série « Body Beautiful or Beauty Knows no pain », tiré du catalogue de l’exposition Women House, Sous la direction de Camille Morineau et Lucia Pesapane, La Monnaie de Paris et Manuella Éditions, Octobre 2017. []
  12. OSLER, Martha, Semiotics of the Kitchen, Video (black and white, sound), 6:09 min., Martha Rosler, Courtesy Electronic Arts Intermix (EAI), New York, 1975. []
  13. DŽUVEROVIĆ, Lina, “Martha Rosler” Tate Modern, Septembre 2015, URL: https://www.tate.org.uk/whats-on/tate-modern/exhibition/ey-exhibition-world-goes-pop/artist-biography/martha-rosler. []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search