La vie d’Edmond Dantès dans le Château d’If : la naissance d’un héros dans Le Comte de Monte-Cristo (1844) d’Alexandre Dumas

La vie d’Edmond Dantès dans le Château d’If : la naissance d’un héros dans Le Comte de Monte-Cristo (1844) d’Alexandre Dumas

« Si vous saviez ce que l’on peut faire de chemin
dans un cachot de quatre mètres !
»
(Sacha Guitry)

Il est bien des façons de détenir un pouvoir, et de l’exercer sur les êtres et les choses. L’une de ses formes les plus puissantes chez les êtres humains est celle liée à la domination de leur espace par laquelle l’individu peut être soumis à des règles strictes de déplacement, de silence et de rituels. De même, l’espace induit automatiquement un certain état d’esprit chez l’être humain fait de disponibilité et d’attention. Par conséquent, la rencontre entre l’homme et son espace modifie sa conscience-même et les états de son corps. Cependant, l’être humain n’est pas passif face à son environnement. Au contraire, il s’en fait l’architecte, se l’approprie, l’utilise, l’exploite et le transforme. C’est la fameuse dichotomie de la nature et de la civilisation.
L’homme est donc à la fois celui qui est déterminé par son environnement et celui qui assujettit ce dernier. Ce rapport antithétique se complexifie davantage lorsque l’homme construit de nouveaux espaces pensés pour contraindre les autres à un certain état, comme celui de la privation de liberté dans le cas des prisons. Il devient alors l’instigateur d’espaces dans lesquels les autres ne sont plus censés avoir de pouvoir. Cette question complexe du rapport entre pouvoir et espace, nous l’explorerons ici à travers une analyse de sa représentation au sein du Comte de Monte-Cristo d’Alexandre Dumas. Nous examinerons ainsi le cheminement que suit Edmond Dantès pour devenir le personnage mythique du Comte de Monte-Cristo au cours de son emprisonnement. Comment Dantès évolue-t-il dans cet espace clos qu’est le Château d’If ?
Le mythe du Comte de Monte-Cristo commence dans le cachot du Château d’If où le jeune Edmond est emprisonné à tort. Subissant dans un premier temps les tourments de la solitude, il rencontre l’abbé Faria et acquiert grâce à lui un savoir immense sur les hommes et sur la vie qui lui permettra, après son évasion, d’assouvir sa vengeance.
La captivité, et donc la privation de la liberté d’agir et d’investir l’espace privé et l’espace public, est l’un des thèmes centraux de cette œuvre. Pour saisir la démarche d’Alexandre Dumas, il nous faut la situer dans son environnement historique (ce versant du XIXe siècle rappelle les Cent-Jours ou encore l’exil de Bonaparte), puis observer la longue captivité d’Edmond Dantès.
Alexandre Dumas, comme Victor Hugo, est hanté par la prison. Dans son roman, il fait émerger une nouvelle figure du captif : le prisonnier politique condamné injustement. Le Comte de Monte-Cristo naît en effet de l’injustice humaine. Le lecteur connaît les dessous de la trahison. Le héros y apparaît d’autant plus vertueux qu’il nous est présenté comme un personnage candide, pur, empreint de bonté et d’ignorance. Son séjour initiatique en prison le métamorphosera au point de donner naissance à un autre personnage. Les rapports entre ce personnage et l’espace de la prison constituent donc la clé de voûte pour comprendre l’évolution du protagoniste.

L’intrigue est simple : victime d’un complot, le jeune Dantès, marin promu à une belle carrière à bord du navire Le Pharaon, se retrouve emprisonné dans le château d’If sans jugement, ni aucune information sur son arrestation. Face à son incapacité à restituer les événements qui l’ont mené à la prison, Dantès passe les premières années à retourner sa colère contre lui-même, jusqu’à tenter de se suicider en se laissant mourir de faim : « Dieu n’y est pour rien, et les hommes seuls en sont la cause1 » ; « […] mais parler à un homme, même à un muet, était encore un plaisir. Dantès parlait pour entendre le son de sa propre voix2 » ; « Au nom du Ciel, ne me privez pas de votre présence, ne me privez pas de votre voix3 ».
La manifestation de l’abbé Faria est salvatrice pour le héros. Non seulement cette rencontre avec l’altérité lui apprend à ne plus blasphémer Dieu, mais elle lui révèle les ficelles du complot dont il a été la victime. Il sort de son état de tourment et entreprend son voyage vers la liberté, tout en souhaitant désormais s’en prendre à ses ennemis. C’est à ce moment que le héros nourrit son désir de vengeance.
Condamnés à une immobilité physique, les deux prisonniers, Dantès et l’abbé Faria, ont trouvé le moyen de communiquer. Grâce à cette rencontre, ils arrivent à créer un espace d’échange qui leur est propre avec des codes et un système qui échappent à leurs bourreaux. L’abbé Faria, en précepteur avisé, réussit à transmettre à son jeune compagnon les langues et disciplines qu’il avait apprises auparavant, et fait de lui un homme libre de sa pensée. La force du héros, dans Le Comte de Monte-Cristo, c’est sa capacité à dépasser la réalité de la contrainte et à se projeter en dehors des murs du Château d’If. Nous pourrions déchiffrer dans cette expérience une référence à la biographie-même d’Alexandre Dumas4 , mais surtout, de manière symbolique, à la figure du prisonnier qui parvient à se libérer du poids de sa captivité grâce à l’art et la culture.

Après la mort de l’abbé Faria, Dantès s’enfuit en prenant la place du cadavre de l’abbé. Ainsi, le héros revient des ténèbres, et sa renaissance est perçue comme une résurrection : « Puisqu’il n’y a que les morts qui sortent librement d’ici, prenons la place des morts5 ». Les quatorze ans de captivité ont marqué le visage d’Edmond, ils « avaient apporté un grand changement moral dans sa figure6 », au point qu’il ne se reconnaissait pas lui-même.

La prison est ainsi une forme de soustraction. C’est un endroit clos, coupé de l’espace public, donc étouffant. Or cette incarcération peut être éprouvée de façon différente selon le choix de l’individu. Ce qui paraît, de prime abord, un lieu de privation, de réclusion et de torture s’avérera libérateur au point de métamorphoser l’individu, si celui-ci ne décline pas. Bon nombre d’auteurs tels que Sade ou Dostoïevski exemplifient cette situation paradoxale de l’espace de privation qui devient pourtant un lieu de création.
Edmond Dantès, lors de son passage en prison, se libère en quelque sorte de sa condition humaine pour devenir un personnage qui engendre son propre mythe en bâtissant une nouvelle vie en dehors du Château d’If : c’est la naissance d’un héros comparable à ceux d’Homère.

Par Fatima-Zahra Dahir

  1. DUMAS, Alexandre, Le Comte de Monte-Cristo (1844), Tome I, Paris, Folio Classique, 1981, p. 340 []
  2. Ibid., p. 167. []
  3. Ibid., p. 153. []
  4. Voir, à ce sujet, VIMONT, Jean-Claude, La Prison politique en France, Paris, Éditions Anthropos, coll. « Historique », 1993, p. 49-55, 77, et 230-231. Alexandre Dumas a en effet lui-même effectué un séjour en prison. []
  5. DUMAS, Alexandre, op. cit., p. 208. []
  6. Ibid., p. 223. []