Occupation de l’espace domestique par la femme noire subordonnée à la domination de la femme blanche dans le roman La Couleur des sentiments (2009) de Kathryn Stockett

← Retour au sommaire

Occupation de l’espace domestique par la femme noire subordonnée à la domination de la femme blanche dans le roman La Couleur des sentiments de Kathryn Stockett

La Couleur des sentiments, de Kathryn Stockett place son intrigue dans la ville de Jackson (Mississipi) en 1962. Ce roman présente le quotidien des femmes noires qui font le ménage, la cuisine, et qui s’occupent des enfants de femmes blanches. Il raconte l’histoire de deux bonnes noires (Aibileen et Minny), qui, à la demande d’une femme blanche, Skeeter Phelan, une amie des familles chez lesquelles elles travaillent, participent à la rédaction d’un livre sur les conditions de vie des bonnes noires aux États-Unis. Elles tentent alors de concilier travail, vie de famille et rédaction clandestine dans un pays où la place, la voix et les droits de la femme noire demeurent transparents et invisibles.   Nous savons que les femmes noires et les femmes blanches ne peuvent être considérées dans leur lutte pour le féminisme comme étant sur un pied d’égalité. Comme le dit Hazel Carby :

Aussi bien sur le plan théorique que sur le plan pratique, le féminisme blanc doit reconnaître que les femmes blanches occupent, dans la relation de pouvoir avec les femmes noires, une position d’oppresseur1.


Cet état d’oppresseur dont nous parle Hazel Carby est omniprésent dans l’œuvre de Stockett, ne serait-ce qu’au travers de la condition de subordonnée qu’occupe la femme noire face à la femme blanche : elle est contrainte au quotidien de s’occuper de sa maison et de son ménage. Elle est également chargée de l’éducation de ses enfants, bien souvent au détriment de son propre foyer et de sa propre famille. Seulement, en tant que femme noire, elle est exploitée et maltraitée, et cette place de subordonnée, de personne soumise à un tiers, ne représente aucun intérêt pour l’opinion publique. Les conditions précaires auxquelles elle est confrontée sont tues, et ce silence permet d’asseoir une supériorité et une domination sur cette femme qui ne sera jamais écoutée, et de ce fait, jamais entendue.

Aux États-Unis, dans les années 1900, les femmes noires étaient très souvent employées comme femmes de ménage. En 1910, la moitié des femmes noires travaillaient à l’extérieur de leur foyer, et un tiers d’entre elles étaient payé comme domestiques. En 1920, le second chiffre était passé à plus de 50%, et en 1930, trois femmes noires sur cinq étaient concernées2. Un tiers des femmes noires sont encore asservies de cette manière dans les années 60. Le roman de Stockett se déroule en 1962, et place de façon centrale cette question de la position de la domestique noire aux États-Unis chez les femmes blanches.

Ainsi, poussées par l’envie de changer les choses et de s’affranchir de leur condition, les bonnes noires, sur l’invitation d’une jeune bourgeoise caucasienne, vont entreprendre la rédaction de leurs histoires, ce qu’elles vivent et subissent chez les femmes blanches. Au sein de ce roman, nous percevons une peur de la part de la femme noire envers la femme blanche :

Un soir tard, un coup à la porte. Ça sera pas une dame blanche. Elle fait pas elle-même ce genre de chose. Mais pendant le cauchemar, avec les torches, ou les couteaux, ou les coups de pied et les coups de poing, vous comprenez quelque chose que vous avez su toute votre vie : la Blanche oublie jamais. Et elle continuera tant que vous serez pas morte3.

