L’univers carcéral dans The Green Mile (1999) de Frank Darabont : la dualité comme moteur de la domination

L’univers carcéral dans The Green Mile (1999) de Frank Darabont : la dualité comme moteur de la domination

The Green Mile est un film américain, adapté de l’œuvre de Stephen King et réalisé par Frank Darabont en 1999. Le récit se déroule en 1935 pendant la Grande Dépression dans un pénitencier en Louisiane. Nous suivons le quotidien de Paul Edgecomb, gardien-chef du bloc E appelé La Ligne Verte où patientent les condamnés qui attendent l’application de la peine de mort. Chaque gardien est bienveillant, excepté Percy Wetmore qui fait preuve de sadisme envers les prisonniers. Un nouveau personnage arrive dans ce bloc, John Coffey, un Afro-Américain jugé pour le viol et le meurtre de deux jeunes sœurs. L’homme s’avère posséder des dons de guérison divins et soignera plusieurs personnages. Ses actions altruistes offrent un contraste troublant avec les faits criminels qui lui sont reprochés. John rencontre le véritable assassin des jeunes filles, William Wharton, un autre condamné. Il manipule Percy pour l’abattre et se fait justice par lui-même. La vérité dévoilée, les gardiens lui proposent de l’aider à s’évader, mais John refuse en exprimant dans un pamphlet sa douleur constante causée par la souffrance environnante et il accepte de mourir exécuté.

Les personnages sont régis par les espaces dans lesquels ils vivent et par le manichéisme qui les caractérise : nous analyserons les pratiques de la domination qui se retrouvent à la fois dans une dualité des espaces et la dichotomie des personnages.

L’œuvre se déroule en majeure partie en huis-clos dans le bloc E : nous n’en sortons que pour découvrir la vie privée de Paul Edgecomb et lorsque la mise en scène représente la mort des deux fillettes sous forme de flash-back. Dès lors, une distinction entre la campagne et l’espace carcéral se crée, et chaque environnement fonctionne selon son propre schéma de domination. Les séquences qui se déroulent à l’extérieur et hors du cadre de vie de Paul proposent un dispositif jouant sur l’horreur dans la campagne, dominée par le « mal » qui s’attaque au physique (cancer, infection, malformation, handicap) et mental (violence, meurtre, langage). Quand le spectateur découvre l’histoire de John Coffey, l’œuvre expose une vision horrifique des corps des jeunes filles (ensanglantées, les cheveux rouges, immobiles et blessées) :

Fig.11
Puis, nous rencontrons le fils borgne et défiguré de l’avocat de John Coffey dans la maison familiale, attaqué par leur chien « bâtard ». De plus, une autre séquence semble montrer la domination du mal sur le bien : Melinda Moores, la femme du directeur de la prison, est atteinte d’une tumeur au cerveau qui lui cause des douleurs atroces. Elle souffre de coprolalie et semble possédée. Le récit cinématographique montre des situations cruelles où les personnages subissent des transformations à la fois physiques et morales irrémédiables (à l’exception de Melinda qui sera soignée par John). La notion du « bien » semble invisible dans l’espace extérieur. De plus, le mal s’exerce uniquement sur les femmes et les enfants qui sont absents de l’univers carcéral. La séquence d’introduction du pénitencier présente un aspect historique et politique de la domination : le récit s’ouvre en découvrant des prisonniers principalement afro-américains en tenue rayée blanche et noire, un boulet accroché au pied, qui travaillent le sol avec des pioches, surveillés par des gardiens blancs. La musique intra-diégétique chantée par les prisonniers s’apparente au blues, un genre exclusivement dit « noir » de l’époque, transmis de manière orale et chanté à l’unisson par la population afro-américaine (ici ce sont des prisonniers et la musique cadence le rythme des pioches) qui subit la ségrégation dans le sud des États-Unis. The Green Mile reprend alors le genre musical des années trente et s’inscrit dans une volonté de dépeindre la société raciste de l’Amérique. Le nombre de prisonniers filmés et les panoramiques latéraux de la caméra donnent une impression de fourmilière : en plus d’être assujettis et dominés, les prisonniers sont également animalisés.
Fig.22
Cette domination exercée par le « mal » à la campagne ne contraste pas avec l’espace carcéral mais avec les personnages. Cet aspect manichéen de l’œuvre permet une dualité entre les valeurs des protagonistes et les situations horrifiques du pénitencier. La domination sur les femmes, les enfants ou encore sur les individus racialisés est évincée par le care3 des gardiens. La prison est un élément central comme l’indique le titre de l’œuvre : la Ligne Verte doit cette dénomination au vieillissement du sol qui prend la couleur d’un vert délavé et intervient comme une étape décisive dans le destin des personnages. Elle régit la vie des prisonniers en y mettant fin lors de l’exécution, mais aussi des gardiens qui en prennent soin et tâchent de maintenir l’ordre et le respect. Le fonctionnement du manichéisme de l’œuvre est décrit par Patrick Charaudeau dans « La vérité prise au piège de l’émotion » :

Ce type de scénario met toujours en scène trois acteurs : les victimes, les responsables et les sauveurs. Il insiste, selon les cas, tantôt sur les victimes pour produire un effet « compassionnel », tantôt sur l’agresseur, source du mal, pour produire un effet d’ « anti-pathie », tantôt sur le sauveur réparateur pour produire un effet de « sympathie4 ».

