Conclusion

Conclusion

Au fil de cette mastériale, nous avons pu explorer différents espaces et les moyens humains mis en place pour les investir.
Dans certaines œuvres, l’espace est un milieu hostile, avec lequel on doit lutter pour survivre. Dans d’autres cas, au contraire, l’Homme apprend à l’appréhender et à le maîtriser grâce aux connaissances qu’il a acquises à son contact, afin qu’il réponde à ses besoins.
Mais pour s’investir dans cet espace, il a fallu se l’approprier en s’y déplaçant. En le découvrant, l’Homme fait l’expérience de ce qui l’entoure, il apprend à le nommer et à le décrire pour le faire exister, que ce soit par la parole ou le chant.
Cette nouvelle possibilité d’appréhension de l’espace permet à l’Homme d’apprendre à se connaître et pose des dilemmes moraux quant à son rapport au monde, et, dans certains cas, à la nature.
Mais encore, nous avons pu constater que cette appropriation de l’espace était inégalitaire selon les individus, pour des raisons relatives aux rapports sociaux avec autrui ou à leur individualité.
Grâce à la multiplicité de ses dimensions, l’espace, quelle que soit la forme qu’il prend, impose le concept de son existence aux auteurs de récits, aux histoires elles-mêmes ainsi qu’aux différents personnages qui les composent, et, dans certains cas, il devient un acteur prédominant dans les actions des protagonistes. Il peut, à ce titre, être considéré comme un personnage à part entière.

 

Par François Troucelier