 

Cette réflexion d’Aibileen est posée ici comme une affirmation, quelque chose d’inéluctable. Elle renvoie à sa propre expérience d’employée noire au service de bourgeoises blanches : elle n’emploie aucune forme conditionnelle et sait que la haine de ses employeurs est inexorable. Cependant, à ce stade de l’histoire, personne ne sait qu’une rédaction sur ce que vivent les bonnes est en cours. Cette citation prend tout son sens lorsque le roman est publié et que les femmes blanches comprennent qu’elles sont les protagonistes des diverses confessions des bonnes. Leurs réactions sont variées et prouvent cette position d’oppresseurs qu’elles exercent sur les femmes noires en décidant ou non de les renvoyer. Elles se retrouvent dans une position de dominatrices, maîtresses du destin d’autres femmes. De ce fait, cette situation compromet toute théorie et toute pratique féministe fondée sur la notion d’une simple égalité. La publication de ce livre va, dans l’esprit des personnages féminins blancs, les pousser à percevoir les femmes noires comme des angry black women, « les femmes noires agressives » définies ainsi par The White Gaze :

Ces stéréotypes sont, à leur manière, une forme de condamnation des personnes noires qui ne se courbent pas assez facilement devant le système, qui dépassent les normes sociétales qui les encouragent à être passives, serviles, peu menaçantes et surtout, invisibles4

 

Ces témoignages ne sont pourtant que le reflet du quotidien des femmes noires au service des femmes blanches, la confession de ce qu’elles subissent chaque jour. Plusieurs codes doivent être respectés, aussi bien de la part des femmes blanches que des femmes noires au sein de l’univers domestique.

 

Les femmes noires ne peuvent pas utiliser les mêmes toilettes que les Blancs. Hilly, l’une des patronnes, veut se rendre aux cabinets chez son amie, mais elle est contrainte de se rendre dans les sanitaires de la chambre d’amis. Miss Walters, sa mère, comprend la réticence de sa fille : « Elle est contrariée parce que la négresse va dans les mêmes toilettes que vous5 ». Non seulement le terme « négresse » relève du racisme, mais de surcroît, la remarque est faite alors qu’Aibileen se trouve dans la même pièce qu’elles. Ces dames n’ont aucune considération à l’égard de la bonne noire. Aibileen réagit : « Mon Dieu, ça va pas recommencer avec ça !6 », ce qui laisse supposer que le sujet des sanitaires n’est pas nouveau et tend à l’obsession.

À cette époque, la ségrégation impose déjà une séparation des espaces réservés aux Noirs ou aux Blancs : le fond des bus, par exemple, ou les habitations (celles des Noirs sont situées aux abords des villes, tandis que celles des Blancs se trouvent au centre). Cette lisière infranchissable se retrouve également au sein de l’univers domestique. Hilly formule ce désir de frontière en ces termes : « Comment a-t-on pu construire toutes ces maisons sans toilettes pour les domestiques ? C’est carrément dangereux. Tout le monde sait que ces gens ont d’autres maladies que nous7». Cette construction de toilettes réservées aux Noirs va de pair avec l’idée d’inférioriser la femme noire, qui ne doit pas utiliser les mêmes espaces que ceux de la femme blanche dans l’univers domestique au sein duquel elles évoluent pourtant ensemble. Cet acharnement des patronnes est tel qu’il passe avant le bien-être de leurs propres enfants, comme le dit Mister Leefolt à sa fille : « Figure-toi que tu n’iras pas à la fac pour que les amies de ta maman ne soient pas obligées de se soulager dans les mêmes toilettes que la bonne !8 ». Cette préoccupation des femmes blanches traverse tout le roman avec une proposition de loi pour promouvoir les installations sanitaires réservées aux domestiques comme une mesure de prévention contre les maladies. On constate une obsession liée à l’usage des toilettes, avec cette volonté de dégradation du statut de la femme noire au sein de l’espace domestique en la plaçant non seulement à part, mais aussi en infériorité spatiale. Avec cette idée que « le Noir est porteur de maladies », le regard blanc est alors posé sur les Noirs sous le prisme d’un certain rapport de force. La construction de toilettes séparées accentue le phénomène de racisation dont sont victimes les Noirs. La proposition de loi est le début d’un processus social par lequel quelqu’un est assigné à une race, et de ce fait, à une place inférieure à une autre.