En effet, nous assistons à une dualité très prononcée des personnages entre les individus bienveillants et les personnages malveillants. Les sauveurs (Paul Edgecomb et les autres gardiens) et les victimes (John Coffey et un détenu nommé Edward Delacroix) s’opposent aux agresseurs, Percy Wetmore (le gardien) et William Wharton (le condamné) qui sont sadiques et violents. Cette dichotomie renforce les positions de chacun car toute une victime suppose un agresseur : la domination au sein de l’espace carcéral est répartie en fonction du schéma narratif. John Coffey affirme sa place dans un premier temps par son imposant physique mais il est vite oublié grâce à son caractère enfantin, ce qui lui permettra de s’attaquer aux agresseurs et de reprendre sa position de dominant. Il pourra même décider d’échapper ou non à son exécution. L’autorité bienveillante des gardiens (le pouvoir ne sert qu’au bien-être des condamnés) rentre en conflit avec la perversité des deux agresseurs. Le manichéisme est accentué par la présence de la religion : si le détenu Delacroix a commis un meurtre, son repentir et les injustices vécues le placent du côté des victimes. De plus, l’opposition du bien et du mal se traduit par la dualité entre l’ange et le démon : John Coffey a reçu des dons divins (nous pouvons également relever les initiales du personnage), et le sadisme du diable est incarné par les agresseurs. Le manichéisme se retrouve également par la punition que subiront Percy et William Wharton. L’ironie est au service de la domination : le gardien voulait être transféré dans un hôpital psychiatrique en tant qu’employé et il finira dans ce même hôpital en tant que patient ; Wharton se moquait régulièrement de Percy et sera tué par ce dernier sous l’emprise de John Coffey. Ainsi, ils sont tous les deux châtiés, ce qui renforce la domination du bien sur le mal. Si ce mal est présent dans les deux espaces, seul le pénitencier parvient à s’en extraire grâce à la sympathie des gardiens et la figure innocente de John Coffey. L’attention qu’ils portent aux condamnés donne un aspect positif de la prison, tandis que l’extérieur n’apporte que désolation. Le système carcéral n’est pas remis en question du fait du manichéisme de l’œuvre qui n’offre pas la possibilité au spectateur de réfléchir sur la peine de mort mais sur la société raciste de l’époque. Seul le détenu Edward Delacroix n’est pas un personnage manichéen grâce à sa relation avec une souris, Mr Jingles. Il montre son côté bienveillant renforcé par les atrocités qu’il subit à cause de Percy Wetmore. Il est l’unique personnage qui ne peut être considéré comme « bon » ou « mauvais » et sa condamnation à mort n’est reconsidérée ni par les gardiens ni par lui-même. Dès lors, la domination dans l’espace carcéral permet de se concentrer sur l’évolution et la condition des personnages tandis que l’extérieur n’offre pas la possibilité d’une rédemption ou d’un renversement du bien sur le mal. L’impossibilité de changer cet espace, auquel Paul Edgecomb semble condamné pour l’éternité, vient soutenir le pamphlet de John Coffey qui ne souhaite pas y retourner.

Par Liane Sandra

  1. DARABONT, Frank, The Green Mile, États-Unis, Castle Rock Entertainment, 1999, [00:20:28]. []
  2. Ibid., [00:09:23]. []
  3. GANTEAU, Jean-Michel, « Care, Vulnérabilité, Littérature : poétique et éthique du récit » in BARNIAUDY, Clément, BIANCOFIORE, Angela (dir.), Les formes de l’empathie : arts et langages. Théorie et pratiques du care, Université de Montpellier, Séminaire, 2020.
    « Les études du care mettent en relation la vulnérabilité comme une force qui se définit face à l’autre, comme un modèle éthique et relationnel dans lequel le bien et la vie bonne dépendent de la relation à l’autre, de l’attention de l’autre, de la sollicitude à l’autre, de la réceptivité face à l’autre, de l’aide pratique apportée à l’autre ».
    []
  4. CHARAUDEAU, Patrick, « La vérité prise au piège de l’émotion. À propos du 11 septembre », in Les Dossiers de l’audiovisuel, Paris, Éd. INA, n° 104, 2002.
    [En ligne]. URL : http://www.patrick-charaudeau.com/La-verite-pris-au-piege-de-l.html (consulté le 20/02/2021). []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search