Lorsque ces femmes noires quittent cette position de bonnes chez leurs patronnes blanches, elles se retrouvent chez elles, à devoir exercer le même travail que celui qu’elles font en dehors de leur maison. Elles ne sortent alors jamais de cet univers domestique. Elles effectuent indéfiniment les mêmes gestes pour prendre soin à la fois de leur propre famille, mais également de celle des autres. Cette répétition mécanique contribue à leur invisibilisation. Comme le dit justement Angela Davis, « Les corvées de la femme d’intérieur n’ont ni commencement ni fin9 ». On constate un effet de boucle et de répétition. Les femmes noires sont invisibilisées par la réalisation de tâches dévaluées qui ne sont pas reconnues comme un véritable métier pouvant être gratifiant. C’est le cas de Minny, qui, en plus de son travail doit gérer sa maison, ses cinq enfants et son mari violent. Elle ne sort jamais du cercle familial, qu’il soit le sien ou non. Les femmes noires sont comme emprisonnées dans l’univers domestique qui les rend invisibles.

La cohabitation entre les femmes noires et les femmes blanches ne relève pas du partage des tâches, ou même de l’espace, puisque chaque lieu leur est assigné en fonction des multiples institutions établies pour dominer et exploiter une catégorie de la population. L’occupation de l’espace par la femme noire est ainsi régie par une somme de règles non conventionnelles érigées par les femmes blanches afin de conserver une emprise sur leurs bonnes et une certaine supériorité qu’il ne leur est pas possible d’appliquer dans le monde phallocentré au sein duquel elles évoluent à cette époque. Ce genre de comportement permet de mettre en évidence une catégorisation des populations dans les années 60, avec au sommet, les plus importants, les hommes blancs, par la suite, parfois mis au même niveau, les hommes noirs, ainsi que les femmes blanches, et tout en bas de ce système de caste, les femmes noires10, en tant qu’êtres les plus dévalués. Il leur devient aussi de plus en plus difficile de se positionner dans leur propre univers domestique, à cause des tensions avec leur mari. Ces conflits sont dus à leur métier qui leur permet de subvenir aux besoins de leur famille au même titre que l’homme. Par ailleurs, elles ont aussi peu de perspective d’épanouissement dans l’univers domestique au sein duquel elles travaillent.

Par Marie Ventose

  1. CARBY, Hazel, « Femme blanche écoute ! », in DORLIN, Elsa (dir.), Black Feminism. Anthologie du féminisme africain-américain, L’Harmattan, 2020, pp.87-111, p. 90. []
  2. DAVIS, Angela, Femmes, race et classe, Paris, Éd. des femmes/Antoinette Fouque, 2007, p. 165. []
  3. STOCKETT, Kathryn, La Couleur des sentiments, trad. P. Girard, Arles, Actes Sud, Babel, 2009, p. 264. []
  4. Définition de l’angry black women selon D. Pilgrim dans “Understanding Jim Crow : Using racist memorabilia to teach tolerance and promote social justice”. [En ligne]. URL: The White Gaze – Afro Brussels City []
  5. STOCKETT, Kathryn, op. cit., p. 19. []
  6. Ibid., p. 18. []
  7. Ibid., p. 19. []
  8. Ibid., p. 28. []
  9. DAVIS, Angela, op. cit., p. 166. []
  10. Référence aux propos tenus par Bell Hooks dans Ne suis-je pas une femme ?, Cambourakis, 2018 : « D’aussi loin que remonte l’esclavage, les personnes blanches ont établi une hiérarchie sociale, fondée sur la race et le sexe, qui plaçait les hommes blancs en première position, les femmes blanches en deuxième position, bien que parfois égales aux hommes noirs qui sont placés troisièmes, et en dernier les femmes noires », p. 105. []